Esther Shalev-Gerz — Finalist Proposal for the National Holocaust Monument in Ottawa, Canada

Exposition

Installations, sculpture

Esther Shalev-Gerz
Finalist Proposal for the National Holocaust Monument in Ottawa, Canada

Encore presque 5 ans : 9 septembre 2013 → 9 septembre 2025

LA MOITIÉ D’UN MONDE

En 2013 l’équipe d’Esther Shalev-Gerz a été sélectionnée parmi les six finalistes de la compétition pour la création du Monument National de l’Holocauste organisée par le gouvernement Canadien.

Inspirés par un extrait du Talmud qui déclare que détruire une vie c’est détruire un monde et sauver une vie c’est sauver un monde et par le fait que l’Holocauste a laissé chacun de nous dans un état de partialité, non seulement ceux qui l’ont vécu mais aussi ceux qui en connaissent l’existence et ceux qui viendront à l’apprendre, Shalev-Gerz et son équipe ont conçu une demi sphère de marbre blanc de 20m de large et 14m de haut représentant un monde déchiré en deux.

La monumentalité indique ici l’énormité de la perte dans un monde fragmenté. La forme de la sculpture est à la fois abstraite et représentative : un monde, un peuple, une personne, déchirés. Comme dans toutes les œuvres d’Esther Shalev-Gerz les visiteurs sont invités à faire l’expérience du passé, du présent et du futur à un niveau personnel et individuel.

Ce demi-monde semble flotter sur un mur sinueux dont les courbes définissent un grand espace de rassemblement pour le deuil et le souvenir, pour les cérémonies commémoratives et les expériences individuelles et qui accueille un banc de 20m offrant une pause contemplative. Des citations de témoignages, de pensées et de réflexions personnels au sujet de l’Holocauste sont inscrites sur le mur. Maintenant que ceux qui ont survécu à l’Holocauste disparaissent, les mots de ces survivants, ces écrivains, ces réalisateurs, ces historiens et ces fonctionnaires sont une invitation à la lecture, au souvenir et au partage faite au visiteur.

La courbe s’achève par le Mur du Canada, un mur transparent formé de grandes étagères de marbre blanc. Les intervalles entre les blocs de marbres sont des espaces à remplir au fil du temps avec les pierres que les visiteurs apportent de leurs provinces. Comme dans la coutume funéraire juive, placer ces pierres porte témoignage pour les générations futures tout en créant un souvenir personnel de passage, de participation et d’engagement.

Au pied du monument des galets encastrés dans le sol dessinent une demi-ellipse. Chaque année, au moment de la commémoration de l’Holocauste du mois d’Avril, l’ombre du monument aurait coïncidé avec l’ellipse de galets.

L’équipe de Shalev-Gerz était composée de Hossein Amanat, architecte et urbaniste, Robert Kleyn, architecte coordinateur du projet, Daniel Roehr, paysagiste, David Lieberman, architecte, Carol Zemel and Georges Didi-Huberman, spécialistes de l’Holocauste. Merci à Ayelet Shalev, architecte, ainsi qu’à Yannig Willman, concepteur 3D et Julia Bastard, assistante.