Michael Biberstein

Exposition

Dessin, peinture

Michael Biberstein

Dans 20 jours : 7 mars → 18 avril 2020

En écho à l’importante rétrospective consacrée à Michael Biberstein par Culturgest Lisbonne en 2018, la galerie présente une nouvelle exposition réunissant peintures et œuvres sur papier de l’artiste suisse-américain.

Très tôt marqué par une exposition de Mark Rothko qui va bouleverser sa vie, Michael Biberstein quitte la Suisse dans les années 60 pour étudier l’histoire de l’art aux États-Unis auprès du critique britannique David Sylvester au Swarthmore College à Philadelphie. L’artiste s’intéresse alors à l’art Paléochrétien, à l’architecture des églises romanes ainsi qu’à la peinture baroque, et plus particulièrement à Giovanni Battista Tiepolo. Les espaces sacrés de notre planète, qu’il visite inlassablement, deviennent l’un des sujets majeurs de son œuvre, malgré son agnosticisme militant.

La carrière artistique de Biberstein débute dans les années 70 par un processus de déconstruction de la Peinture, à l’époque des prémisses de l’art conceptuel. Cette recherche l’amène, à partir des années 80, d’abord en Suisse, puis ensuite au Portugal, à développer un travail autour du Paysage dans ses dimensions historiques, méthodologiques et esthétiques. Arrivé au Portugal à la fin des années 70, il crée, d’abord à Penedo, à Sintra, et plus tard dans l’Alentejo (où il a résidé la majeure partie de ses 40 années passées au Portugal), l’atmosphère propice à sa pratique de la peinture.

Les paysages éthérés de Michael Biberstein, épris d’astrophysique, sont des vibrations de l’espace, respirations chromatiques et résonances du silence. Ils évoquent les paysages de Vernet, Friedrich, Turner, Monet, Cézanne et Rothko, et des réminiscences de paysages orientaux. Construites à partir de la patiente juxtaposition de fines couches de peinture acrylique, ces peintures nous convient à entrer dans un « champ élargi » du Paysage.

Sans aucun doute, ses innombrables cieux et paysages méditatifs ont- ils appelé la conception du plafond de l’Église Santa Isabel (1742), à Lisbonne, auquel l’artiste a consacré près de quatre années de sa vie. Inachevée lors du décès soudain de l’artiste en 2013, la décision de réaliser cette œuvre majeure s’est faite avec le concours appuyé de la galerie lors d’une exposition fundraising en 2014 intitulée Un Ciel pour Michael Biberstein.

En 2016, lors de l’inauguration du plafond de l’église de Santa Isabel, peint par l’artiste, la Fondation Árpád Szenes — Vieira da Silva, en collaboration avec la galerie, organise une présentation des études de l’artiste pour le plafond de l’église intitulée Estudos para um Céu, ainsi que d’œuvres sur papier inédites et de la maquette de l’intérieur de l’église de Santa Isabel à l’échelle 1:75, réalisée par Appleton et Domingos Arquitectos.

La galerie lui consacre à cette occasion l’exposition Paysage en apothéose présentant des œuvres sur papier très peu ou jamais montrées, découvertes dans l’atelier de Michael Biberstein après son décès, et réalise un catalogue consacré à son œuvre dessiné en collaboration avec Nicholas Turner, curator au J. Paul Getty Museum en vue de la préparation du Catalogue Raisonné de l’artiste.

Du 2 au 5 avril 2020, une sélection d’œuvres de l’artiste sera également montrée à l’occasion d’Art Paris au Grand Palais.

  • Vernissage Samedi 7 mars 17:00 → 20:00