Sextet The Tiger’s Mind Re-iterated

Exposition

Architecture, graphisme, installations, sculpture...

Sextet The Tiger’s Mind Re-iterated

Passé : 23 mars → 27 avril 2013

Sextet The Tiger’s Mind Re-iterated au CAC Brétigny explore le processus de l’adaptation de la partition de Cornelius Cardew à l’écran en le réitérant successivement avec les mêmes personnages et de nouveaux à l’occasion de la présentation du film de Béatrice Gibson pour un espace d’exposition.

Développé comme une partie du projet éditorial initié par Beatrice Gibson et Will Holder, The Tiger’s Mind est un thriller abstrait regroupant six personnages en toile de fond d’une villa brutaliste. Les éléments de production du film ont été réalisés — axés sur les six personnages et d’après la partition éponyme The Tiger’s Mind de Cornelius Cardew — par Alex Waterman, l’arbre (l’ambiance sonore), Jesse Ash, le Vent(les effets spéciaux), John Tilbury, l’Esprit (la bande son), Céline Condorelli, le Tigre (les accessoires), Will Holder, Amy (le Narrateur) et Beatrice Gibson, le Cercle (l’auteur).

Suite à la première du film, présenté à The Showroom, Londres et à sa seconde présentation à Index, Stockholm, l’exposition au CAC Brétigny explore le concept de réitération en distinction de celui du remake, de la reconstitution ou de la reprise. Employant la logique de représentation de la partition originale de Cardew, et du film lui-même, à la fois comme document d’un ensemble de relations sociales existantes et d’un ensemble d’instructions pour une future production, l’exposition se déroulera comme une série d’événements autonomes, offrant un ensemble de portraits plus récents de ses protagonistes. S’échappant successivement des limites du film, de nouvelles directions seront proposées à partir de la partition originale du sextet : Will Holder et Alex Waterman avec Yes But Is It Edible? ; Céline Condorelli, avec Eastside Projects Manual Draft ; John Tilbury avec L’esprit et le Tigre ; Jesse Ash avec Avoidance Avoidance (A Project of Transparency) et enfin Marcello Maloberti en guest Star avec la sculpture Tagada qui a inspiré la séquence finale du film de Gibson.

Jouant de la ressemblance de l’espace d’exposition du CAC Brétigny avec une autre villa Moderniste, La Maison La Roche à Paris dessinée par Le Corbusier, l’exposition présentera l’intervention DM1 de Dominique Mathieu qui y fait référence et un nouvel usage de la série des Additionnals, sculptures de Céline Condorelli, utilisés comme accessoires dans le film.

Dans le contexte du CAC, les Additionnals seront activés progressivement et mis en perspective à travers le programme d’événements de l’exposition.

A travers chaque agencement et invitation, se succèderont de nouvelles expérimentations renouvelant le sextet, intégrant de nouvelles partitions plus spécialement liées aux activités du centre d’art : Matthieu Saladin avec G20 song, Annie Vigier & Franck Apertet (les gens d’Uterpan) avec Imposteurs, Vier5 avec le poster du programme et Pierre Bal-Blanc et la publication Reversibility publiée par Mousse Publishing et Peephole Milan.

91 Essonne Zoom in 91 Essonne Zoom out

Espace Jules Verne
rue Henri Douard


91220 Brétigny s/Orge

T. 33 (0)1 60 85 20 78

www.cacbretigny.com

Horaires

Du mardi au vendredi de 14h à 18h
Les samedis de 14h à 19h
Nocturnes les soirs de représentation au Théâtre Brétigny, scène conventionnée.

Tarifs

Accès libre

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

Les artistes