Ettore Spalletti — Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau

Exposition

Peinture

Ettore Spalletti
Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau

Passé : 20 avril → 26 mai 2018

« Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau. »

Paul Valéry, L’Idée fixe

———

L’artiste présente à la galerie de nouvelles peintures et sculptures ainsi que de nouvelles œuvres sur papier à la librairie. Deuxième collaboration de l’artiste avec la galerie après celle à Londres en 2016, cette exposition prélude la rétrospective qui lui sera consacrée au Nouveau Musée National de Monaco (NMNM) début 2019.

Dans l’espace principal sont dévoilées les nouvelles œuvres de la série Paesaggio, accompagnées de sculptures récentes. Composées chacune de plusieurs panneaux monochromes, les peintures Paesaggio évoquent les paysages intemporels de la région de la côte adriatique italienne des Abruzzes où l’artiste vit et travaille depuis toujours.

Web dsc2487 1 medium
Ettore Spalletti, vue d’installation, exposition « Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau », 2018 Courtesy de l’artiste & Galerie Marian Goodman, Paris — Photo Rebecca Fanuele

Placé entre deux Paesaggio, un diptyque couleur corail est disposé légèrement incliné contre le mur. La feuille d’or qui rehausse délicatement les bords des panneaux les projette vers l’avant, conférant à l’œuvre une présence sculpturale et cinétique. Ce détachement du mur est accentué par la sensation que les pigments en poudre se détachent doucement de la surface picturale, donnant à l’espace autour de l’œuvre une dimension physique et structurelle. Percevant ce léger mouvement, le visiteur est attiré vers l’intérieur de l’œuvre en même temps qu’il ressent un éloignement, estompant les limites entre le dedans et le dehors. Enfin les sculptures de forme cubique, disposées dans l’espace baigné d’une chaleur luminescente, orientent sereinement notre déplacement.

Dans la salle adjacente sont installées de nouvelles œuvres bleu azur, couleur de prédilection de l’artiste. Chaque pièce forme à première vue un carré parfait si ce n’est un coin minutieusement sectionné sur chacun d’entre eux. Cette intervention formelle nous rappelle que la peinture est un objet sculptural, et de la même manière, qu’une structure en trois dimensions comporte également des aspects bidimensionnels. Les œuvres de Spalletti échappent à une stricte catégorisation entre peinture et sculpture, et se définissent plutôt comme des fragments architecturaux aux formes géométriques, empreintes de luminosité et d’une touche vibrante.

 dsc2477 1 medium
Ettore Spalletti, vue d’installation, exposition « Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau », 2018 Courtesy de l’artiste & Galerie Marian Goodman, Paris — Photo Rebecca Fanuele

En parallèle à la librairie Marian Goodman est présentée une sélection de ses nouvelles œuvres sur papier qui font directement écho à ses premières peintures de paysages montagneux, considérées aujourd’hui comme la genèse de la série Paesaggio. Ces dessins réalisés d’un geste léger au pastel et au crayon de couleur, représentent des fragments de la nature des Abruzzes, dans un équilibre délicat entre figuration et abstraction.

La méthode de travail de Spalletti trouve son origine dans une répétition méditative. Pendant de longs mois, il applique des couches successives de pâte pigmentaire sur un même panneau, consacrant quotidiennement un temps déterminé à chaque œuvre. L’aspect final de la surface de la peinture n’apparaît qu’au terme de ce processus, après un ponçage doux des couches picturales, qui telle une caresse, révéle à la fois la luminosité interne et la surface animée par des variations de ton et de texture. L’artiste compare sa technique au doux geste d’application du fard à joues — tout aussi délicat et chorégraphié. La peau de notre corps nous isole de notre environnement, mais c’est aussi par elle que nous entrons en contact avec celui-ci. Elle s’inscrit comme une frontière entre l’intérieur et l’extérieur, tout comme la surface vibrante des œuvres de Spalletti. La peau est protection, en même temps qu’appel à la connexion : c’est en cela que réside, selon Spalletti, la profondeur de l’humanité. Comme le dit Paul Valéry, dans L’Idée fixe : « Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau. ». Et c’est cette profondeur même de la peau, délicatement translucide et contenant l’être tout entier, que Spalletti examine et représente dans son travail.

 dsc2676 1 medium
Ettore Spalletti, vue d’installation, exposition « Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau », 2018 Courtesy de l’artiste & Galerie Marian Goodman, Paris — Photo Rebecca Fanuele

––––––

A PROPOS DE L’ARTISTE

Ettore Spalletti est né à Cappelle sul Tavo (Pescara) en 1940, où il vit et travaille. Son œuvre a fait l’objet de grandes expositions internationales au cours des 40 dernières années, plus récemment au Palazzo Cini à Venise en 2015, et en 2014 avec une rétrospective présentée simultanément dans trois institutions italiennes : MADRE — Musée d’Art Contemporain de Donnaregina, Naples, GAM — Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea, Turin et MAXXI — Museo Nazionale delle Arti del XXI Secolo, Rome. Parmi ses autres expositions personnelles marquantes, on peut citer celles au GNAM — Galleria Nazionale d’Arte Moderna, Rome (2010), à l’Académie de France, Villa Médicis, Rome (2006), à The Henry Moore Institute, Leeds (2005), au Castello di Rivoli — Musée d’art contemporain, Rivoli, Turin (2004), à la Fundación la Caixa, Madrid (2000), au Musée d’Art Moderne et Contemporain, Strasbourg (1998), au MUHKA — Musée van Hedendaagse Kunst, Anvers (1995), et au Museum Folkwang, Essen (1982).

Parmi ses expositions de groupe, citons le Musée d’art contemporain de Tokyo (1998), le Musée Solomon R. Guggenheim de New York (1993 et 2004), la Biennale de Venise (1982, 1993, 1995 et 1997) et la Documenta VII (1982), ainsi que la Documenta IX (1992). En 2010, Spalletti a été lauréat du prix Terna, dédié à l’art contemporain. Ses principales commandes publiques comprennent la chapelle de la Villa Serena, à Pescara (Italie), en collaboration avec l’architecte Patrizia Leonelli, et la « Salle des départs » de l’Hôpital Raymond-Poincaré à Garches.

  • Vernissage Vendredi 20 avril 18:00 → 20:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

79, rue du Temple

75003 Paris

T. 01 48 01 70 52 — F. 01 40 27 81 37

www.mariangoodman.com

Rambuteau

Horaires

Tous les jours sauf le dimanche de 11h à 19h

Breve mouchet sept 2018 01 original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Ettore Spalletti