Une passion française — La collection Marlene et Spencer Hays

Exposition

Dessin, peinture, sculpture

Une passion française
La collection Marlene et Spencer Hays

Passé : 16 avril → 18 août 2013

Marlene et Spencer Hays ont commencé à acheter des œuvres d’art au début des années 1970. A l’instar de beaucoup de leurs concitoyens, ils s’intéressent d’abord à la peinture américaine de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, remportant leurs trophées au feu des enchères à New York et à Londres. Puis ils élargissent le champ de leurs investigations découvrant les Nabis au début des années 1980. Ils tombent aussitôt sous le charme des compositions mystérieuses signées Bonnard, Maurice Denis, Maillol, Ranson, Vuillard, réunissant une collection de première importance.

Vivre à Paris

La collection comprend un ensemble important de tableaux et de dessins représentant le Paris du XIXe siècle et de la Belle-Epoque. Les Hays aiment retrouver le souvenir de leurs promenades sur le pavé parisien ou dans le Jardin des Tuileries dans des œuvres du siècle passé accrochées sur leurs murs. Le Paris fin-de-siècle avec ses rues animées, ses cafés et ses théâtres — si justement décrits par Anquetin, Forain, Béraud, Goeneutte, Steinlen — les attirent.

Les personnages de ces compositions offrent une typologie du boulevard parisien avec ses bourgeois, ses midinettes, ses flâneurs, ses types interlopes et ses vieux métiers. Les lampadaires du mythique café-concert des Champs-Elysées, Le Jardin de Paris peint par Bonnard en 1896, éclairent avec subtilité une foule en quête de plaisirs nocturnes. Une toile de Fernand Pelez, Grimaces et Misère, les saltimbanques, première pensée pour un tableau monumental conservé au Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, est l’un des fleurons de la collection. Succès du Salon de 1888, cette parade de cirque mélancolique illustre la grâce équivoque de la misère urbaine derrière la magie du spectacle.

Arts graphiques : Pont-Aven et Nabis

Spencer Hays, qui est passionné de dessin, possède plusieurs centaines de feuilles dont des raretés de l’Ecole de Pont-Aven et des Nabis, collectées depuis plus de trente ans. Parmi celles-ci, se trouve une étude préparatoire grandeur nature pour un panneau du Paravent des nourrices, frise de fiacres, œuvre de jeunesse de Bonnard, accompagnée d’une esquisse de l’ensemble en format réduit.

Spencer Hays apprécie la spontanéité du dessin, sa capacité à créer l’émotion avec des moyens réduits et un support fragile, papier ou carton. Il a un penchant pour les œuvres singulières, comme les projets d’affiches et de partitions illustrées, réalisés à l’aquarelle par Bonnard, ou encore l’étude pour la couverture de la revue mensuelle, L’Image, par Toulouse-Lautrec. Vuillard est à ses yeux l’artiste le plus doué pour évoquer une atmosphère intimiste et faire entrer le spectateur à l’intérieur de la vie de ses personnages comme les acteurs sur la scène. Au temps où il était régisseur du théâtre de l’Oeuvre, il réalisa de nombreux portraits d’acteurs dont l’inoubliable Biana Duhamel dans le rôle de Miss Helyett.

Vanités

La collection Hays réunit un nombre important de natures mortes et de portraits représentant des personnages célèbres ou oubliés, des peintres et des sculpteurs. Dans les années 1990, Les Hays s’intéressent à Fantin-Latour, séduits par la sensualité de sa touche et la vérité des textures de ses natures mortes. Héritier d’un métier classique proche de Chardin, le peintre évolue vers la modernité au contact de Manet. Sa Tranche de melon sur fond sombre, véritable portrait d’un fruit, dialogue harmonieusement avec celui de l’artiste par lui-même.

Une place d’honneur est réservée dans la salle à manger de l’appartement de New York au Homard peint par Caillebotte en 1883. Présenté directement sur le marbre d’une table, il figure comme une allégorie du goût, une ode à la gourmandise simple et raffinée que partagent Français et Américains pour ce crustacé.

Intimités

La beauté stupéfiante du Petit déjeuner après le bain de Degas, accueille le visiteur dans le vestibule de l’appartement new yorkais. L’artiste a réalisé plusieurs variantes de cette scène matinale confrontant maîtresse et servante dans l’intimité de l’heure du bain. La complicité avec le modèle transfiguré par l’éclat du pastel, se retrouve dans deux autres dessins de Degas, Danseuse se coiffant et Femme s’épongeant le dos, qui illustrent des thèmes favoris de l’artiste.

La même intimité est sensible dans les œuvres graphiques d’un peintre impressionniste belge, Georges Lemmen (1865-1916), influencé par Degas et Toulouse-Lautrec, qui s’orienta vers le symbolisme tout en adoptant une technique pointilliste. Ses portraits de femmes dans un intérieur expriment une certaine mélancolie présente également dans La Couseuse de Manet penchée sur son ouvrage.

