Yazid Oulab

Exposition

Installations, techniques mixtes

Yazid Oulab

Passé : 4 septembre → 30 octobre 2010

« Toute la condition humaine repose sur cette volonté de s’élever et de se construire par l’apport des connaissances et des expériences de ceux qui nous ont précédés et qui font de nous l’homme d’aujourd’hui. »

Yazid Oulab

Pour sa troisième exposition personnelle à la galerie, Yazid Oulab poursuit sa réflexion sur l’Homme et la place qu’il tient dans notre monde au travers d’une série d’œuvres inédites intitulée : Les Confessions négatives.

Parmi celles-ci, deux balances. La première, haute de deux mètres cinquante est constituée de bois et de grillage. En guise de plateaux, deux cages à oiseaux de forme octogonale nous rappellent ces poids utilisés naguère par les commerçants. Ces volières abritant chacune deux oiseaux animent la bascule pour la faire poétiquement osciller, puis retrouver son moment d’équilibre. Une fois encore, l’artiste détourne un objet usuel et nous transporte vers un ailleurs spirituel et poétique où l’homme peut rêver de prétendre à l’équité. La seconde balance est vide. Il s’agit d’une vidéo dont la bande son est une récitation inspirée des confessions négatives du jugement dernier d’Osiris dans le livre des morts égyptiens. Dans ces confessions, le défunt énumère le mal qu’il n’a pas commis durant sa vie terrestre. Yazid Oulab nous transmet ici ces confessions négatives adaptées à la société contemporaine. Parallèlement, l’artiste présente un monument funéraire réalisé à partir de ramettes de papier blanc afin d’illustrer une image de la tradition africaine : lorsqu’un homme âgé et sage meurt, il est coutume de dire qu’une bibliothèque disparaît. Parce que l’homme se construit grâce à l’héritage de ceux qui nous ont précédés, Yazid Oulab nous invite à feuilleter cette tombe et peut-être à apprendre du passé.

Illustration de l’héritage, les mains de barbelés, réalisées à l’atelier Calder en 2009, convoquent un paradoxe. Celui d’une main dessinée dans un matériau agressif et celui d’une main qui donne et protège. En effet, ces mains n’incarnent-elles pas l’héritage qu’il faut protéger et qu’il faut aussi savoir accepter de recevoir ?

Ne serait-ce pas un travail de mémoire que nous propose finalement l’artiste à travers ses sculptures de gomme, métaphores de l’effacement et de la disparition ?

C’est de la place de l’homme, dans sa forme passée, présente et à venir, qu’il est question ici. Trouver son équilibre, souvent menacé, et qu’il faut malgré tout maintenir. Ne serait-ce pas dans cette difficulté que réside la clé de notre élévation ?

Galerie Eric Dupont Galerie
Plan Plan
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

138, rue du Temple

75003 Paris

T. 01 44 54 04 14 — F. 01 44 54 04 24

www.eric-dupont.com

Arts et Métiers
Temple

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Yazid Oulab