Distant Voices — Ai Weiwei, Leilah Babirye, Simone Fattal, Adam Pendleton

Exposition

Techniques mixtes

Distant Voices
Ai Weiwei, Leilah Babirye, Simone Fattal, Adam Pendleton

Encore 18 jours : 14 janvier → 25 février 2023

La galerie Max Hetzler a le plaisir d’annoncer Distant Voices, une exposition de groupe explorant, à travers les œuvres de quatre artistes, Ai Weiwei, Leilah Babirye, Simone Fattal et Adam Pendleton, les notions d’exil, de lutte contre l’oppression et de résilience. Cette exposition révèle la façon dont les événements politiques façonnent la vie des individus et nous embarque dans une Odyssée visant à dénoncer et à s’affranchir de diverses formes d’autoritarisme.

« L’art n’est pas seulement une expression de soi, mais une démonstration des droits de l’homme et de la dignité.1 » — Ai Weiwei, 2008

Ai Weiwei, Babirye, Fattal et Pendleton ont tous élevé la voix en faveur de la dignité humaine, qu’il s’agisse de situations politiques de guerre, d’intolérance ou de censure. Exilés de leur pays, Ai Weiwei, Babirye et Fattal ont puisé dans leurs propres traditions, iconographies, symbologies et savoir-faire pour cristalliser une réponse collective à la répression politique et sociale. À travers leur pratique sondant les notions établies de représentation et d’abstraction, Babirye et Pendleton se soulèvent contre la discrimination envers les communautés noires et LGBTQ+.

Ai Weiwei expose Porcelain Pillar with Refugee Motif reflétant les différents traumatismes résultant de la guerre, des ruines, des déplacements de population, des camps de réfugiés et des protestations. Ces thèmes sont représentés et placés dans un contexte historique à travers le langage de la porcelaine chinoise traditionnelle qinghua bleue et blanche.

Capture%20decran%202023 02 01%20231358 1 medium
Distant Voices, Simone Fattal Galerie Max Hetzler, 2022 Photo : Nicolas Brasseur

Inspirée par son expérience de l’expatriation et cherchant à comprendre la fragilité de notre monde, Fattal engendre des œuvres aux surfaces accidentées où la main de l’artiste s’inscrit irrégulièrement dans la matière. Ses sculptures en céramique abstraites et parfois figuratives, sont investies de la mémoire ancestrale et collective de son origine moyen-orientale.

Pour Pendleton, les positions artistiques sont aussi des positions philosophiques, car toute œuvre ouvre un champ de possibles, non seulement pour l’artiste mais aussi pour le visiteur. Le travail de Pendleton fait référence à l’esthétique de la protestation à travers les mouvements de défense des droits civiques tels que Black Lives Matter, l’abstraction étant pour l’artiste « aussi politique que toute autre chose ».

Babirye, qui a fui la législation anti-L.G.B.T et le climat politique hostile de son pays, « aborde la réalité d’être gay dans le contexte de l’Ouganda et de l’Afrique en général2 ». Empruntant à l’iconographie africaine des masques et des totems, elle crée ses sculptures hybrides et magnétiques à partir d’objets communément jetés dans les rues de sa ville natale, Kampala.

Ai Weiwei (*1957, Pékin, Chine) vit et travaille entre la Grande-Bretagne et le Portugal. Des expositions personnelles majeures ont eu lieu récemment au Baths of Diocletian, Rome, Albertina Modern, Vienne, Kettle’s Yard, University of Cambridge (2022), National Museum of Modern and Contemporary Art, Séoul; Serralves Museum, Porto; Cordoaria Nacional, Lisbon (2021); Imperial War Museum, Londres (2020); K20 Grabbeplatz, Düsseldorf and Gardiner Museum, Toronto (2019); OCA, São Paulo; Fundación CorpArtes, Santiago; Mucem, Marseille (2018); et Royal Academy of Art, Londres (2015), entre autres. Ai a reçu de nombreux prix et distinctions au cours de sa carrière, plus récemment le Praemium Imperiale donné par la Japan Art Association (2022) ; Marina Kellen French Outstanding Contributions to the Arts Award, décerné par les Americans for the Arts (2018); et le Appraisers Association Award for Excellence in the Arts (2013). Il a été nommé académicien honoraire de la Royal Academy of Arts de Londres en 2011. Son travail est présent dans les collections publiques du Centre Pompidou, Paris; Cleveland Museum of Art; Dahlem Museum, Berlin; De Pont Museum,Tilburg; Essl Museum, Klosterneuburg; Faurschou Foundation, Copenhagen; Fondation Louis Vuitton, Paris; Guggenheim Museum, New York; Los Angeles County Museum of Art; Museum DKM, Duisburg; Museum für Moderne Kunst (MMK), Frankfurt/Main; Museum of Modern Art, New York; Tate Gallery, Londres; The Walther Collection, Neu-Ulm et Queensland Art Gallery, Brisbane, entre autres.

