Richard Fauguet — Selon Arrivage

Exposition

Techniques mixtes

Richard Fauguet
Selon Arrivage

Passé : 19 novembre 2011 → 7 janvier 2012

Fauguet grid Richard Fauguet — Selon arrivage Richard Fauguet est drôle. Les œuvres de Richard Fauguet sont drôles. L’œuvre de Richard Fauguet, elle, est grande. Les prémisses n... 2 - Bien Critique

Selon Arrivage est la quatrième exposition personnelle de Richard Fauguet à art: concept. À cette occasion, il présente une nouvelle série de portraits, un ensemble de sculptures anthropomorphes et dans la seconde salle, des tapisseries sont mises en regard de son portrait en terre cuite qui lui a récemment été offert.

Ainsi décrite l’exposition pourrait presque passer pour une proposition somme toute classique en termes de genre pictural, d’iconographie et de médium. Mais la composition des œuvres fait basculer l’ensemble vers tout autre chose: des assemblages incongrus qui convoquent aussi bien des grands maîtres de l’histoire de l’art que des pratiques artistiques amateur. Richard Fauguet navigue entre pâtisserie et peinture, poterie et plomberie, fait main et ready-made. Il expérimente, se laisse guider par des processus créatifs intuitifs qui, depuis une vingtaine d’années, alimentent sa logique interne de formes et d’images richement référencées. Dilettantisme et délire sérieux, déambulation au cœur de l’ordinaire, de ce qui compose le terriblement banal soit parce qu’il est devenu obsolète, soit parce que nous ne le regardons plus, Fauguet combine avec légèreté des objets de décoration, des artefacts vernaculaires, des matériaux domestiques ou de bricolage.

Les portraits, dont chacun est directement inspiré d’une compagne ou égérie de Picasso, ne sont ni de la peinture à l’huile, ni de l’acrylique, mais de la pâte à modeler que l’artiste a pétrie, malaxée, puis chauffée. Le modelage s’en est ainsi aplani, offrant de nouvelles formes et volumes à même la toile.

« Les femmes de Picasso ont fondu pour moi », explique l’artiste. Jeu de mots donc mais aussi approche littérale de l’œuvre de Picasso et particulièrement du Cubisme, Fauguet prend au pied de la lettre ou devrait-on dire à bras le corps la problématique de la bidimensionnalité en peinture. Il confronte directement la forme sculptée, le volume, soit la troisième dimension à la surface de la toile, laissant ensuite agir une certaine forme de chimie ou d’alchimie. La déformation thermique entraîne donc, par formation et déformation des volumes, une nouvelle représentation. La durée ou quatrième dimension est ainsi donnée à voir mais d’une manière simplifiée, comme un clin d’œil amusé au Cubisme dont les compositions étaient rendues de plus en plus complexes.

Le sujet est inextricablement lié à la matière qui le compose. Contrairement à certaines des peintures de Picasso ici citées, celles de Fauguet, dans toute leur épaisseur et leur singularité plastique, se détachent du fond. Ces portraits de femmes rejouent non sans humour l’ambiguïté fondamentale — moteur de l’inventivité de la peinture moderne — qui existe entre l’espace physique (celui de la toile) et l’espace (mental) de représentation.

Autre recherche ou variation sur la représentation de la figure humaine: les sculptures anthropomorphes qui combinent objets standardisés (pieds de lavabos) et objets manufacturés (poteries de Vallauris elles aussi issues d’une autre matière à modeler). Enfin, dans le prolongement de cette posture mythique de l’artiste entouré de ses femmes ou de ses muses, Fauguet dispose son propre portrait face à deux tapisseries, l’une représentant une pin up, l’autre une peinture de Vermeer. Il se met en scène de façon presque solennelle, avec les yeux fermés. Il se décrit lui-même comme «au milieu d’un rêve ou d’une vision». Mais son portrait demeure pourtant bien en prise avec le réel, relié au mur par une bonde de lavabo! Qu’en est-il d’un tel accrochage et du choix de cet élément de plomberie quelque peu trivial dont la fonction première est d’être amovible afin de contenir ou d’écouler ? La fuite de ce moment onirique serait-elle imminente ? Selon arrivage demeure en équilibre, définitivement sur le point de basculer, entre célébration et parodie du génie créateur et de son inspiration.

Caroline Soyez-Petithomme
  • Vernissage Samedi 19 novembre 2011 18:00 → 21:00
Galerie Art : Concept Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

13, rue des Arquebusiers

75003 Paris

T. 01 53 60 90 30 — F. 01 53 60 90 31

www.galerieartconcept.com

Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste