Salla Pesonen — Silence bruyant — Loud silence

Exposition

Photographie

Salla Pesonen
Silence bruyant — Loud silence

Passé : 28 janvier → 18 mars 2017

Les images jouent un rôle de plus en plus important dans notre manière de sentir et de penser, ainsi que dans notre construction du monde : Certaines photos nous suivent. Elles servent de repères. Les revisiter nous permet de mesurer le passage du temps, notre propre place dans ce temps ainsi que dans la constitution fluctuante de notre mémoire. D’autres images nous accompagnent tous les jours indépendamment de notre volonté — sur Internet, dans les médias et dans l’espace public — et ceci à une vitesse toujours croissante. Qui dit flux important dit aussi obsolescence, voir obsolescence programmée car le temps accordé à chacune des images devient très limité et l’espérance de vie de l’image en conséquence. Il n’est pas possible de s’y arrêter longtemps — on consomme et passe « au suivant ». Cette réalité est vécue par chacun d’entre nous et s’impose également aux créateurs d’images. L’artiste finlandaise Salla Pesonen questionne la fonction et le potentiel de l’image dans l’idée d’aller à l’encontre de cette obsolescence, son ambition est de parvenir à faire exister des images offrant un espace à l’imaginaire et à la contemplation — une utilisation alternative de la photographie dans la façon de ressentir.

UNE HISTOIRE DE PLASTIQUE

Le travail actuel de Salla Pesonen situé à la lisière de l’abstraction et de la figuration a pris forme graduellement. Des travaux antérieurs l’ont conduite vers les déchets plastiques qui aujourd’hui constituent la base réelle de ses œuvres. Choix emblématique car plus qu’aucun autre matériau le plastique incarne la société de consommation. Une première expérience fut l’imitation d’un arrangement de fleurs Ikebana par l’emploi de plastique jetable. En réalité une recherche de profondeur à travers le faux, le fabriqué. Dans Unexpired (2013) elle avait photographié bouquets, plantes et fleurs en pot recouverts de plastique ou de cellophane dans le commerce. Afterparty (2014) dressait le portrait de sapins de Noël enveloppés de plastique et abandonnés dans la rue. Ouvrant une réflexion sur le temps qui passe, l’artiste juxtapose ici deux éléments dont les cycles de vie diffèrent, le végétal qui fane et la matière plastique qui « artificialise » et persiste. Ces images traitaient de la nature vue dans son contexte urbain et de la relation très ambigüe que nous entretenons avec elle : Celle-ci doit obéir aux désirs passagers de l’Homme tout comme il existe une durée limitée de quasiment tout besoin que ce soit pour les objets, l’information, les images… L’obsolescence programmée opère sans arrêt.

DEMARCHE

La création des œuvres récentes de Salla Pesonen naît de prises de vue en studio de déchets plastiques transparents superposés. Le plastique et la lumière sont les seules réalités physiques des œuvres. Par la suite, ces photos sont manipulées à l’aide de logiciels de retouche, processus qui permet d’identifier des structures, formes et couleurs qui se dissimulent sous la surface des données brutes. Il s’agit d’une forme de « consommation » de la prise de vue initiale pour la « découvrir » plus en profondeur. Pour l’artiste la découverte du motif rappelle cette sensation liée à la création enfantine dans laquelle la narration émerge du dessin. Le moment où une image oscille entre figuration et abstraction l’intéresse plus particulièrement. L’émergence d’une image induit-elle nécessairement la création d’un espace-temps ?

BRUIT

L’artiste cherche la mise en tension, celle où l’on doute de ce que l’on voit, celle qui questionne la notion de représentation et de figuration. Pour Salla Pesonen une image doit inspirer l’envie de passer du temps avec elle et mobiliser la capacité de voir du spectateur, lui offrir une possibilité de contemplation dans un contexte contemporain où le mouvement permanent ne permet guère un arrêt sur image et la disponibilité nécessaire à la stimulation de l’imaginaire. Elle tend vers une image universelle où forme et couleur constituent un tout qui convoque chez le spectateur un monde émotionnel et sensoriel. Sa propre pratique de la musique (le piano) est importante à mentionner dans ce contexte. Si l’on peut lire une partition et se faire une idée de la musique ; celle-ci n’existe véritablement que quand on la joue. Suivant cette logique Salla Pesonen souhaite que ses œuvres impliquent et « activent » le spectateur : Dans un monde plein de mouvement et de bruit, le silence — comme le vide — ouvre la porte d’un véritable champ de résonnance en soi. Le monde infini, flou et lumineux de ses œuvres propose une immersion en soi-même pour le spectateur.

————

Née en 1984 en Finlande, Salla Pesonen vit et travaille actuellement à Paris. Elle est diplômée de photographie. Son œuvre, photographie et vidéo, est exposée régulièrement en France et en Finlande depuis 2009. Salla Pesonen est représentée par la GALERIE MARIA LUND. La collaboration a débuté par l’exposition collective Here comes the sun (2015) et a été suivie par sa présentation à YIA art fair 2015 (Paris). Auparavant, son travail a été exposé dans le cadre de la manifestation collective Marseille vu par 100 photographes (commissariat : Antoine d’Agata, Bibliothèque de Marseille, 2013), dans la Helsinki Photography Biennial (Helsinki City Museum, 2009) ainsi que dans le cadre de Korea Korea (Galerie Luova, Helsinki, 2009).

  • Vernissage Samedi 28 janvier 17:00 → 20:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

48, rue de Turenne

75003 Paris

T. 01 42 76 00 33 — F. 01 42 76 00 10

www.marialund.com

Chemin Vert
Saint-Paul

Horaires

Du mardi au samedi de midi à 19h
Et sur rendez-vous

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Salla Pesonen