Younès Rahmoun — Darra

Exposition

Dessin, photographie, vidéo

Younès Rahmoun
Darra

Passé : 18 octobre 2012 → 26 janvier 2013

Le sentiment esthétique est-il encore l’objet de l’art ? Dans un monde communément considéré comme désenchanté, où marché et rentabilité font loi, l’art peut-il être le lieu d’une transcendance spirituelle, ou, osera-t-on même dire sans craindre les foudres de la morale rationaliste dominante, l’expression du mystique ?

Bien loin de toute tentative de persuasion ou d’argumentation contre ou en faveur de, bien loin de toute position dogmatique ou de tout cliché, l’exposition de Younès Rahmoun à la galerie Imane Farès s’offre subtilement comme le modeste témoignage d’une façon d’habiter le monde et d’y laisser une légère empreinte. Une empreinte qui se lit notamment dans la série Darra (atome) montrée pour la première fois au public et qui représente de véritables condensés de vie que l’artiste nomme « traces d’espace/temps ». Agrandissements photographiques de petites sphères réalisées par Younès Rahmoun pendant sept années passées à travailler dans sa chambre dont les dimensions réduites ne permettaient pas de réaliser d’œuvres d’envergure plus importante que la taille d’une main, les Darra sont faites de matières diverses collectées lors de rencontres, voyages ou occasions familiales. Des petites trouvailles aussi insignifiantes que du papier de chocolat doré ou de la ficelle en plastique soigneusement conservées pour un jour, peut-être, être sublimées, devenir œuvre d’art et raconter les histoires constitutives de tout un pan de vie.

En écho aux Darra est présentée une série de dessins épurés reprenant le motif sphérique de l’atome récurrent dans la pratique de l’artiste, qui voit en lui la forme parfaite, à la fois commencement, finitude et matrice universelle. Une installation produite spécialement à l’occasion de l’exposition fait écho à cet ensemble cohérent et, à l’instar de toutes les œuvres de Rahmoun, lie son univers intime et personnel à l’extériorité et à l’immanence du monde. Enfin, une nouvelle version du film d’animation Zahra, superposition délicate et immersive de soixante-dix-sept fleurs colorées et imaginaires, inspirées par la foi musulmane invitent à la méditation et achèvent cette exposition qui résonne étonnamment avec les propos de Kandinsky, dans Du spirituel dans l’art :

Est beau ce qui procède d’une nécessité intérieure de l’âme. Est beau ce qui est beau intérieurement.

Bérénice Saliou
Galerie Imane Farès Galerie
Plan Plan
06 St Germain Zoom in 06 St Germain Zoom out

41, rue Mazarine


75006 Paris

T. 01 46 33 13 13

www.imanefares.com

Mabillon
Odéon

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h

302x284 hands on design original

L’artiste

  • Younès Rahmoun