Mehdi-Georges Lahlou — Les Talons d’Allah

Exposition

Installations, performance, photographie, sculpture

Mehdi-Georges Lahlou
Les Talons d’Allah

Passé : 15 octobre → 13 novembre 2010

Fort de sa double appartenance franco-marocaine, de père musulman et de mère catholique, Mehdi-Georges Lahlou traverse avec bonheur les frontières de nos sociétés multiculturelles. Dans ses performances comme dans ses installations, il questionne l’esthétique, notamment celle liée à l’Islam, et ouvre sur des problématiques plus générales telle que l’identité (religieuse, culturelle ou sexuelle).

S’affranchissant allégrement des stéréotypes,l’artiste joue les trublions et travestit son corps comme il travestit les traditions.

Il sait, par juxtaposition, rester dans cet entre-deux qui perturbe les convictions établies. Il revêt les stigmas liés au féminin (talons aiguille, rouge à lèvres, voile), mais garde les attributs de sa virilité (poils, sexe, muscles). Un travestissement qui n’est donc pas intégral, et qui chamboule ainsi la norme des genres, sociale et sexuelle. Il perturbe des clichés plus triviaux comme celui de l’artisan marocain, gardien du savoir-faire traditionnel, quand il applique de façon industrielle les motifs de papier peint « au rouleau ».

Pour sa première exposition personnelle en France, Mehdi-Georges Lahlou poursuit sa démarche et présente à la Galerie Dix9 un ensemble cohérent de sculptures, vidéos, photographies, peintures/installations et performances qui traitent de l’ambiguïté liée à l’esthétique — et de l’esthétique stigmatisée — où le corps est omniprésent. Un corps, figure de l’artiste, qui se cache et se montre en même temps comme dans la sculpture « Hommage à nous-même ».

Fort de sa double appartenance franco-marocaine, de père musulman et de mère catholique, Mehdi-Georges Lahlou traverse avec bonheur les frontières de nos sociétés multiculturelles. Dans ses performances comme dans ses installations, il questionne l’esthétique, notamment celle liée à l’Islam, et ouvre sur des problématiques plus générales telle que l’identité (religieuse, culturelle ou sexuelle).

D’où cette prédilection pour les boîtes, symbole de l’enfermement. Celui de l’individu dans les restaurant-boîtes « Dar-Koom », ou de la Qa’abah dans « Home Sweet Home ».Celui d’une culture qui emprisonne avec ses clichés et ses discours dans ces boites que sont les cadres de l’image ou des vidéos. Il n’est pas question de « choc des cultures » mais plutôt d’un double enfermement : sortir d’une culture, c’est être confronté à une autre culture qui vous enferme à nouveau.

Le travail plastique de Mehdi-Georges Lahlou, comme toujours, tient de l’idiotie.
Faire l’idiot, comme le bouffon du roi, c’est lutter avec pertinence et liberté contre la gravité de tout système sclérosant.

Les vidéos ont d’ailleurs pour titre « Stupidités contrôlées », comme de manger une banane avec le Coran sur la tête.

Poussant les limites jusqu’à l’absurde, Mehdi-Georges Lahlou garde toujours un certain chic dans le ridicule et puise dans la légèreté de l’idiot un basculement vers le merveilleux.

  • Mehdi-Georges Lalhou Vernissage Samedi 16 octobre 2010 18:00 → 21:00

    Performance à 19h30

Galerie Dix9 Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

19, rue des Filles du Calvaire


75003 Paris

T. 01 42 78 91 77

www.galeriedix9.com

Filles du Calvaire

Horaires

Du mardi au vendredi de 14h à 19h
Les samedis de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste