Raphaël Fabre

« …d’ailleurs tout à fait commun que les médecins et infirmières de ce type de structures hospitalières soient quelquefois confus face au grand nombre de patients à traiter. On observe alors qu’ils commettent de bénignes erreurs de noms ou de chambres. Un article du Washington Scientist publié en 1887 démontra que dans ces conditions, les résidents eux-mêmes commençaient à se sentir troublés par les nouvelles architectures de ces hôpitaux modernes. Les comportements étudiés montrèrent que ces mêmes sujets se mirent à errer dans les espaces, en se trompant de chambre, en changeant leurs noms, et dans les structures récemment normalisées, à interchanger leurs identités, d’autres allant jusqu’à dormir à plusieurs dans le même lit, tous convaincus d’être le même patient. […] Dans un cas particulièrement étrange du Shandy’s Hospital de Providence, une nuit, l’ensemble des malades marchèrent en file indienne dans les couloirs, semblant chercher un guide dans l’obscurité. Ils commencèrent à se rapprocher de la guérite du hall principal, contenant la seule lumière encore allumée dans l’hôpital. Les médecins, médusés, observèrent à l’aube ce groupe tourner autour de la cage, amassés contre la vitre, attendant leur sortie impossible. »

Raphaël Fabre, The Moth, 2017 Installation, Performance : Hélène le Ray & Louis de Montgolfier Costumes : Jade Boyeldieu d’Auvigny Résidence LeChassis / Les Barreaux
Raphaël Fabre, The Moth, 2017 Installation, Performance : Hélène le Ray & Louis de Montgolfier Costumes : Jade Boyeldieu d’Auvigny Résidence LeChassis / Les Barreaux
Raphaël Fabre, The Moth, 2017 Installation, Performance : Hélène le Ray & Louis de Montgolfier Costumes : Jade Boyeldieu d’Auvigny Résidence LeChassis / Les Barreaux

Raphaël Fabre

Contemporary

Mixed media

Jc ap opencall 02 original

Is this your profile? Do you represent this artist?

Claim this artist profile