Des grains de poussière sur la mer — Sculpture contemporaine des Caraïbes françaises et d’Haïti

Exposition

Installations, sculpture, techniques mixtes

Des grains de poussière sur la mer
Sculpture contemporaine des Caraïbes françaises et d’Haïti

Encore environ 2 mois : 15 octobre 2022 → 29 janvier 2023

Avec les œuvres de : Raphaël Barontini, Sylvia Berté, Julie Bessard, Hervé Beuze, Jean-François Boclé, Alex Burke, Vladimir Cybil Charlier, Gaëlle Choisne, Ronald Cyrille, Jean-Ulrick Désert, Kenny Dunkan, Edouard Duval-Carrié, Adler Guerrier, Jean-Marc Hunt, Nathalie Leroy Fiévée, Audry Liseron-Monfils, Louisa Marajo, Ricardo Ozier-Lafontaine, Jérémie Paul, Marielle Plaisir, Michelle Lisa Polissaint et Najja Moon, Tabita Rezaire, Yoan Sorin, Jude Papaloko Thegenus et Kira Tippenhauer. Commissaire invitée : Arden Sherman — directrice de la Hunter East Harlem Gallery

Conçue à partir du médium de la sculpture, Des grains de poussière sur la mer — Sculpture contemporaine des Caraïbes françaises et d’Haïti présente les œuvres de vingt-six artistes issu·e·s de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane française et d’Haïti.

En 1964, effectuant un voyage d’État en Martinique, Guadeloupe et Guyane française, Charles de Gaulle survole en avion la mer des Caraïbes, et décrit les îles comme autant de « grains de poussière sur la mer »1. Si cette citation du président de la République d’alors évoque l’effet mystérieux et presque surnaturel que peut susciter une vue aérienne de l’archipel des Caraïbes, elle est aussi révélatrice de la perspective surplombante depuis laquelle est perçue la région — une perspective dont les racines plongent dans l’histoire de la France comme puissance coloniale dans les Antilles. De Gaulle appuiera clairement la métaphore politique paternaliste, confiant lors de cette même visite et en présence de l’écrivain et homme politique d’Aimé Césaire « qu’on ne construit pas un État sur des poussières »2.

En rassemblant les œuvres de vingt-six artistes issus de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Guyane française et d’Haiti, l’exposition défie cette image coloniale en prenant le parti de présenter des travaux d’une densité et d’une matérialité fortes. Conçue à partir du medium de la sculpture, Des grains de poussière sur la mer met en scène plusieurs approches matérielles et conceptuelles qui témoignent des pratiques des artistes de cette région du monde tout en posant la question de savoir qui est au « centre » et qui est à la « périphérie ». Les œuvres, placées à proximité et en conversation directe les unes avec les autres, forment un réseau d’idées autour du patrimoine, de l’histoire, de l’identité, du corps social et de la politique.

1 L’histoire est rapportée par Betsy Wing dans son « Introduction », in Édouard Glissant, Poetics of Relation, Ann Arbor : University of Michigan Press, 2010, p. 13

2 https://www.lemonde.fr/archives/article/1964/03/24/le-depute-de-la-martinique-on-ne-pourra-pas-eluder-plus-long­temps-le-probleme-de-la-refonte-de-nos-institutions_2120778_1819218.html

Des grains de poussière sur la mer — Sculpture contemporaine des Caraïbes françaises et d’Haïti a été conçue par Arden Sherman (assistée de Katie Hood Morgan et Marie Vickles) pour la Hunter East Harlem Galle­ry du Hunter College — New York City en 2018.

77 Seine-et-Marne Zoom in 77 Seine-et-Marne Zoom out

Allée de la Ferme
Noisiel

77186 Marne-la-Vallée

T. 01 64 62 77 00

www.lafermedubuisson.com

Horaires

Du mercredi au dimanche de 14h à 19h30
et les soirs de spectacles

Tarifs

Entrée libre

Les artistes

Et 15 autres…

Actualité liée aux artistes