Théo Mercier — Hier ne meurt jamais

Exposition

Sculpture

Théo Mercier
Hier ne meurt jamais

Passé : 28 septembre → 9 novembre 2013

Theo mercier 1 grid Théo Mercier, Hier ne meurt jamais — Galerie Gabrielle Maubrie Découvert au salon de Montrouge il y a peu de temps, Théo Mercier affole déjà le marché. A la galerie Maubrie qui le représente de... 2 - Bien Critique

Ado-artiste né en 1984, Théo Mercier appartient à cette génération pour qui la notion même de « cliché » n’a aucun sens. Alors qu’une vidéo moche d’un chien qui parle peut totaliser 150 millions de visionnages sur youtube© et récolter 600 00 like, qui peut encore se revendiquer artiste ? Bousculés depuis quelques décennies par la « réconciliation joueuse de l’art et de la vie » qui connaît son acmé dans le marketing des produits de luxe, beaucoup d’artistes contemporains avaient choisi l’escalade mimétique : en boostant les atours de leurs pratiques — grâce à Cibachrome©, Photoshop©, DayGlo© ou Carlson&Co© — ils parvenaient à accrocher une larme des sunlights. Sans même avoir besoin d’y penser, Théo Mercier a opté pour la voie inverse ; il exacerbe au contraire les automations et les contradictions de la société spectaculaire jusqu’à l’épiphanie de leur potentiel artistique. Il retourne en somme le précepte de McLuhan ; avec lui le message est devenu le medium.

Car Théo Mercier ne discute jamais d’art. Pourquoi faire ? Comme Maurizio Cattelan — le seul artiste d’aujourd’hui dont on puisse vraiment le rapprocher — il a réussi la synthèse des deux énigmes duchampiennes : « Les artistes de demain seront souterrains » et « Peut-on faire des œuvres qui ne soient pas d’art ? ». Comme Cattelan et Ferrari avec le magazine Toilet Paper©, Théo Mercier utilise d’abord la photographie, comme d’autres le carnet de notes, le bloc de glaise ou le balsa, afin de mettre en ordre un vocabulaire visuel en perpétuelle ébullition. Mais il parvient à conserver cette spontanéité jusque dans ses sculptures, ce qui est plus surprenant. Son univers est partout reconnaissable entre tous, alors qu’il ne possède finalement aucune spécificité — reproduisant à l’envi ce paradoxe de l’adolescent qui proclame :

« Comment pourriez-vous me connaître, alors que je suis unique ? ».

Cette nouvelle exposition parisienne permet d’apprivoiser le point auquel Théo Mercier a conduit son œuvre. Elle fait suite à deux solo shows de grande envergure — Desperanza, Lille 3000, 2012 et Le Grand Mess, Lieu Unique, Nantes, 2013. Après un début de carrière sidérant — il a commencé à exposer ses œuvres il y a 4 ans à peine — Théo Mercier commence à délaisser les sculptures hybrides — mix d’hyper et d’hypo-réalisme, à la manière du Solitaire, 2010 — qui, touchant le spectateur au plus intime, l’ont fait immédiatement connaître. Dans cette exposition, seul le monumental Grand Public, groupe de fantômes très familiers — qui flanqués de lunettes de soleil, qui coiffés d’un entonnoir ou d’oreilles de Mickey©, qui sirotant un soda — perpétue véritablement de cette veine. Plutôt, les sculptures sont des accumulations, ou plus précisément des collections, d’objets ready-made peu ou aucunement modifiés, à l’image des briquets illustrés de Trois cents filles les plus chaudes de la planète ou des récifs d’aquarium de Fantasmes de pierres. En écho au Talisman peint par Sérusier sous l’influence de Gauguin en 1888, Théo Mercier semble en passe de le prouver : l’art, après tout, est essentiellement une surface courbe recouverte d’objets en un certain ordre assemblés.

Stéphane Corréard
Galerie Gabrielle Maubrie Galerie
Plan Plan
04 Beaubourg Zoom in 04 Beaubourg Zoom out

24, rue Sainte Croix de la Bretonnerie


75004 Paris

T. 01 42 78 03 97 — F. 01 42 74 54 00

www.gabriellemaubrie.com

Hôtel de Ville

Horaires

Du mardi au samedi de 14h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste