Ouvrages de dames — Une exposition collective

Exposition

Dessin, peinture

Ouvrages de dames
Une exposition collective

Passé : 10 septembre → 31 octobre 2015

Faire des jours, de la dentelle, du crochet, de la broderie et de la tapisserie, du tricot et de l’aquarelle, autant de travaux d’aiguilles, de plumes et de fins pinceaux qui ont longtemps renvoyé les ouvrages dits de dame à la bienséance domestique, à la sédentarisation de l’existence féminine et à la mise à l’épreuve de la patience dont le pire de la pensée bourgeoise idéalisait et assagissait ainsi un fantasme masochiste sur les femmes.

Mais tout ce qui caractérisait jadis ces dernières de manière réductrice — la délicatesse, la précision, la patience, la minutie, la préciosité, autant de qualités chantées par un enthousiasme péjoratif — est aujourd’hui récupéré par des femmes artistes dans des perspectives analytiques et critiques.

L’abstraction conceptuelle, les clichés exotiques, l’érotisme fétichiste marquent ces travaux remployant la répétition obsessionnelle, la persévérance savante et la performance physique à l’œuvre dans les ouvrages anciens. Ces derniers reflétaient la soumission sexuelle ; ils constituent désormais la sensibilité plastique contemporaine de dames autrement… convenables !

Claire Chesnier, Marie Drouet, Leyla Goormaghtigh, Marie Hazard, Emeline Piot sont toutes des dames virtuoses dans leurs ouvrages à travers lesquels elles invitent à la visite de continents visuels et mentaux finalement peu explorés.

Dominique Païni

Artistes présentées :

Claire Chesnier

Vit et travaille à Paris.

Claire chesnier ccxxxii medium
Claire Chesnier, CCXXXII, 2013 Encre sur papier — 144 × 132 cm © Nathanael Mc Mahon

Fidèle à la tradition minimale, Claire Chesnier nous propose des formes de couleur vibrante coupées net qui flottent dans l’espace blanc d’une feuille de papier. Elle développe une peinture singulière, une peinture d’imprégnation, une peinture d’ascète aussi où le rituel du geste, la lenteur du processus ont leur importance. Par cette couleur, par cette lumière, Claire Chesnier nous fait atteindre d’où tout part, tout croît et tout revient.

Claire Chesnier est représentée par la galerie du Jour-Agnès b.

Marie Drouet

Vit et travaille à Nantes.

Marie drouet kami 30 medium
Marie Drouet, Kami n°30, 2010 Encre sur papier Arches — 76 × 56 cm Courtesy of the artist & Galerie Valérie Delaunay, Paris

C’est en 2000, que Marie Drouet redécouvre et renoue avec la pratique du dessin. Et c’est en 2007, qu’elle va développer son travail plus précisément autour de la thématique de la chevelure qu’elle peint à l’encre de chine sur papier. Geste invariablement répétitif, Marie Drouet s’installe dans une sorte de transe d’où naissent des milliers de lignes sensuelles créant un paysage de chevelures. La plupart de celles-ci se déploient librement sans aucune entrave comme un hymne à la liberté, autre thème sensible pour cette artiste.

Leyla Goormaghtigh

Vit et travaille à Berne.

Leyla goormaghtigh knoten 1 medium
Leyla Goormaghtigh, Knoten 1, 2015 Crayon et stylo sur papier — 30 × 30 cm Courtesy of the artist & Galerie Valérie Delaunay, Paris

Leyla Goormaghtigh construit un espace où s’assemblent des formes géométriques impossibles ou non, des éléments organiques dans une perspective sans cesse remise en question. Un monde propre se crée à la fois transgressif et onirique prétexte pour explorer de nouveaux territoires de la représentation mais aussi pour aborder des thèmes plus intimes comme le féminin/masculin.

Marie Hazard

Vit et travaille à Londres.

Marie hazard tissage 4 medium
Marie Hazard, Tissage 4, 2015 Laine, fil textile et bois — 30 × 30 cm Courtesy of the artist & Galerie Valérie Delaunay, Paris

Marie Hazard reprend et poursuit la tradition des femmes et de leur métier à tisser. Elle expérimente une grande diversité de matériaux mais le textile y occupe une place primordiale. Elle nous propose des œuvres sensibles faites de fils mais aussi de courbes de couleurs qui s’entrelacent comme dans une immense broderie. Elle nous conte un récit, celui de l’intime et des émotions où notre regard se pose sur l’image mais aussi sur le toucher.

Emeline Piot

Vit et travaille à Paris.

Emeline piot crane de bufle  medium
Emeline Piot, Crâne de bufle, UN BIS, 2012 Dessin au Staedtler sur carton — 80 × 120 cm Courtesy of the artist & Galerie Valérie Delaunay, Paris

Emeline Piot appartient à cette famille d’artistes dont l’ascèse se situerait plutôt dans le processus d’élaboration que dans la forme. Baroque, polysémique, proliférante. L’œuvre semble mue par l’horrorvacuii. L’encre colonise tantôt le papier, tantôt le crâne d’un animal et en fait sourdre des légendes nouvelles, des civilisations fantastiques et des entités subtiles. L’artiste est au service d’une mythologie — pas encore la nôtre, pas tout à fait la sienne — qui n’advient finalement que dans le surgissement du trait. Uchronique, atemporelle jusque dans l’abolition du temps qui le fait naître, le travail d’Emeline Piot ne procède d’aucun concept, il les précède tous.

Christian Berst, membre du Collège Critique du 59e Salon de Montrouge, 2014

  • Vernissage Jeudi 10 septembre 2015 à 18:00
04 Beaubourg Zoom in 04 Beaubourg Zoom out

22, rue du Cloître Saint-Merri

75004 Paris

T. 06 63 79 93 34

www.valeriedelaunay.com

Châtelet
Hôtel de Ville
Rambuteau

Horaires

Les lundis et mardis, du jeudi au samedi de 11h à 18h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Les artistes

  • Marie Hazard
  • Claire Chesnier
  • Marie Drouet
  • Leyla Goormaghtigh
  • Emeline Piot