Pushpamala N. — Avega, The Passion

Exposition

Photographie

Pushpamala N.
Avega, The Passion

Passé : 1 mars → 20 avril 2013

Photographe, cinéaste, connue pour ses positions “féministes” en Inde, Pushpamala N. réalise des performances qui constituent essentiellement le support de son œuvre. Elle se met en scène sous diverses identités : une démarche d’appropriation qui fait penser aux incarnations multiples de Cindy Sherman, version indienne. Son répertoire interprète tantôt les rôles sociaux de la femme en Inde, tantôt revisite la dramaturgie historique et religieuse propre à la culture indienne.

Ici, Pushpamala joue un drame passionnel inspiré par l’épopée du Ramayana. L’histoire est la suivante : le dieu Rama a été banni de son royaume suite aux machinations de sa belle-mère Kaikeyi qui veut mettre son propre fils sur le trône. Sa femme Sita et son frère Lakshmana le suivent dans son exil au cœur d’une forêt sauvage. Quatorze ans plus tard, Surpanakha, la déesse démoniaque gardienne de la forêt, prend la forme d’une séduisante jeune femme pour attirer les jeunes princes mais ceux-ci s’en moquent et alors que dépitée et furieuse elle plonge pour attaquer Sita, elle est sévèrement punie par Lakshmana. Blessée, Surpanakha s’adresse à son frère le puissant roi démon Ravana et pour se venger l’incite à violer la princesse Sita. Pushpamala incarne successivement les scènes “clés” du Ramayana en neuf « tableaux » photographiques et une vidéo. Pushpamala puise dans le langage de formes du théâtre et du cinéma indiens à leurs débuts, utilisant des costumes et des décors hybrides qu’elle considère comme la première expression de l’époque moderne :

“Je me réfère aux peintures d’histoire de Ravi Varma qui datent de la fin du XIXe siècle, mais aussi à L’Enlèvement des Sabines de Poussin, au Cauchemar de Füssli comme aux premiers films ethnographiques et aux films d’animation ou encore au cinéma du premier réalisateur indien Dadasaheb Phalke. J’utilise un éclairage expressionniste pour rendre compte du caractère psychologique du drame qui se joue. Ainsi la vidéo qui présente la princesse Sita chassée par le démon Ravana est comme le fragment d’un rêve ou d’un cauchemar à répétition.”

Pushpamala N, Avril 2012.

Née en 1956, l’artiste est originaire de Bangalore où elle vit. Des photographies de Pushpamala N. ont été présentées à Paris à l’exposition India in all its Senses à L’Espace Culturel Louis Vuitton (2006) et à l’exposition Paris, Mumbai, New Delhi au Centre Pompidou (2011). Après Bombay (Chemould Prescott Gallery) et New Dehli (Nature Morte Gallery) l’exposition Avega, The Passion est présentée à Paris, Galerie Zürcher.

Parallèlement à son exposition personnelle à la galerie, Pushpamala N. participera à l’exposition Histoires parallèles : Pays mêlés (commissariat Pi :es-Alain Buffard), Chapelle des Jésuites, Nîmes du 7 mars au 28 avril.

Bernard Zürcher
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

56, rue Chapon


75003 Paris

T. 01 42 72 82 20 — F. 01 42 72 58 07

www.galeriezurcher.com

Arts et Métiers
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de midi à 19h

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Pushpamala N.