Pascal Lièvre — Bad Romance

Exposition

Performance, techniques mixtes

Pascal Lièvre
Bad Romance

Passé : 4 septembre → 30 octobre 2010

Deux images de l’hypermédia : une anonyme voilée lapidée pour un rendez-vous galant, Lady Gaga chantant l’amour malheureux pour construire son personnage. Conséquence de la diffusion de masse, deux conceptions antagonistes de la visibilité se heurtent en fille souffrant d’avoir été découverte, dont l’intimité est jetée en pâture, croise celle d’une idole autocréée, prise d’un délire de célébrité. (…)

Plus que l’exposition des individualités qui se façonnent, Bad Romance est une interrogation vive sur la sculpture. Pascal Lièvre la soustrait à son socle, la dévoile de son drapé et n’en retient que le geste. Ce travail d’enlèvement, caractéristique de son œuvre, ramène les figures à leur minimum signifiant pour en exagérer la force évocatrice. A travers les traductions d’œuvres de la statuaire classique (le David de Michel-Ange, la Victoire de Samothrace ou le Laocoon) et du monument contemporain (le monstre Xavier Veilhan et les araignées de Louise Bourgeois), le plasticien entretient la mémoire de l’iconologie populaire et mesure les effets de sa digestion dans l’art d’aujourd’hui. De forme en formes, de répétitions en différences, son œuvre travaille à même la plasticité de l’art. Le sculpter, au fondement de la pratique plasticienne, s’étend alors à tous les mediums : photographie, peinture, lumière. Pascal Lièvre croise les techniques et dilue les matières. La paillette, ici employée comme matériau pictural, emprunte aux qualités esthétiques de l’argile ou du marbre, adoucit les traits et façonne le relief, produisant un effet plastique étonnant. La surface plane (vers laquelle la présence d’un collage à la Villeglé fait inévitablement signe) ne contredit pas la logique sculpturale de la proposition. L’aplatissement en deux dimensions crée de nouvelles interprétations : les Bacon, Basquiat ou Delacroix sont conçus comme des dessins totémiques, les photographies de Paris par Yann Arthus-Bertrand font office de piédestal pour les Maman de Bourgeois.

Manifestation plasticienne au sens plein du terme, Bad Romance confronte les images, déplace les territoires, heurte le sens, et jouit de ce chaos dans une explosion de paillettes.

Le Vernissage sera accompagné de plusieurs performances :

19h. MOLINIER
Pierre Pascual entre en scène et propose un intermède musical haut en couleur. Musicien, chanteur, sono-plasticien et vidéaste parisien, il interprètera deux chansons en live : Molinier et Mousseline noire… !

19h30. BURGER GIRL
Après avoir travaillé pour de grandes compagnies de danse, Benjamin Dukhan décide de s’émanciper afin de créer ses premières pièces chorégraphiques. C’est ainsi que sont nés How Beautiful ou encore XXXXXX Péladan qu’il joue principalement en appartement ou en galerie depuis un an. Avec Burger Girl, l’artiste réalisera une performance pleine de surprises.

20h. TITANICART
Comment finir en beauté ? Michaël Cros & Pascal Lièvre, deux artistes de la galerie, se livrent ensemble à une exploration destructrice et passionnante d’une scène culte du film de James Cameron.

  • Bad Romance Vernissage Samedi 4 septembre 2010 17:00 → 21:00
GVQ – Vanessa Quang Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

le Stock
7 rue des Filles du calvaire


75003 Paris

T. 01 44 54 92 15

www.galerie-quang.com

Filles du Calvaire

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Pascal Lièvre