Ernesto Riveiro — La Peinture tohu-bohu

Exhibition

Drawing, painting

Ernesto Riveiro — La Peinture tohu-bohu

In about 1 month: May 26 → July 17, 2021

L’ahah, en collaboration avec le Domaine départemental de Kerguéhennec (Morbihan), a l’immense plaisir d’inviter, au printemps 2021, l’artiste franco-argentin Ernesto Riveiro, pour une exposition d’ampleur autour de son œuvre se déployant sur trois lieux, à Bignan, en Bretagne, et à Paris.

Le premier mouvement de cette triple exposition se tiendra à Bignan, du dimanche 11 avril au dimanche 30 mai 2021, dans les Écuries du Domaine de Kerguéhennec ; le second, à Paris, du samedi 24 avril au samedi 26 juin 2021, dans les deux espaces de l’association L’ahah dits #Griset et #Moret. C’est Olivier Delavallade, directeur artistique du Domaine départemental de Kerguéhennec (Morbihan), qui en assurera le commissariat.

Cette triple exposition s’accompagne d’une importante monographie de l’artiste réalisée conjointement par les éditions de L’ahah et Skira. Cette publication est la première publication des éditions de L’ahah.

«J’ai découvert la peinture d’Ernesto Riveiro à la fin des années 80, chez Françoise Palluel. À l’époque, l’artiste présentait des diptyques. J’appréciais la rigueur de ses compositions abstraites autant que la qualité picturale singulière qui se dégageait de ces œuvres contrastant avec la figuration débridée ou l’hyper gestualité en vogue ces années-là. Après avoir perdu de vue ce travail, je l’ai retrouvé avec un immense plaisir en 2015 dans l’exposition que Pascaline Mulliez présentait dans sa galerie de la rue de Montmorency. Il avait sensiblement évolué mais conservait toute sa tension picturale. Entre temps, le tableau avait retrouvé son unité, la couleur y était riche et dense, la texture généreuse ; la composition plus libre, restait toutefois fortement maîtrisée, sans lyrisme.
L’exposition que j’ai imaginée, à l’invitation de Pascaline Mulliez qui a depuis fondé l’association L’ahah, se déroulera en un temps, deux mouvements et trois lieux. À Paris, dans le grand espace de L’ahah, dit #Griset, sera présenté un ensemble d’œuvres choisies afin de retracer et comprendre l’évolution de la peinture durant ces trente dernières années. Non loin de là, le plus petit espace dit #Moret, sera transformé en cabinet d’art graphique afin de montrer cette part essentielle de l’œuvre qui possède une réelle autonomie et sous-tend en profondeur le travail de peinture. Un peu plus à l’ouest, à Kerguéhennec (Morbihan), seront présentées les peintures les plus récentes ; le vaste espace des écuries autorisant l’exposition, en pleine lumière, de grands formats.»

Olivier Delavallade, directeur du Domaine de Kerguéhennec, prélude au texte qui sera spécifiquement écrit pour l’exposition personnelle d’Ernesto Riveiro à L’ahah #Griset et #Moret, à découvrir durant toute la durée de l’exposition.

Né en 1947 à Buenos Aires en Argentine, Ernesto Riveiro s’initie en autodidacte au dessin et à la peinture, parallèlement à des études techniques et scientifiques. Il quitte l’Argentine en 1972 et s’installe à Paris où il se consacre dès lors à sa pratique artistique. Depuis 1996, il vit et travaille à la campagne à côté de Chambord.
Plusieurs galeries, dont Françoise Palluel, Patrice Carlhian et Elisabeth Valleix à Paris, ont exposé son travail dès la fin des années 80/le début des années 90, y compris en foires (la FIAC à Paris ou arteBA à Buenos Aires) ; depuis 2011, c’est la Galería van Riel à Buenos Aires qui accompagne l’artiste, avec la galerie Pascaline Mulliez à Paris, de 2015 à 2017. D’importantes expositions personnelles ont déjà été consacrées à son œuvre : en 1990, au Centre d’Art Contemporain de Brétigny-sur-Orge et en 2008-2009, à l’invitation du 19 CRAC de Montbéliard, à l’École d’Art de Belfort et au musée de Champlitte — double exposition ayant donné lieu à l’édition d’une première monographie.