Vincent Lorgé — Bonne résolution

Exposition

Installations, peinture, photographie, sculpture...

Vincent Lorgé
Bonne résolution

Passé : 5 → 21 janvier 2017

Vincent Lorgé a fait du trait d’esprit un moteur de travail. « Bonne résolution » atteste de cette démarche de création : partout, des glissements de sens opèrent d’incongrues accointances, conviant l’esprit du regardeur à débusquer çà et là le calembour où il se nicherait. L’étrier est tendu avec les facétieux néons d’œuvre d’art/Veut adorer. Pour apprécier cette exposition immersive, saturée de symboles familiers, d’objets vernaculaires et de talismans de fortune, il faut donc laisser au pas de la porte tout esprit de sérieux.

Se jouer de soi, sans cesse, et prendre le lapsus ou la bizarrerie des rapprochements sémantiques comme preuves de souplesse de la pensée : ce principe de création de Vincent Lorgé, qui consigne les échappées discrètes de la raison vers la facétie, s’apparente, en un sens, à une sensibilité renouvelée à l’inframince. Ainsi du curseur — symbole discret et quotidien que d’autres appelleront flèche ou pointeur — qui chez Vincent Lorgé devient le moucheron importun pointant le volatile et l’infime. Endémique à l’exposition, il est ici capturé à même le plafond dans l’installation Spirale, faite de papiers collants pour nuisibles volants, là capturant l’espace pictural au creux de sa forme devenue cadre de l’expression. À l’heure où la France a pris pour bonne résolution le droit à la déconnexion, on ne manquera pas de lever les yeux au ciel en s’interrogeant sur nos propres trajets virtuels, erratiques et volontaires, menés à bout de flèche.

Car nous le voulons bien, au fond : de prime abord, on devine dans la photographie intitulée La discrète un envahissement consenti de la vie (« la vraie ») par ces symboles parsemés sur nos peaux réelles. Seulement, aucune dichotomie nette n’est établie entre WWW et IRL1 dans le travail de Vincent Lorgé. Les flèches sont des mouches, toujours, mais elles sont aussi celles dont se paraient les galantes à la Cour du roi pour relever leur pâleur distinguée. Être numérique, c’est peut-être aussi être désirable, et il faudra faire avec ce mélange des genres ou des degrés de réalité, admettre que l’on se farde aussi d’immatérialité. Chez Vincent Lorgé, l’humain semble clownesque dans ses modes de présentation à l’autre, par ses agréments de filtres embellissant sa propre image, par la volonté à en capter et diffuser toutes les facettes jusqu’aux intimes parties de l’anatomie.

Que reste-t-il alors d’Eros ? Gradiva modernes, ces moulages féminins évoquent le roman de Wilhelm Jensen qui dépeignit le trouble d’un archéologue prêtant confusément à un bas-relief de pierre le charme de la chair. Avec ces Cairns jonchant le sol de la galerie, Vincent Lorgé a appliqué à la lettre notre vœu indiscret du tout-voir et emprunté à l’Histoire naturelle de Pline l’ambition du tout-connaître. En archéologue du temps présent, l’artiste a tenté de saisir les visions fugaces et narquoises de l’individu hypermoderne : ici, à même le vivant.

La distinction entre réel et virtuel, passé et monde actuel, est toute pleine de porosités dans le travail de Vincent Lorgé. La mémoire n’est pas ici un poids : elle est ce qui réactive, tels les pavés assez mal équarris du Temps retrouvé, la compréhension du temps présent. Ainsi de TwingoWindow qui est tout autant un trompe-l’œil à la matière, un faux-vrai ready-made qu’un ouvroir aux expériences vécues. Cette vitre de véhicule est de celles par lesquelles l’œil a enregistré la succession des paysages parcourus pour, enfin, atteindre la destination finale, celle de ces vacances de fortune. L’art et la vie se mêlent ardemment dans l’œuvre de celui qui, refusant de trop attendre en salle de classe, a fait un jour du bon mot de Robert Filliou l’essence de son travail.

———

Vincent Lorgé est né en 1987 à Paris. Il vit et travaille entre Lyon et Paris. Il a été formé à l’École supérieure d’art de Grenoble. « Bonne résolution » est sa première exposition personnelle à la Galerie Derouillon.

1 In Real Life

Camille Richert
  • Vernissage Jeudi 5 janvier 18:00 → 21:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

38, rue Notre Dame de Nazareth

75003 Paris

www.galeriederouillon.com

République
Strasbourg Saint-Denis
Temple

Horaires

Du mardi au samedi de 14h à 19h
Et sur rendez-vous

L’artiste

  • Vincent Lorgé