Audrey Matt Aubert — L’irrésistible synthétique

Exposition

Dessin

Audrey Matt Aubert
L’irrésistible synthétique

Passé : 23 septembre → 28 octobre 2017

L’irrésistible synthétique1

La pratique artistique d’Audrey Matt Aubert s’articule essentiellement autour d’une réflexion sur l’architecture et les formes qu’elle produit. Si sa peinture s’attache plus particulièrement à l’exploration des motifs qui caractérisent certains grands ensembles (suivant un traitement souvent proche de l’abstraction), le dessin lui permet d’introduire une dimension plus fantasmagorique, marquée aussi bien par le surréalisme que par la lecture des théories sur la ville générique et le développement des grandes métropoles modernes2.

Pour ses récents dessins, l’artiste a puisé dans les civilisations les plus anciennes un corpus de formes archaïques et d’habitats thériomorphes3, auquel elle n’hésite pas à adjoindre, par collage et contagion, le systématisme et la rigueur des constructions les plus contemporaines. En soumettant ces architectures aux principes d’un développement rhizomique et modulaire, qu’elle emprunte aux mondes animal et végétal, Audrey Matt-Aubert parvient à substituer sans heurt l’alvéole aux éléments standardisés de construction, pour dévoiler la parenté inattendue qui lie la forme d’une ruche à celle de nos habitations contemporaines. Ailleurs, un exotisme composite, peuplé de palmacées indistinctes, vient s’immiscer dans les interstices d’une structure précaire, qui tient tout autant du monument que de l’attraction. Par ces manipulations, Audrey Matt Aubert parvient à réconcilier les régimes du métaphorique et du littéral, au prix d’une hybridation saisissante et d’un déplacement simultané de l’artificiel vers l’organique et du vivant vers le synthétique.

Se dressent alors d’étranges chimères architecturales, qui, déposées sous la clarté limpide d’un lointain désertique ou plongées dans l’obscurité sourde d’une nuit opaque, s’imposent à nous comme les décors et les protagonistes d’une histoire universelle : celle du phantasme de la ville sans histoire, synthèse irrésistible de toutes les autres et vouée pour l’éternité à une croissance sans borne ni contrainte.

———

1 Notion empruntée à Rem Koolhaas (cf. New York Délire, 2002) et qui caractérise le programme de l’urbanisme moderne, dont l’objectif est d’intégrer et de réunir toutes les cultures et toutes les expériences possibles tout en rendant l’expérience des plaisirs factices préférable à celle de la vraie vie.

2 Voir notamment les ouvrages de Rem Koolhaas : Junkspace (2011) et New York Délire (2002)

3 Thériomorphes : qui prennent la forme d’une bête.

Thibault Bissirier, septembre 2017
  • Vernissage Samedi 23 septembre 2017 16:00 → 20:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

13, rue Chapon

75003 Paris

T. 01 48 04 04 80 — F. 01 48 04 04 80

www.galerie-gounod.com

Arts et Métiers
Rambuteau

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

Breve kamel mennour 02 original

Programme de ce lieu

L’artiste