Rado Groupe — Le bouc chantait (Tragédie)

Exposition

Collage, photographie, sculpture, vidéo

Rado Groupe
Le bouc chantait (Tragédie)

Passé : 12 mars → 30 avril 2011

Cette nouvelle exposition (l’exposition inaugurale de Rado à proprement parler) met en avant les images que Madeleine Berbardin Sabri a rapportées de Russie l’automne dernier. Elles sont accompagnées de quelques contrepoints ( sculpture, vidéo, collage, photographie ) de quatre autres artistes du groupe.

Rado est un sigle à signification variable. Les deux premières lettres désignent la recherche et l’art ; les deux suivantes s’adaptent aux circonstances et aux désirs de ceux qui associent leurs noms sous ces quatre lettres. Cette mobilité, sinon ce flottement, rappelle celle des « troncs de bois reliés de manière assez lâche » évoqués par Fernand Deligny pour décrire la figure du radeau. Nous y reconnaissons l’image la plus juste pour dire l’en-commun d’une activité menée à plusieurs.

Les activités de Rado sont plus anciennes que son nom. L’exposition Champs d’abondance, présentée en janvier 2009 à la galerie Dix9, fut sa première manifestation publique. Le travail d’Adrien Malcor sur les listes sumériennes avait été à l’origine d’une recherche collective sur l’idée d’abondance.

Plutôt que d’illustrer un thème, nous avions voulu faire circuler des figures et des motifs (le contenant, le moule, le pays de Cocagne, la réserve, etc.) en réglant les relations formelles, d’œuvre à œuvre, pour construire un espace d’exposition non conditionné par un discours préalable et ainsi ouvert à l’expérience .

En septembre 2010, Madeleine Bernardin Sabri est retournée à Alexandrovka, un village situé au nord-ouest de Moscou. Entre 2003 et 2005, elle y avait réalisé un ensemble de photographies dans l’intention d’une enquête sur la fin de la propriété collective des terres agricoles. L’enjeu documentaire dominait (texte et images sont aujourd’hui rassemblés dans une sérigraphie analogue à une double page de journal). Cette fois-ci, plus d’enquête documentaire, mais un ensemble de paysages et de portraits qui échappent à l’interprétation sociale.

Dans l’espace d’exposition, nous avons choisi de faire dialoguer une sélection de ces portraits avec d’autres œuvres. À l’apparition des visages d’Alexandrovka vient faire écho, telle une surface de projection, la découpe du mur illuminé du Lavoir de Claire Tenu. Dans la vidéo de Marie Preston et Marie-Charlotte Chevalier, des gestes de travail sont délocalisés. Les découpages d’Antoine Yoseph renvoient à l’expérience d’un paysage inactuel. Les relations fonctionnent avant tout sur un mode poétique, sans causalité nécessaire. Les deux sièges reliés sous une table conçue par Florian Fouché suggèrent une situation de parole. À l’indétermination du sens correspond une place laissée au spectateur ; à l’émotion possible, une invitation à s’interroger sur ce qui se produit dans l’espace : l’idée d’un lieu d’activité collective et la question de son actualité.

  • Rado Groupe — Rencontre des artistes Rencontre Samedi 23 avril 2011 18:00 → 21:00
Galerie Dix9 Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

19, rue des Filles du Calvaire


75003 Paris

T. 01 42 78 91 77

www.galeriedix9.com

Filles du Calvaire

Horaires

Du mardi au vendredi de 14h à 19h
Les samedis de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Les artistes

  • Marie Preston
  • Madeleine Bernardin Sabri
  • Florian Fouché
  • Claire Tenu
  • Antoine Yoseph