Michel Parmentier — Avant les bandes, 1962-1965

Exposition

Peinture

Michel Parmentier
Avant les bandes, 1962-1965

Passé : 22 mai → 21 juin 2014

La galerie Jean Fournier présente une exposition consacrée à Michel Parmentier et particulièrement la période dite avant les bandes, des œuvres sur papier et des peintures des années 1962 à 1965.

Michel Parmentier commence sa vie de peintre à l’atelier d’André Chastel aux Beaux-arts. A cette époque, il fréquente régulièrement Simon Hantaï et leur amitié sera indéfectible jusqu’à leur mort. En 1966, Daniel Buren, Olivier Mosset, Michel Parmentier et Niele Toroni créent le groupe BMPT et présentent leur travail à l’occasion de quatre Manifestations. En décembre 1967, Michel Parmentier, en désaccord avec les artistes, quitte le groupe.

Dans les œuvres des années 1960, Michel Parmentier puise son inspiration dans son actualité, son quotidien. Jusqu’en 1965, l’artiste insère et colle sporadiquement des papiers d’emballages, de journaux sur ses toiles. Ces matériaux intéressent Parmentier pour leurs motifs et leurs couleurs. Parfois, il choisit d’arracher des morceaux de ses toiles, pour ensuite les recouvrir à nouveau, différemment.

Le noir et le blanc sont prédominants dans ces œuvres. Des formes géométriques peintes en noir ou gris sont recouvertes d’une couche de peinture blanche. Par recouvrement, Michel Parmentier se joue des transparences et des modulations colorées des diverses strates de papiers collés.

Cette action de dissimuler est très présente dans le travail de l’artiste. Le travail de Michel Parmentier correspond à une angoisse existentielle profonde qui le pousse à travailler en demi-teinte. Dans sa gestuelle, chaque intervention sur la toile est biffée par une autre. On peut voir des coulures, des traces de crayon, des couleurs qui en recouvrent d’autres. La peinture est fluide par endroit, plus compacte à d’autres. Cette juxtaposition de papiers et de couleurs laisse voir ce qui s’apparente à un repentir, traces des hésitations qui constituent justement ces œuvres. Cette démarche intentionnelle rend visibles les gestes de l’artiste.

Parmentier fait subir à son travail un processus délibéré et systématique de dégradation : une dégradation symbolique, par l’emploi des matériaux étrangers au monde des Beaux-arts (papier journaux, emballages, papiers d’argent) mais également une dégradation matérielle sur la toile (arrachage, recouvrement, collage).

« A cette époque, Parmentier peint une peinture informelle, de grandes pages blanches. Il pose beaucoup de peinture sur sa toile puis revient dessus avec de grandes coulées blanches. Comme pour tout cacher. »1

Par la suite, sa recherche va s’orienter vers de grands méplats où la transparence affleure toujours. Ces œuvres annoncent l’évolution qui mènera au travail des bandes, vers une recherche de l’appauvrissement et de la dématérialisation de l’œuvre. Michel Parmentier passe de la toile au papier, pour finir, à la fin des années 1980 dans la translucidité du papier calque.

A l’occasion de l’exposition, édition d’un fascicule avec un texte de Karim Ghaddab.

En écho, la galerie Loevenbruck à Paris expose des œuvres de Michel Parmentier jusqu’au 25 mai.

La Villa Tamaris consacre à Michel Parmentier une exposition rétrospective intitulée Oeuvres 1965-1999 du 14 juin au 14 septembre.

L’Espace de l’art Concret Albers-Honegger expose également cet été des œuvres de Michel Parmentier au sein de sa donation.

1 Michel Parmentier, Textes et entretiens, Black Jack Editions, Paris, 2014, p.61.

  • Vernissage Jeudi 22 mai 2014 18:00 → 20:30
07 Paris 7 Zoom in 07 Paris 7 Zoom out

22, rue du Bac


75007 Paris

T. 01 42 97 44 00

www.galerie-jeanfournier.com

Rue du Bac
Tuileries

Horaires

Du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Michel Parmentier