Mark Lewis — Villes cinématiques

Cinema

Film, installations, son - musique, techniques mixtes...

Mark Lewis
Villes cinématiques

Passé : Samedi 22 novembre 2014 à 15:00

Quatre séances de projections, introduites par Mark Lewis et Laura Mulvey.

La maison de la place Troubnaïa

Réponse à la commande d’un film de propagande pour les élections du Soviet de Moscou, cette comédie explosive d’ambiguïté puise aux ressorts narratifs et visuels de la satire populaire. Paracha, jeune paysanne fraîchement arrivée dans la capitale, passe par toutes les épreuves que lui valent sa timidité et sa probité, jusqu’au moment où son adhésion au syndicat bouleverse les engrenages du récit. Boris Barnet, ancien professeur de boxe, signe un chef d’œuvre du cinéma russe d’avant-garde, en subvertissant les codes traditionnels de la fable morale — alors amplement repris et instrumentalisés par la propagande soviétique — au profit d’un conte moderne aussi corrosif que jouissif. Les vertigineuses prises de vues urbaines et les adresses à la caméra, d’une fraîcheur visuelle intacte, font de celle-ci l’un des protagonistes du film, tantôt en empathie avec les péripéties de l’action, tantôt complice du spectateur.

La maison de la place troubnaia boris barnet 1928 mark lewis musee louvre medium
La maison de la place Troubnaïa, réal. Boris Barnet, 1928 © DR
Les Hommes, quels mufles !

Cette audacieuse comédie, construite sur les quiproquos amoureux de Bruno et de Mariuccia, révèle la vive personnalité de Vittorio de Sica, débutant comme acteur principal à l’écran. Le film éclaire avec humour l’évolution des mœurs sentimentales dans l’espace public de la métropole, marqué par les rapports de force inhérents au monde du travail. Le quotidien de Milan Il Corriere della Sera salua l’entreprise, encore inédite dans l’industrie cinématographique italienne, des prises de vue en extérieur qui mettent véritablement en scène le cinétisme fluide de la circulation urbaine : « C’est la première fois que nous voyons Milan à l’écran. Qui pouvait supposer qu’elle était si photogénique ? Camerini a su cueillir avec la plus grande finesse quelques aspects uniques du visage de la ville et de ses mouvements. »

Les hommes quels mufles mario camerini 1932 mark lewis musee louvre 3 medium
Les Hommes, quels mufles !, réal. Mario Camerini, 1932 © DR
Projection à 15h :
  • Beirut : réal. Mark Lewis, 2012, coul. 8 min 13 sec, sil.
  • La maison de la place Troubnaïa (Dom na Troubnoi), réal. Boris Barnet, URSS, 1928, NB, 85 min, vostf., sil. Accompagnement musical au piano par Stéphanos Thomopoulos.
Projection à 17h :
  • Smoker at Spitalfields, réal. Mark Lewis, 2012, coul. 9 min, sil.
  • Les Hommes, quels mufles ! (Gli Uomini che mascalzoni), réal. Mario Camerini, Italie, 1932, NB, 67 min, vostf.

Réservations en ligne ou par téléphone au 01 40 20 55 00 (du lundi au vendredi de 11h à 17h, sauf le mardi).

01 Paris 1 Zoom in 01 Paris 1 Zoom out

Palais royal, musée du Louvre


75001 Paris

www.louvre.fr

Palais Royal – Musée du Louvre

Horaires

Tous les jours sauf le mardi de 9h à 18h
Nocturne les mercredis, les vendredis jusqu’à 21h30
Lundi, jeudi, samedi, dimanche : fermeture des salles à partir de 17h30

Tarifs

Plein tarif 6 €, tarif réduit 3€, gratuit pour les étudiants en arts

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Mark Lewis