Nazanin Pouyandeh

Exposition

Peinture

Nazanin Pouyandeh

Passé : 30 octobre → 18 décembre 2010

La GALERIE ERIC MIRCHER présente
Nazanin Pouyandeh

L’envahissement de figures, de symboles et de sens, de références dans les tableaux de Nazanin Pouyandeh, saisit à la première rencontre. Nous nous immergeons dans un univers à la fois familier et étrange. Chaque peinture est un monde à soi, mais il se prononce en chaos monde. Les figures sont placées en suspens sur des paysages imaginaires, réminiscences des peintures classiques de Flandre ou d’Italie qu’elle étudie et explore avec précision.( …)

L’artiste, le peintre est toujours un metteur en scène. Il place un à un les éléments du visible à la recherche de sa juste coïncidence entre ses images mentales faites de mémoire et d’amnésie et celles du monde extérieur. Leur fusion crée de nouveaux accords, raccords et assemblages du réel et délivre un monde paradoxal dont on ne peut pourtant douter.

Voir une peinture de Nazanin Pouyandeh est une traversée d’apparences, de collages, patchworks de références, là où l’Iran se découvre sous Venise, le Hard rock, le gothique sous les lumières de Joachim Patinir, le classicisme à la cool génération, le jeu de rôle ludique à la guerre. L’Histoire est aujourd’hui histoire de mixage. L’accélération du monde contemporain avec le flux incessant des images a épuisé toute stabilité de leur appréhension.(…)

Exil de Pouyandeh. Les tensions de l’image de l’Iran à l’Europe éclairent son œuvre. Le nomade ou l’exilé ont des Histoires et des Géographies. Ses peintures transmettent ses traversées de pays et d’images, Babel de sens, de formes et de couleurs. Ne recherchant pas ses origines, elle délivre un imaginaire non identitaire, non nostalgique, le réel se dévoile en surréalité. Reprenant les termes de l’immense écrivain Edouard Glissant, elle créolise, elle fait monde de tous les mondes aperçus, celui de ses origines, de son pays d’exil, mais aussi de ceux découverts dans les livres — monde passé, présent, monde futur dont toute logique est absente.

La narration, l’histoire ou la fable se décrivent sans autre lien narratif clair que la propre expérience de l’acte de peindre pour Pouyandeh. L’histoire du tableau se construit dans l’ici et maintenant de la peinture in progress en recherche de connexion entre tous les éléments du tableau.

Extraits du Texte du critique Eric Corne sur le travail de Nazanin Pouyandeh
  • Vernissage Samedi 30 octobre 2010 à 17:00
Galerie Eric Mircher Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

26, rue Saint-Claude


75003 Paris

T. 01 48 87 02 13

Site officiel

Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Nazanin Pouyandeh