Capture%20decran%202023 02 01%20233806 1 medium
Distant Voices, Adam Pendleton Galerie Max Hetzler, 2022 Photo : Nicolas Brasseur

Leilah Babirye (*1985, Kampala, Ouganda) vit et travaille à Brooklyn, New York. Elle a obtenu le droit d’asile aux États-Unis en 2018. Son travail a été exposé dans des expositions collectives dont le MUMOK, Vienne; Hayward Gallery, Londres; The Africa Centre, Londres; Parrish Art Museum, Water Mill, New York (2022); Galerie d’art et musée Herbert, Coventry (2020); et Contemporary Arts Museum Houston (2019), entre autres. Elle a également été commissionnée pour réaliser une œuvre sur mesure pour Black Atlantic au Brooklyn Bridge Park, New York (2022) et a créé Najunga From the Kuchu Ngaali (Crested Crane) Clan, pour le Céline’s Art Project, Londres (2021). Son travail est présent dans les collections publiques du Africa Centre, Londres; Hammer Museum, Los Angeles; Hessel Museum of Art, Annandale-On-Hudson, New York; Museum of Art, Rhode Island School of Design, Providence; Sammlung Goetz, Munich; et le Whitney Museum of American Art, New York.

Simone Fattal (*1942, Damas, Syrie) vit et travaille à Paris. Ses œuvres ont été montrées durant la 59e Biennale de Venise en 2022. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles, dont la Whitechapel Gallery, Londres; ICA, Milan (2021-2022); MoMA PS1, New York; Bergen Kunsthall (2019); Musée Rochechouart (2017); et Sharjah Art Foundation (2016). Son travail a été exposé dans des expositions collectives dont le Musée national de Qatar, Doha; Gropius Bau, Berlin (2022); Pinault Collection — Punta della Dogana, Venise (2019); et le Musée Yves Saint Laurent, Marrakech (2018), entre autres. Son travail fera également l’objet d’expositions à venir au TB21 Ocean Space, Venise et Portikus, Francfort en 2023. Les œuvres de Fattal sont conservées dans de grandes collections publiques, dont le Centre Pompidou, Paris; Musée national du Qatar, Doha; Sharja Art Foundation; Musée Sursock, Beirut et le Musée Yves Saint Laurent, Marrakech.

Adam Pendleton (*1984, Richmond, Virginie) vit et travaille à New York. Le travail de Pendleton a été présenté dans de nombreuses expositions personnelles, telles qu’au Musée des beaux-arts Montréal (2022); MoMA, New York (2021); Le Consortium, Dijon; Isabella Stewart Gardner Museum, Boston (2020); MIT List Visual Arts Center, Cambridge, Massachusetts (2018); KW Institute for Contemporary Art, Berlin; Baltic Center for Contemporary Art, Gateshead; Baltimore Museum of Art; Museum of Contemporary Art, Cleveland (2017); Contemporary Arts Center New Orleans; et le Museum of Contemporary Art, Denver (2016), entre autres. Son exposition à venir comprend le Mumok, Vienne (2023). Son travail se trouve dans les collections du Carnegie Museum of Art, Pittsburgh; Museum of Contemporary Art, Chicago; Museum of Contemporary Art, San Diego; Museum of Modern Art, New York; Solomon R. Guggenheim Museum, New York; The Studio Museum, Harlem, New York et de la Tate, Londres, entre autres.

1 Ai Weiwei, 2000–09, Ai Weiwei: A Rebel of Poet Roots, 2008. fn2. Leilah Babirye, cité dans Leilah Babirye: Erika Bay ba Kuchu mu Buganda (Kuchu Clans of Buganda). Cat. (11 octobre-29 novembre 2020, Gordon Robichaux, New York), p. 48.