Esther Teichmann — On sleeping and drowning

Exposition

Peinture, performance, photographie, techniques mixtes...

Esther Teichmann
On sleeping and drowning

Passé : 12 avril → 11 mai 2019

La Galerie Les filles du calvaire annonce l’exposition « On Sleeping and Drowning » d’Esther Teichmann qui pour la deuxième fois à Paris présente un ensemble scénographié fidèle à son écriture plastique. De photographies peintes en vidéos et installations, l’artiste nous livre ainsi un récit spirituel, naturaliste et fragmentaire d’une sérieuse sensualité.

Les photographies envoûtantes d’Esther Teichmann témoignent de l’influence du romantisme allemand et du cinéma, sur une œuvre qui fait fi des conventions, autant qu’elle les respecte : « Plutôt que de travailler directement à partir d’une histoire de l’art spécifique, je collectionne des documents provenant de sources diverses : peintures, coupures de journaux et images de films, que j’épingle en studio. Ces corps, leurs gestes et leur potentiel narratif, deviennent des références libres que je reconstruis. ». La peinture et la photographie ne font plus qu’une. Quand l’encre et la peinture ne ruissellent pas directement sur le tirage, elles lui servent de fond. Les teintes sont subtiles, minérales et ouvrent sur un monde fantastique qui tient du rêve, aussi délirant qu’impénétrable.

On Sleeping and Drowning transforme l’espace de la galerie en un montage surréaliste, un assemblage de plusieurs couches. Par l’utilisation de grands fonds photographiques repeints, les murs deviennent des grottes qui portent des photographies de femmes endormies, des ciels et de curieux cyanotypes d’algues. Lorsque l’artiste choisit la grotte, c’est à l’idée de la grotte qu’elle se réfère, à l’intériorité pure que celle-ci suggère. Ce berceau minéral, froid et vierge, redevient sous la peinture de Teichmann un lieu de retrait et de méditation. La femme est nymphe ou mère, endormie et rêveuse. La nature omniprésente. Esther Teichmann a grandi dans le sud de l’Allemagne, entourée de lacs, de rivières et de forêts. Elle puise ainsi son idéal formel dans la force et la beauté transcendantale de la nature. Ses souvenirs d’enfance en Forêt Noire enrichissent son répertoire ; les baignades sauvages, les canoés et les nuits d’orage sous les tentes sont autant de scènes que ses modèles rejouent. Evidemment les paysages qu’ils occupent sont d’abord intérieurs, étranges et complexes comme l’esprit. Teichmann applique à son œuvre cette nécessité, encouragé par C. D. Friedrich, « de ne pas seulement peindre ce que l’artiste voit devant lui, mais ce qu’il voit en lui ». Elle relie ainsi par une subtile dialectique (et par le jeu des médiums), le dedans et le dehors. L’artiste élabore des énigmes spatiales qui prennent le spectateur au piège d’un monde alternatif, entre déploiement de beauté et perte de repères visuels. Il faut voir dans ce corpus d’images de l’artiste un ensemble évolutif et surtout fécond dont les racines existent ailleurs. C’est une histoire fragmentaire qui se nourrit au fil des expositions. Esther Teichmann est également commissaire d’exposition et cette réalité influence profondément son œuvre, et le rythme même de sa création. Le commissariat par sa dynamique créative et scénographiée est un trait d’union entre l’œuvre, le lieu et le public. Dès lors se construit un récit partiel qui relève plus de l’évocation onirique que de la stricte narration.

« La littérature, le cinéma et mes propres écrits sont essentiels dans mon processus de création et ma réflexion sur les images. J’écris des images avant de les transformer en objets visuels. Au cours de l’écriture mes souvenirs et mon autobiographie deviennent fictionnels. Les personnages inspirés de personnes existantes s’estompent et se confondent, ils prennent la forme de quelqu’un d’autre. »

L’installation cinématographique Fulmine synthétise en mouvement tout l’art d’Esther Teichmann : l’érotisme, la nature, et la force vitale. Dans ce triptyque vidéo, les personnages tentent un rapprochement langoureux dont l’issue reste incertaine. Teichmann a filmé le canoéiste Carlos Tapuy en Amazonie, l’accompagnant quotidiennement dans ses voyages silencieux et méditatifs. La danseuse Sophia Wang évolue quant à elle dans un lit-bateau, dans un mouvement auto-érotique continu. Entre eux, un petit arbre isolé dans une forêt ombrophile se balance différemment de la végétation qui l’entoure. Le tout, sur une musique originale pour quatuor à cordes composée par Deirdre Gribbin. L’exposition On Sleeping and Drowning est la fabrication d’un rêve entre sommeil et noyade. Il n’est pas question de mort mais bien d’un abandon total, pareil à l’orgasme.

Sébastien Borderie
  • Vernissage Jeudi 11 avril 18:00 → 21:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

17, rue des Filles-du-calvaire

75003 Paris

T. 01 42 74 47 05 — F. 01 42 74 47 06

www.fillesducalvaire.com

Filles du Calvaire

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 18h30

302x284 original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Esther Teichmann