My Joburg

Exposition

Techniques mixtes

My Joburg

Passé : 20 juin → 22 septembre 2013

5.nandipha mntambo enchantment 2012 cow hide cow tails resin 170 x 100 x 155cm grid My Joburg à la maison rouge Après l’exposition très réussie My Winnipeg, My Joburg succède à ce commissariat porté sur les villes dites « périphériques » insti... 1 - Pas mal Critique

My Joburg s’inscrit dans un cycle d’expositions que La maison rouge consacre aux scènes artistiques de villes dites « périphériques » — cycle initié à l’été 2011 avec la ville de Winnipeg dans le Manitoba au Canada. L’exposition présente un panorama de la scène artistique de Johannesburg, en mettant plus particulièrement l’accent sur une jeune génération d’artistes, encore largement méconnue en France. Johannesburg, couramment appelée par ses habitants Joburg ou Jozi, mégalopole de plus de 6 millions d’habitants avec ses townships environnants dont le plus connu, Soweto, compte à lui seul presque 2,5 millions d’habitants, se révèle comme une « métropole insaisissable », selon l’expression de l’historien et chercheur en sciences sociales, Achille Mbembe.

Une communauté artistique féconde, rassemblant peintres, photographes, vidéastes et plasticiens, s’y est développée. A travers ses travaux, elle décrit une ville en pleine mutation, chargée d’histoire sociale, politique, urbaine. Le projet de cette exposition est de tenter d’en capter certaines facettes. Sans prétention d’exhaustivité, mais avec leur regard neuf et curieux, Paula Aisemberg et Antoine de Galbert, respectivement directrice et président de La maison rouge, ont choisi pour construire l’exposition et le catalogue qui l’accompagne, de s’entourer des protagonistes et spécialistes de la scène artistique de Johannesburg que sont Nechama Brodie, Dorothée Kreuzfeldt, John Fleetwood, Bettina Malcomess, Molemo Moiloa et Sean O’Toole.

Ville tentaculaire et cosmopolite, Johannesburg est composée d’un maillage de districts hétéroclites : des quartiers « branchés », comme Melville, avec ses multiples restaurants, bars et boutiques « vintage », ou Sandton, à l’aspect de ville nouvelle avec ses résidences gardées et ses gigantesques galeries marchandes construites à la fin des années 1990, aux townships où règne une misère et une criminalité que les vingt années de démocratie de la nouvelle Afrique du Sud ne sont parvenues à endiguer. L’injustice sociale n’a pas disparu avec l’Apartheid supprimée en 1994, et la tâche semble immense dans le domaine politique et social pour que toutes les voix soient entendues.

La ville poursuit pourtant sa mue. Des habitants se sont déplacés transformant certains quartiers, comme le centre ville autrefois déserté, en des zones fréquentées, parfois à la mode comme Arts on Main ; des migrants originaires des pays limitrophes comme le Zimbabwe ou le Mozambique, s’y sont installés.

Cette disparité urbaine et sociale est prise à bras le corps par nombre d’artistes qui, selon leur âge, leurs origines, leurs médium, rendent compte différemment de ces problématiques et essaient de saisir les changements de leur pays et de leur ville.

L’activité artistique connaît aujourd’hui un réel dynamisme soutenu par un réseau actif de structures privées et publiques. Des galeries d’art diffusent le travail des artistes sud-africains hors du pays et du continent africain, notamment à travers les foires auxquelles elles participent. A Johannesburg, la Joburg Art Fair, foire d’art contemporain organisée chaque année, est devenue un lieu de référence en Afrique pour les spécialistes. Des entreprises privées soutiennent aussi les artistes à travers leurs achats, commandes et attributions de prix. Les institutions publiques ou semi-publiques, comme le musée de la ville, la Johannesburg Art Gallery, ou le nouveau musée WITS de l’université du Witwatersrand, en plein centre de Johannesburg participent du même élan. Des collectifs d’artistes et des associations à but non lucratif, comme le Center for historical re-enactments, la Trinity Session, la Bag factory, ou encore l’August house, se sont créés en quelques années renforçant le réseau artistique de la ville.

Un enseignement d’art et d’histoire de l’art de qualité dispensé dans plusieurs universités de Johannesburg laisse présager la constitution d’un terreau fertile pour l’avenir artistique de la ville.

L’exposition rend compte de la diversité et de la richesse de sa création artistique en dévoilant les récentes créations de plus de 40 artistes couvrant les trois dernières générations joburgeoises. Ce parcours est complété par des propositions d’acteurs du milieu artistique de Johannesburg. Ont ainsi été invitées Bettina Malcomness, commissaire indépendante, et Dorothee Kreuzfeldt, artiste, qui proposent un accrochage en écho à leur ouvrage Not Utopia — une vision très personnelle de leur ville. Une salle est aussi confiée au Market Photo Workshop, fameuse école de photographie de Johannesburg fondée en 1989, entre autres, par David Goldblatt et dirigée aujourd’hui par John Fleetwood dans laquelle est exposée une sélection de travaux réalisés ces dernières années par les photographes qui y ont étudié.

Tout au long de son ouverture, l’exposition est ponctuée de nombreux évènements. Artistes, commissaires et critiques de Johannesburg, ont été invités par La maison rouge à décrire leur ville et commenter l’activité artistique qui s’y déploie.

12 Paris 12 Zoom in 12 Paris 12 Zoom out

10, bd. de la Bastille

75012 Paris

T. 01 40 01 08 81 — F. 01 40 01 08 83

www.lamaisonrouge.org

Quai de la Rapée

Horaires

Du mercredi au dimanche de 11h à 19h
Nocturne les jeudis jusqu’à 21h

Tarifs

Plein tarif 9 € — Tarif réduit 6 €

Accès gratuit sous conditions

302x284 hands on design original