Tout balayer, tout assimiler — Autour de Supports/Surfaces, 1969//2017

Exposition

Peinture

Tout balayer, tout assimiler
Autour de Supports/Surfaces, 1969//2017

Dans 13 jours : 5 octobre → 18 novembre 2017

Près de 50 ans après la constitution du groupe Supports-Surfaces, la Galerie
La Forest Divonne rassemble cinq artistes que l’on peut y rattacher, qu’ils y aient participé ou qu’ils l’aient accompagnés, qu’ils y aient adhéré ou qu’ils l’aient contesté.

L’exposition proposera, pour chacun d’entre eux, des œuvres « historiques » qui ont marquées les décennies 1970 et 1980. Elles
seront mises en regard de créations récentes sur lesquelles l’accent sera mis, pour éclairer les réponses différentes que Vincent Bioulès, Christian Bonnefoi, Pierre
Buraglio, Jean-Michel Meurice, et Jean-Pierre Pincemin ont apporté aux questions que pose la peinture. Abstraits ou figuratifs, sur la toile ou sur des rideaux de douches, par collages ou par assemblage, ces cinq artistes participent depuis près de 50 ans à la formidable vitalité de la peinture et en écrivent l’histoire.

« Supports-Surfaces » : l’appartenance à ce groupe a marqué ceux qui l’ont composé et leurs contemporains. Pourtant, il ne dura que trois années, de 1969 à 1972. Bernard Ceysson a parlé d’un « Moment » Supports-Surfaces. Un moment qui marque en fait la peinture française des années 1960-1970, et en cristallise les questionnements. Un

moment de remise en question et d’expérimentations qui commence bien avant la création du groupe, dès le début des années 1960, avec entre autre les expérimentations de Jean-Michel Meurice, ou les assemblages de Pierre Buraglio.

La formidable explosion de l’abstraction américaine, notamment, pousse toute une génération de jeunes artistes français à remettre en question la pratique de la peinture telle qu’elle est enseignée et pratiquée autour d’eux. "Dans les années 1980, Jean-Pierre Pincemin dira vouloir “tout balayer, tout assimiler”. Cette démarche les mène à la fois à sortir la peinture de la toile, et à rechercher le geste pictural essentiel, qui passe le plus souvent par la valorisation de la couleur pour elle-même.

Si un même diagnostic est ainsi partagé par ces artistes, leurs personnalités et les réponses qu’ils construisent, s’affirment rapidement dans des voies distinctes — sinon opposées- et l’œuvre de chacun se développe dans des directions autonomes.

  • Vernissage Jeudi 5 octobre 18:00 → 21:00
  • Nocturne du Jeudi des Beaux-Arts Evénement Jeudi 5 octobre 18:00 → 21:00
  • Nocturne du Jeudi des Beaux-Arts Evénement Jeudi 2 novembre 18:00 → 21:00