Matière Grise

Exposition

Céramique, peinture, sculpture

Matière Grise

Encore 22 jours : 10 juin → 20 juillet 2017

« _Une couleur n’existe que parce qu’on la regarde_ » Michel Pastoureau et Dominique Simonnet, Les couleurs expliquées en images, 2016

La Galerie Max Hetzler est heureuse d’annoncer Matière Grise, une exposition de groupe avec des œuvres de Glenn Brown, André Butzer, Jérémy Demester, Günther Förg, Loris Gréaud, Raymond Hains, Charline von Heyl, Liz Larner, Navid Nuur, Albert Oehlen et Edmund de Waal.

L’exposition présente un ensemble d’œuvres explorant toutes les nuances du gris. La diversité des œuvres exposées témoigne du fort potentiel de cette couleur achromatique.

Mystérieux et changeant, le gris peut exprimer à la fois une présence et une absence. Cette couleur se prête également à de nombreux usages et interprétations. La relation qu’entretiennent les artistes avec le gris dans leur travail révèle souvent un pan important de leur sensibilité et leurs intentions.

L’histoire de l’art occidental a longtemps laissé une place modeste au gris malgré la pratique de la grisaille dès l’antiquité. En ce qui concerne les représentations collectives, le gris était considéré à la fin du Moyen-Age comme le contraire du noir et symbolisait l’espérance et le bonheur. Des connotations souvent négatives lui sont ensuite attribuées comme la solitude, la mélancolie, l’effacement, ou la tristesse.

L’art moderne et contemporain s’intéressent de plus près au gris. Les premiers cubistes exploitent un chromatisme très peu saturé en travaillant des couleurs comme le gris et le brun. Des artistes comme Joseph Beuys, Jasper Johns, Gerhard Richter ou Albert Oehlen prolongent et renouvellent ce travail.

Le gris dégage un fort pouvoir de suggestion. Il renvoie aussi à des références positives comme la sagesse et la connaissance. Goethe y voit même l’origine de toutes les autres couleurs. Couleur caméléon contenant la totalité du spectre chromatique, elle peut ainsi tendre vers des bleus, verts ou violets et met en valeur toutes les autres teintes. Elle dégage une impression d’harmonie.

La neutralité apparente qui émane de l’utilisation du gris permet une expérimentation des formes mais aussi un jeu avec les matériaux. On ne se focalise plus sur la couleur mais sur la matière et les œuvres prennent un sens nouveau, plus profond.