Gentry

Plusieurs tableaux et pastels de la collection Hays représentent des assemblées d’hommes et de femmes, des portraits isolés dans des parcs et des intérieurs confortables. Ces personnages appartiennent à l’aristocratie ou à la bourgeoisie fortunée de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Une grande attention est portée à l’élégance de leur tenue, à la prestance de leur pose, à la beauté de l’environnement qui expriment l’essence même de cette société où les modèles apparaissent souvent absorbés dans leurs pensées.

Portraitiste à la mode, Paul Helleu adopte un style raffiné qui lui vaut de nombreuses commandes. Son Portrait présumé de la princesse de Ligne, anticipant les héroïnes de La Recherche du temps perdu de Marcel Proust, est une symphonie en blanc majeur toute en retenue et sophistication. Un portrait au pastel réalisé par un ami d’Helleu, Jacques-Émile Blanche, représenterait Charles Laval, un peintre proche de Gauguin, disparu à l’âge de 33 ans.

Chefs-d’œuvre symbolistes et Nabis

Au début des années 1980, les Hays sont attirés par les tableaux de Bonnard, Maurice Denis, Maillol, Ranson, Vuillard dont la peinture traduit les arcanes de la pensée, la vibration des sentiments et la complexité des rapports humains. Le groupe des Nabis s’est constitué au début des années 1890 pour défendre un art symboliste et décoratif en opposition à une imitation de la réalité à travers des formules toutes faites. Les Nabis inventent un nouveau langage esthétique permettant de donner un équivalent du réel et de suggérer la spiritualité, la poésie ou le rêve à l’aide de lignes sinueuses, d’aplats de couleur, d’oppositions d’ombre et de lumière, de perspectives réduites à deux dimensions. Leurs compositions sont parfois difficiles à décrypter au premier coup d’oeil.

Ce mystère plaît aux Hays qui achètent des toiles exceptionnelles, comme le septième panneau des Jardins publics de Vuillard, dont le musée d’Orsay conserve cinq autres compositions sur neuf. Les Fillettes se promenant, représentant deux apprenties de l’atelier de couture de la mère de Vuillard dans le Jardin des Tuileries, rejoint leur collection en 2008. Elles sont toujours aujourd’hui l’une de leurs toiles favorites.

Un paravent japonisant, œuvre majeure de jeunesse de Bonnard, avait été démantelé avant d’être réuni et acheté par les collectionneurs qui possèdent également des panneaux décoratifs de Maurice Denis, Le Printemps et L’Automne conçus pour une double porte de la salle de réception de la demeure du directeur de La Dépêche de Toulouse, Arthur Huc, ami de la première heure et soutien des Nabis.

Deux compositions magistrales de Redon, La Fleur rouge — ayant appartenu à Maurice Denis — et Vase de fleurs et profil, complètent cet ensemble symboliste et nabi qui vient de s’enrichir de deux nouvelles acquisitions : Le Goûter au Pouldu de Maurice Denis et Les Lavandières de Maillol.

Au temps des Fauves

L’art français du début du XXe siècle séduit les Hays par ses couleurs intenses qui constituent une ode à la vie. Le rouge de la cape d’ Arlequin à la guitare de Derain, le carmin des bas du modèle aux babouches jaunes de Marquet, les fleurs des broderies d’un portrait de femme par Matisse vibrent d’une sensualité que l’on retrouve dans les formes pleines de L’Eté de Maillol, un bronze réalisé en 1911 du vivant de l’artiste.

La féminité triomphante de l’allégorie contraste avec l’attitude recroquevillée de la Petite Eve conçue par Rodin pour La Porte de l’Enfer. Dina Vierny qui posa pour la plupart des sculptures de Maillol est également le modèle d’une série de nus exécutés à la sanguine dont certains sont présentés dans la dernière salle de l’exposition. Refusant de s’enfermer dans une histoire de l’art linéaire, les Hays privilégient les regards croisés et les dialogues entre les artistes. En 2001, ils achètent le Portrait de Soutine par Modigliani peint sur une porte dans l’appartement du marchand Léopold Sborowski (1889-1932). Ce portrait réalisé en une séance constitue le témoignage émouvant d’un artiste fragile et misérable au temps de la bohème à Montparnasse.

07 Paris 7 Zoom in 07 Paris 7 Zoom out

1, rue de la Légion d’Honneur


75007 Paris

T. 01 40 49 48 14

Site officiel

Solférino

Horaires

Tous les jours sauf le lundi de 9h30 à 18h
Nocturne les jeudis jusqu’à 21h30

Tarifs

Plein tarif 11 € — Tarif réduit 8,50 €

302x284 hands on design original

Programme de ce lieu