Feda Wardak — Quelques gouttes suffisent

Exposition

Techniques mixtes

Feda Wardak
Quelques gouttes suffisent

Encore 12 jours : 27 avril → 30 juin 2024

Le projet « Quelques gouttes suffisent » s’est inscrit dans un temps long avec une première phase de travail dans deux établissements scolaires de la ville (Ecole les Tournelles et collège Weczerka). Impliquant une cinquantaine d’élèves de deux classes, ceux-ci ont été les acteurs de la construction d’un processus qui a duré presque six mois en amont de l’exposition. Inscrites dans le cadre d’une résidence territoriale d’éducation artistique et culturelle en milieu scolaire de la DRAC Ile-de-France, les interventions de Feda Wardak et Jean-Yves Phuong, chorégraphe associé, ont tissé avec les élèves un certain nombre de questionnements sur les enjeux liés à l’eau.

 eglises chelles exposition 13 1 medium
Vue de l’exposition Feda Wardak, Quelques gouttes suffisent aux églises, centre d’art de Chelles © Les églises, centre d’art de Chelles

Si dans le travail de Feda Wardak, l’eau conditionne le déplacement, ses recherches l’ont amené à travailler dans de nombreux contextes. En Afghanistan, pays d’où il est originaire, où il a passé ses premières années et où une grande partie de sa famille vit encore, il est sensible aux équilibres liés à l’eau depuis des millénaires. La dimension souvent fragile, parfois menacée de nos écosystèmes a été au centre des recherches menées en classe avec les élèves. Architecte de formation, Feda Wardak s’intéresse aux enjeux culturels de l’architecture, à l’influence qu’elle peut avoir sur nos modes de vie. Lors des ateliers, les élèves ont travaillé la subjectivité de la représentation de l’espace au travers de cartes singulières. L’artiste a travaillé en montrant des images ou des objets sans dire ce que c’était. Puis, en s’interrogeant, s’en suivaient des échanges et des questions comme : Est-ce qu’on construit, est-ce qu’on détruit ? Est-ce qu’on apparaît, est-ce qu’on disparaît ? Est-ce qu’on s’effondre, est-ce qu’on soutient ? Est-ce qu’on s’approprie, est-ce qu’on se concerte ? C’est à partir de là que le groupe produisait des formes. D’autres enjeux autour du corps dans l’espace ont pu être abordés avec Jean-Yves Phuong, sur le déséquilibre, la bascule et les tensions entre un corps et une structure par exemple. Tous ces éléments mis en partage avec les enfants de façon généreuse et spontanée constituent l'ensemble du projet qui s’est construit par toutes ces interactions.

 eglises chelles exposition 15 1 medium
Vue de l’exposition Feda Wardak, Quelques gouttes suffisent aux églises, centre d’art de Chelles © Les églises, centre d’art de Chelles

Pour l’exposition aux Eglises, la perspective qu’offre le centre d’art sur les tours du quartier Gambetta derrière la grande baie du vitrail agit comme une matière artistique supplémentaire. Cette vibration entre l’architecture moderne et gothique (romane pour la plus ancienne) fait exister cette épaisseur du temps de presque mille ans. Cette caractéristique fait des Eglises une œuvre d’art et d’architecture déjà extrêmement signifiante. Le projet s’étant construit sur nos rapports à l’eau, à l’eau qui creuse. C’est finalement l’histoire de ce lieu, de ce milieu, et cette vibration du temps qui a servi de matrice au projet d’exposition. Décliné de façon hybride, la sculpture que propose Feda est à la fois une installation immersive monumentale qui rivalise, dans ses rapports d’échelles avec les immeubles visibles à l’extérieur. Créant un jeu dedans-dehors, le format de cette sculpture submerge complétement le visiteur et produit un sentiment de déséquilibre dans une perspective vertigineuse. Cette sensation est l’autre enjeu de l’œuvre pensée avec Jean- Yves Phuong, car elle est également un dispositif scénique, dont plusieurs supports sont activables par des danseurs qui viennent la mettre en tension le temps d’une performance.

Feda Wardak, le dit lui-même : « je ne fais plus d’architecture conventionnelle, mais de l’architecture « politique » au sens du partage du sensible, en opposition aux enseignements de l’école d’architecture où on attend que tu produises de la matière rentable et rationnelle. » L’espace des arts plastiques, de la sculpture lui permet de créer cette matière sensible.

Renaud Codron, commissaire de l’exposition

77 Seine-et-Marne Zoom in 77 Seine-et-Marne Zoom out

Place de la Légion d’Honneur

77500 Chelles

T. 01 64 21 04 33

Site officiel

Horaires

Samedi et dimanche de 15h à 18h
Sur rendez-vous du lundi au vendredi

Tarifs

Accès libre

L’artiste

  • Feda Wardak

Du même artiste