Miao Xiaochun — Echo

Exposition

Nouveaux médias

Miao Xiaochun
Echo

Passé : 12 mai → 30 juillet 2016

La Galerie Paris-Beijing annonce l’exposition personnelle de Miao Xiaochun, le pionnier de l’art digital en Chine.

Echo dévoile ses œuvres les plus récentes, un ensemble de peintures et animations en 3D qui se correspondent les unes les autres et qui explorent les interfaces entre le réel et le virtuel, l’humain et le numérique, la culture et la technologie.

Mxc triumph of death 2015 acrylic on linen 400x400cm medium
Miao Xiaochun, The Triumph of Death, 2015 Acrylique sur toile de lin — 400 × 400 cm Courtesy of the artist & Galerie Paris-Beijing, Paris

Professeur à l’Académie centrale des Beaux-Arts de Pékin, Miao Xiaochun crée et construit depuis vingt ans des univers virtuels, illimités dans leur taille, perspective et imagination. Peuplés d’étranges êtres cybernétiques, dépouillés de tout habit, caractère ou expression, ces univers superposent les images des grands classiques de l’art occidental à des décors futuristes hautement urbanisés et technologisés.

Mxc the cross 2011 pigmentprint 137x110cm web medium
Miao Xiaochun, The cross, 2011 Pigmentprint — 137 × 110 cm Courtesy of the artist & Galerie Paris-Beijing, Paris

Restart, animations en 3D réalisée entre 2008 et 2010, réussit à combiner un grand nombre de références artistiques et architecturales dans une vidéo de moins de 14 minutes. Le scénario macabre des tableaux de Pieter Bruegel (Le Triomphe de la Mort, La Chute des Anges Rebelles, Margot la Folle) laisse la place aux fresques de Raphaël (Le Parnasse, L’Ecole d’Athènes) clairement reconnaissables dans leur reconstruction et réinterprétation numérique. L’œuvre, séduisante et troublante, évoque le mythe irrésolu d’Eros et Thanatos et soulève le thème du malaise d’une civilisation ultradéveloppée, où les technologies confondent les désirs et les pulsions des hommes. Sorte d’avatars sans chair, les figures humaines de Restart sont réduites à leur essence mathématique, mais semblent garder un lien émotionnel et atavique au monde sensible.

Mxc the raft 2010 150x100 cm web medium
Miao Xiaochun, The Raft, 2010 Acrylique sur toile de lin — 150 × 100 cm Courtesy of the artist & Galerie Paris-Beijing, Paris

Dans une même ambiance, l’œuvre Disillusion (2009-2011) représente l’imagerie sacrée de la culture chrétienne, de l’arche de Noé à la Pitié, en passant par le Jugement Dernier. En mêlant l’éclat des peintures religieuses anciennes aux thèmes diaboliques de la science-fiction, Miao Xiaochun construit un univers artistique transfiguré, où des tableaux qui nous sont familiers rejoignent l’imagination apocalyptique de notre existence future.

Dans Limitless (2011-2012) et Samsara (2013) Miao Xiaochun explore les thèmes de la Genèse et du cycle perpétuel de la vie, toujours en mixant histoire, culture, technologie et images d’un monde visionnaire.

Mxc pieta disillusion 2011 video still medium
Miao Xiaochun, Disillusion, 2011 3D computer animation video — 10'00'' Courtesy of the artist & Galerie Paris-Beijing, Paris

L’exposition associe les œuvres vidéo de Miao Xiaochun à ses peintures en grand format qu’y font écho pour leurs sujets et leur esthétique. Définies comme bq. peintures algorithmiques par le critique Wang Chunchen, elles représentent des images virtuelles que l’artiste obtient grâce à une technique très particulière exploitant le dysfonctionnement d’un logiciel 3D.

L’installation monumentale Microcosm (2008) est emblématique des thèmes et démarches de l’artiste. Ici, Miao Xiaochun fait dialoguer peinture classique et iconographie numérique pour réinventer le chef d’œuvre de Jérôme Bosch, Le Jardin des Délices. Microcosm décline le triptyque de Bosh en neuf panneaux correspondant à autant de perspectives obtenues grâce à une transposition en trois dimensions du tableau original. Le spectateur peut ainsi se déplacer librement autour et à travers la structure enchevêtrée de l’œuvre en parcourant la vision du Paradis, de la Terre et de l’Enfer du point de vue d’un homme nu, anonyme et anhistorique, répliqué à l’infini et à l’identique dans cette version cybernétique des allégories du monde.

Mxc parnassus 2009 digital oil painting 205x300cm web medium
Miao Xiaochun, Parnassus, 2009 Peinture digitale à l’huile — 205 × 300 cm Courtesy of the artist & Galerie Paris-Beijing, Paris

——————————

Miao Xiaochun est né en 1964 à Wuxi en Chine. Il est diplômé de l’Université de Nanjing, de l’Académie centrale des Beaux-Arts de Pékin et de la Kunsthochschuke de Kassel en Allemagne. Actuellement il vit et travaille à Pékin, où il enseigne au Département de Photographie et d’Art digital à l’Académie centrale des Beaux-Arts. Ses œuvres ont largement été exposées dans le monde entier, et notamment au Beijing 798 (China), à la Biennale de Venise (Italie), au Ludwig Museum (Allemagne), à l’Asian House de Madrid (Espagne), à la Walsh gallery de Chicago (USA), à la Saatchi gallery et à la Red Mansion Foundation de Londre (Royaume Uni).

  • Vernissage Jeudi 12 mai 18:00 → 21:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

62, rue de Turbigo


75003 Paris

T. 01 42 74 32 36

www.galerieparisbeijing.com

Arts et Métiers
Temple

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Miao Xiaochun

Du même artiste