Olivier Metzger — Nightshot

Exposition

Photographie

Olivier Metzger
Nightshot

Passé : 7 novembre 2009 → 15 janvier 2010

Olivier Metzger retient de ses errances suburbaines quelques halos aléatoires, quelques rencontres incongrues ou signes phosphorescents. De ses longs travellings à l’attention flottante, le photographe nous livre des « plans » sans raccord autre que son intuition. Images prises sur le vif ou soigneusement remises en scène, qu’importe, la nuit luit d’étoiles vives ou mortes, que l’on confond toujours. Lucioles, fantasmagories et fantômes rôdent dans son cadre : un chien errant au regard halluciné surgi d’un rivage inconnu, un poney blafard tel l’apparition d’un animal symbolique ou une page arrachée au roman de Malcom Lowry (Au-dessous du volcan), une capsule d’ascenseur grimpant une architecture insensée… Le photographe troue la nuit à coups de flash : Weegee dévoilait des scènes de crimes morbides et réels, Olivier Metzger au contraire montre des énigmes aux confins de l’humour et du fantastique. Bascule et continuité — Avec cette nouvelle série, Nightshot, l’univers artistique d’Olivier Metzger semble avoir radicalement basculé : du jour à la nuit, des intérieurs aseptisés du monde tertiaire aux errances noctambules à l’air libre, des lumières plates et étales aux clairs-obscurs arrachant à l’obscurité quelques rêves éveillés…Demeurent cependant un souci constant de la composition plastique flirtant avec la peinture, une attirance pour les architectures et les matériaux contemporains, une place discrète toujours ménagée à la drôlerie et à la poésie. Au-delà encore, Olivier Metzger poursuit avec Nightshot son exploration des rapports ambigus entre sphère publique et sphère privée, « extime » et intime : traquant dans le sillage du peintre Edouard Hopper les paradoxes de l’isolement dans la transparence, de la solitude dans les lieux publics… Image de l’homme seul dans une salle de cinéma capitonnée, mais aussi et surtout, celle de la jeune fille dans son aquarium de béton et de verre, au regard perdu et suspendu elle-aussi. On notera ici le goût du photographe pour les contrastes temporels, les anachronismes, les métissages visuels : modernité lisse de l’architecture contrebalancée par le caractère quasi ancestral du téléphone à gros fil blanc, et rencontre dans le même cadre d’un portrait photographique et d’un portrait peint au second plan. Cet attachement nostalgique à une certaine désuétude se retrouve encore dans la photographie d’un ancien modèle Mercedes ou celle du livreur de pizzas arc-bouté sur sa mobylette archaïque… Mélange des temps, mélange des matériaux, mélange d’espaces de différentes natures : Olivier Metzger pose son regard sur des espaces intermédiaires, des entre-deux, des achoppements, des frottements, des rencontres entre la réalité et ses doubles… Fouillant les troubles de rencontres incongrues et l’inquiétante familiarité du monde contemporain.

Jean-Emmanuel Denave
Galerie Bertrand Grimont Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

47, rue de Montmorency


75003 Paris

T. 01 42 71 30 87

www.bertrandgrimont.com

Arts et Métiers
Rambuteau
Réaumur – Sébastopol

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste