Simon Willems — Une forme de disparition

Exposition

Peinture, sculpture

Simon Willems
Une forme de disparition

Passé : 2 → 30 avril 2011

Dans le cadre d’un vaste projet sur les ermites contemporains, une forme de disparition narre l’histoire de Manfred Gnädinger. On retrouve ici, comme dans la plupart des travaux de Willems, un mélange de sujets illustrés à travers le credo d’un personnage. Tout débute lorsque l’Allemand Gnädinger émigre à Camelle, petit village de pêcheurs au nord de l’Espagne, à la fin des années 1960. On dit qu’il y tomba amoureux d’une institutrice du village mais que celle-ci refusa ses avances ce qui le rendit fou. Quelques années plus tard, touché par les questions d’écologie, il se construisit une petite cabane sur la plage où il passa les quarante années suivantes. Il devint rapidement une curiosité locale, surnommé O Alemán en galicien (l’Allemand) puis simplement Man — nom qu’il accepta avec enthousiasme pour sa portée symbolique.

Pendant toutes ces années, il élabora une œuvre considérable faite de sculptures à base de galets et de ce que lui offrait la plage ; il en fit un musée à ciel ouvert dans le potager bio qu’il avait créé et qui était la base de son alimentation. Il n’avait ni électricité ni eau courante dans sa cabane et était un strict végétarien. Il faisait payer un droit d’entrée de 1 euro aux touristes pour visiter son musée-jardin. L’univers de Gnädinger s’écroula lorsque la marée noire provoquée par le Prestige en 2002 défigura la côte nord de l’Espagne, détruisant par là-même la majeure partie de son jardin et de son contenu. On le retrouva sans vie peu après dans la maison qu’il s’était construite. Il est dit qu’il serait mort d’un immense chagrin et de dépression provoqués par la marée noire.

L’intérêt que porte Willems à O Aleman ne s’arrête pas au choix de vie de Gnädinger mais il s’intéresse plus particulièrement à la façon dont il devint le triste symbole de la marée noire ; les medias s’intéressèrent à cette célébrité locale et leur intrusion finit par altérer sa santé mentale, le menant à la mort. Willems a utilisé des photos de touristes pour en faire la thématique et le catalyseur de son projet. Ses peintures minuscules donnent à voir un terrain vague où les sculptures de Gnädinger reposent comme des reliques d’un autre monde. Certaines idées sont des thèmes récurrents. Un des thèmes renvoyant à des travaux antérieurs est l’avion tirant une banderole publicitaire. Comme le ferait une publicité de marque, les banderoles énumèrent diverses références à l’histoire et à son contexte en galicien, qui rappellent le titre anglais. Les détritus laissés par les touristes ainsi que d’autres détails procèdent de la même logique, telle une métaphore omniprésente de la consommation de masse : la casquette de baseball abandonnée, le repas de fast-food à moitié consommé et la présence menaçante du goéland parasite.

Galerie Polaris Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

15, rue des Arquebusiers

75003 Paris

T. 01 42 72 21 27 — F. 09 59 47 28 47

www.galeriepolaris.com

Saint-Sébastien – Froissart

Horaires

Du mardi au vendredi de 13h à 19h
Les samedis de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Simon Willems