Patrick Bouchain — Tambour battant

Exposition

Architecture, installations

Patrick Bouchain
Tambour battant

Passé : 13 septembre → 15 novembre 2014

Pour sa première exposition, Salle Principale invite l’architecte et scénographe Patrick Bouchain. Figure majeure de l’architecture contemporaine, Patrick Bouchain est représenté pour la première fois par une galerie d’art contemporain. L’exposition Tambour battant nous plonge dans la lecture du code civil et dans l’interprétation de ses failles. Coutumier de cette pratique qui lui permet d’assouplir les normes et de remettre en cause le caractère apparemment immuable de la propriété, l’architecte lui oppose l’appropriation réversible et partagée.

L’aménagement intérieur de la galerie est également conçu par Patrick Bouchain dans un exercice scénographique qui le caractérise : un dispositif simple, léger et modulable. Il permet aux artistes de se réapproprier complètement l’espace de la galerie qui peut se réinventer à chaque nouvelle exposition. Par ce geste, Patrick Bouchain crée ainsi une relation avec et entre les artistes.

Patrick Bouchain compte désormais parmi les artistes représentés par la galerie Salle Principale. Elle diffuse l’ensemble de son œuvre et de son fonds constituée de maquettes, photographies, objets et dessins.

Tambour Battant

L’occupation d’un lieu est un acte d’architecture. Pour inaugurer l’ouverture de Salle Principale, nous décidons de l’aménager. Prendre la place n’est-il pas la meilleure manière de faire place, et donc la laisser à d’autres ? Produire un lieu ne contient-il pas en soi son abandon à sa perpétuelle, inévitable et magnifique transformation? Pour nous, tout agencement appelle sa réversibilité. L’installation de l’espace d’exposition a donc pour objectif premier de dresser les battants des imaginaires qui s’y ouvriront.

Ce lieu accueillera de multiples regards sur le monde habité, celui qui existe pour qui veut le voir. Les changements prochains et complexes qui nous attendent dans des situations chaotiques nécessitent des appréhensions artistiques ouvertes. Pour entamer cette perçante œillade sur le monde, nous nous pencherons sur ce qui nous unit. Lire et relire quelques articles fondateurs du code civil, pour tenter d’y déceler si l’autre monde qui existe est bien dans celui-ci. Faire jouer, résonner et user les tambours encore vibrants du lecteur de la loi.

Et puisqu’il faut bien faire le premier pas : si nous étalonnions à nouveau l’écart entre propriété et appropriation ? Statique et mobile ? Meuble et immeuble ? Solide et liquide ? Peut-il exister une propriété diffuse ? Sur ces sujets fondamentaux pour tout acte de création, que nous disent les textes ? Et surtout, que peut-on y lire pour construire autrement ? La loi est-elle elle-même appropriable par le citoyen ? Cette première foulée frappera comme un appel : notre plus grand vœu serait que d’autres s’en emparent. Contribuer à déclencher des actions constructives. Et continuer de mener, tambour battant, la transformation du monde que nous désirons.

Patrick Bouchain