Mark Geffriaud — All that is said is true...

Exposition

Installations

Mark Geffriaud
All that is said is true...

Passé : 29 octobre → 21 décembre 2011

All that is said is true
all the time
all the time

All that is said is true
all the time
but times change

Genesis P-Orridge
dans The Ballad of Genesis and Lady Jaye
un film de Marie Losier
sortie en salle le 26 octobre

Le travail de Mark Geffriaud nous renvoie constamment à un ailleurs, imaginé ou fantasmé, c’est un rendez-vous qui tend vers d’autres. Sa seconde exposition à gb agency se situe bien dans cette volonté d’échanges, portée par un flux constant entre œuvres, idées, formes et personnes.
Le titre même de l’exposition “All that is said is true, all the time, all the time (…) le 26 octobre” s’inscrit sur ce principe, reprenant une parole d’un film à venir de la cinéaste Marie Losier. Ainsi, chaque élément de son exposition se fait l’écho d’une histoire plus ancienne ou d’un projet futur, d’un espace différent. La galerie devient un point de passage où les choses se matérialisent pour exister aussi ailleurs, le prétexte pour raconter une histoire, l’extrait d’un récit, les bribes d’une mémoire ou même le fragment d’une maison.

L’exposition rassemble deux nouvelles pièces ainsi qu’une œuvre plus ancienne qui continue à se développer dans un espace temps à définir et une performance, réalisée le jour du vernissage.

Mark Geffriaud propose avec Shelter, 2011 d’initier son projet de construction d’une maison. Il imagine une méthode en devenir, à chaque nouvelle participation à une exposition il construira une partie de cet habitat: une pièce ou un élément d’architecture, défini par la mesure et l’économie de l’espace qui le reçoit. Cette architecture se construira au fur et à mesure, dans une discussion simultanée avec des amis où chacun y apportera sa compétence ; ici, la première pierre a été conçue et réalisée avec l’artiste Cyrille Maillot. Une fois assemblées, ces différentes parties se révèleront en un ensemble. Après avoir pris l’empreinte de ces espaces pour en créer d’autres, le tout devra trouver une correspondance pour se poser dans un ailleurs. Ce système de correspondance se prolonge par les liens entre une économie du bâtiment et celle du marché de l’art, entre un projet entre amis et la réalisation d’une œuvre d’art.
Shelter se transforme dans le temps et dans l’espace comme The light that moves against the wind (La lumière qui va contre le vent), 2011, une installation composée de quatre lentilles en verre soufflé remplies d’eau, d’une source lumineuse et d’un écran de papier. Le déplacement du spectateur dans l’espace agit légèrement sur ce fragile écran recevant la réfraction des objets éclairés. L’œuvre se trouve dans l’activation par le spectateur de cette inscription du volume de la lumière. Grâce à son déplacement dans l’espace, le reflet sur le papier des volutes ondule. A nouveau il y a correspondance entre le souffle de l’artiste pour créer l’objet et les courants d’air provoqués par les spectateurs, entre une image et une sculpture, entre un objet scientifique et le hasard d’un mouvement.

Cyrus, 2009 est le nom par lequel Mark Geffriaud désigne un objet qu’il a dérobé à l’artiste Eric Stephany et dont ils ont convenu qu’il pourrait rester en la possession de Mark Geffriaud tant que son propriétaire ne saura pas nommer ce que c’est. S’il lui revient en mémoire, Geffriaud le lui restituera aussitôt et la pièce, qui n’aura plus d’existence matérielle et dont ils ne parleront plus, disparaîtra progressivement pour retomber dans l’oubli. Pour le moment, l’objet est parfois confié à un commissaire, un gardien ou toute autre personne présente dans le lieu qui l’accueille, avec pour seule instruction de le conserver caché dans sa poche le temps de l’exposition. Cyrus est comme un aide-mémoire à la diffusion de cette histoire, un trou de mémoire qui se rappelle un temps.

Enfin, le soir du vernissage, Mark Geffriaud présentera Nouvelle réfutation du temps, 2010 ; avec Géraldine Longueville il propose une lecture simultanée de deux essais de Borgès. Ceux-ci, écrits en 1944 et 1946 se rencontrent et se séparent sans cesse.

Cette exposition est le réceptacle de récits multiples et de paroles échangées. Une partie d’un tout qui nous échappe, Mark Geffriaud nous en révélant à la fois une vision globale et fragmentée. C’est ailleurs, dans un autre temps, dans d’autres sphères que seront perceptibles tous les composants qui se jouent ici.

Cette exposition a bénéficié du soutien de l’aide à la création de la ville de Paris.
Réalisation des lentilles avec la collaboration du Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts plastiques.

Mark Geffriaud gb agency
  • Mark Geffriaud — Exposition personnelle Vernissage Vendredi 28 octobre 2011 16:00 → 21:00

    Mark Geffriaud présentera « Nouvelles réfutation du temps, 2010 » avec Géraldine Longueville il propose une lecture simultanée de deux essais de Borgès.

Gb agency / Level one Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

18, rue des 4 Fils

75003 Paris

T. 01 44 78 00 60

Site officiel

Filles du Calvaire
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste

Du même artiste