Stéphane Bérard — Brutal Warburg

Exposition

Installations

Stéphane Bérard
Brutal Warburg

Passé : 11 mars → 23 avril 2011

Augmentation de la superficie : cette pièce in-situ, issue du déplacement des bureaux et réserves de la galerie, libère un nouvel espace pour cette exposition et les suivantes, de manière pérenne. Quelques gravats recueillis et disposés au sol symboliseront ce geste.

Fini le temps des vases (pièce in-situ) utilise ici l’espace « perdu » généré par un tuyau d’évacuation courant au plafond comme réceptacle potentiel à bouquets de fleurs.

Training : un mur tapissé d’un motif floral semble indiquer un brusque changement de régime, comme si la galerie phagocytait les murs d’arrondissements ou de quartiers à gentrifier prochainement.

Un Retour de pièce, entreposé contre un mur, encore emballé.

Spam : à l’extérieur, sur la façade de la galerie, une enseigne lumineuse (une carotte de tabac) clignotante attirera sans doute des passants, clients nouveaux ?

Ajout est le titre générique pour diverses propositions plastiques n’ayant d’autres fonctions que de contrarier leurs propres appréhensions conceptuelles. Présenté ici sous la forme d’une cigogne empaillée un peu défraîchie.

Comme le rappelle Anne Faucheret à propos de Stéphane Bérard :
« Chaque œuvre fonctionne comme un test autonome réglé sur une économie propre. Les stratégies langagières sont multiformes et glissantes, jouant sur la labilité des fonctions de communication, sur différents rapports entre dénotation et connotation et sur différents degrés de fiction (…) De la parcellisation formelle, thématique, référentielle, méthodologique, résulte la faillite d’un autre principe de l’œuvre : celui de l’auteur assurant la cohérence de l’ensemble. C’est la fin de l’intention artistique formulée et monolithique. »1

1 Page 102, in French Connection, Blackjack éditions, 2008.

  • Vernissage Jeudi 10 mars 2011 18:00 → 21:00
  • Stéphane Bérard — Signature de Charles de Gaulle. Mémoires d’espoir Rencontre Samedi 23 avril 2011 17:00 → 19:00

    Comme il existe des « traductions en français moderne » destinées à rendre Montaigne lisible par un public plus vaste, plus jeune, moins spécialiste du XVIe siècle, Stéphane Bérard propose, à l’heure où une partie des mémoires du général de Gaulle entrent au programme de littérature des classes de terminale L, sa version de cette œuvre, comme « tentative de faire accéder à la littérature les mémoires de Charles de Gaulle ».

03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

5, rue des Haudriettes


75003 Paris

T. 01 46 33 04 38

www.galerieevameyer.com

Arts et Métiers
Hôtel de Ville
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Les samedis de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste