Sislej Xhafa — Unpoetic Bride

Exposition

Dessin, installations, performance, photographie...

Sislej Xhafa
Unpoetic Bride

Passé : 30 juin → 23 septembre 2012

Galleria Continua / Le Moulin est heureuse d’annoncer sa nouvelle collaboration avec Sislej Xhafa. La complicité entre l’artiste et la galerie a commencé en 2000, lors du projet spécial de Galleria Continua : Arte all’ Arte (1996-2005), qui confrontait art contemporain, art de la Renaissance, architecture et paysage sur le territoire de la Toscane.

Avec sa première exposition personnelle à Galleria Continua / Le Moulin, Sislej Xhafa inaugure un nouvel espace de la galerie, le Moulin de Sainte-Marie. Depuis son inauguration à Boissy-le-Châtel en 2007, Galleria Continua / Le Moulin a confirmé sa volonté d’investir des territoires inattendus et d’y accueillir des artistes d’envergure internationale. Le Moulin de Sainte-Marie est ainsi un projet pionnier d’un lieu d’art qui constitue une véritable renaissance d’un site post-industriel en campagne parisienne. Une partie du site sera inaugurée par Galleria Continua le 30 juin 2012.

Pour sa première exposition personnelle à Galleria Continua, Sislej Xhafa a investi l’espace du Moulin de Sainte-Marie. Ce lieu, emprunt d’une grande histoire est confronté à des pièces d’un artiste qui met face à face puissance, équilibre et attitude. La société, remise en question au travers du prisme de l’économie, de la politique mais aussi de son histoire, constitue pour Sislej Xhafa une échappatoire à nos idéologies contemporaines. Erigées sur des sols fragiles mais dissimulés, ces dernières sont le visage d’une mariée caché sous le voile blanc. Ce voile, symbole d’un enjeu collectif mêlant rituels et rites de passage, est aussi le refuge de nos aliénations. En travaillant avec de multiples médiums, Sislej Xhafa explore les différentes strates des comportements et des réalités que l’homme forme, et vice versa.

La sculpture Broodthaershood est ainsi posée dans le vaste extérieur du Moulin de Sainte-Marie, composée d’une plaque d’égout et de moules. La plaque d’égout évoque précisément ce qui est caché par le voile blanc de la mariée. Elle ponctue chaque ruelle de nos villes, système de recueillement des détritus que personne ne souhaite voir, totem de l’urbanité. En anglais, une plaque d’égout se dit « manhole », littéralement « trou humain ». Faisant la liaison entre le souterrain invisible et la vie réelle, cette fente est une zone de transit qui marque la frontière de ce qu’on est en mesure de tolérer. Hors de cette zone règne le territoire illégitime, dont la plaque n’est que subterfuge, une fente qui cacherait la faille. Rendant hommage au plasticien belge, Sislej Xhafa orne cette petite tour de coques de moules ouvertes comme des papillons, désavouant avec ironie, comme l’a fait jadis Marcel Broodthaers, l’ordre établi. Une filiation fraternelle (le titre jouant avec le mot « brotherhood ») réunit les deux poètes.

La moule, faisant référence au cloisonnement d’un moule social, a aussi une forte connotation sexuelle qu’on retrouve dans Romeo and Juliette. L’œuvre présente une cigarette enfoncée dans une fenêtre, une passion en train de se consumer. Elle implique également les forces extérieures qui manipuleront les deux amants, impuissants face à leur appartenance aux clans ennemis. La transparence de la fenêtre évoque alors une séparation à peine perceptible, mais qui marque une frontière réelle.

Les notions de frontières sont présentes chez Sislej Xhafa dès ses premiers travaux. Puisant d’abord dans son propre stéréotype, celui d’un immigrant dans un autre pays, Sislej Xhafa se confronte très tôt à la notion d’une terre hostile. Pénétrant de façon illégale la Biennale de Venise en 1997, l’artiste s’autoproclame à la fois habitacle et acteur du pavillon clandestin d’Albanie, envahissant le système politisé d’une manifestation internationale d’art contemporain. Se mettant en scène en tant que joueur de football et invitant les passants à jouer avec lui, Sislej Xhafa va polluer l’espace finement agencé par une identification nationale, comparant le monde de l’art à celui du football. Il révèle alors l’absurdité des règles du jeu.

Still Untitled, un sac de ciment venu d’Israël, est jeté par terre et éventré, évoquant le douloureux chantier d’un conflit territorial. L’œuvre n’ayant toujours pas de titre évoque la terre en quête d’être nommée.

L’évolution de la démarche de Sislej Xhafa passera alors d’une situation d’exil identitaire à un autre type d’exil, universel, se trouvant enfoui sous les édifices du corruptible pouvoir et de l’attente.

Silvio, le buste impassible, impénétrable de Silvio Berlusconi, nous écrase avec sa monumentalité et sa puissance (la pièce fait plus de 5 mètres de haut). Sa majestueuse tranquillité se trouve néanmoins menacée par la fragilité de sa chair, faite entièrement de sable, le rendant ainsi risible sous le poids de son pouvoir.

L’artiste a conçu Unpoetic Bride dans un permanent dialogue avec son lieu d’exposition. Agençant les œuvres dans les étendues spatiales du Moulin de Sainte-Marie, la beauté industrielle du bâtiment se confronte à l’esthétique singulière de l’art de Sislej Xhafa, qui aborde toujours cette question du rapport de forces, entre politique et poétique. Il essaie de mettre en lumière, avec une certaine idée d’urgence, la vulnérabilité des limites que certains vont imposer et d’autres subir.

_ Sislej Xhafa est né à Peja, Kosovo, en 1970. Il vit entre Bruxelles et New York._

77 Seine-et-Marne Zoom in 77 Seine-et-Marne Zoom out

46, rue de la Ferté Gaucher


77169 Boissy-le-Châtel

T. 01 64 20 39 50

www.galleriacontinua.com

Horaires

Du mercredi au dimanche de midi à 18h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Sislej Xhafa