Taylor McKimens — When Things Get Back to Normal

Exposition

Graphisme, peinture, techniques mixtes

Taylor McKimens
When Things Get Back to Normal

Passé : 12 mars → 7 mai 2011

Comme dans les bandes dessinées de Jim Davis (le créateur de Garfield le chat à l’humour féroce) Taylor McKimens, dessinateur et peintre, s’est constitué son vocabulaire bien à lui, puisant à l’origine dans la mémoire de son enfance dans une petite ville du désert de Californie quelque part à la frontière du Mexique et de l’Arizona. De cet environnement d’une banalité désespérante, peuplé de cactus, de barils d’essence, de terrains vagues et d’épaves de voitures, il tire néanmoins l’essentiel des motifs emblématiques d’une « vie américaine », sinon la sienne, parmi d’autres.

Chacune de ses œuvres — sur papier, sur toile ou sur tout autre support — possède un caractère générique, associant la force synthétique du trait à l’aspect organique de la peinture. Une combinaison qui produit un double effet d’attraction et de répulsion en détachant le moindre objet de son contexte : un hot-dog dégoulinant surmonté d’une vague ligne de moutarde, une plante fleurie dans un pot débordant de terre, un paquet de fast-food suintant de ketchup prennent soudain un relief quasi sculptural. Ce traitement de l’image efface également toute hiérarchie dans la représentation, qu’il s’agisse d’une mouche en vol, d’un ver de terre émergeant d’un trou, ou d’un individu. La figure humaine est, dans une forme d’indifférence des sexes, frappée d’anonymat. Comme échappée de quelque cartoon, elle n’a pas plus de présence matérielle que sur l’écran de télévision — y compris dans le cas d’un portrait ou supposé tel.

Dans cet univers qui lui est propre, Taylor McKimens semble animer à lui seul chacun de ses personnages. Certains sont en mouvement, s’il le décide, d’autres semblent dans l’attente de ce qui n’arrive pas. Un aspect de cette représentation pour ainsi dire théâtrale dérange à tel point le sens commun qu’on la rejette d’emblée : tous les corps pour ainsi dire sont « à vif ». Ils transpirent sous le moindre effort d’une activité imprécise et indéterminée. Il en est d’autres qui expriment le sentiment mélancolique d’un mal-être inexorable du genre humain.

Bernard Zürcher
  • Vernissage Samedi 12 mars 2011 18:00 → 20:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

56, rue Chapon

75003 Paris

T. 01 42 72 82 20 — F. 01 42 72 58 07

www.galeriezurcher.com

Arts et Métiers
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de midi à 19h

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Taylor McKimens