Jean-Luc Verna — Vous n’êtes pas un peu beaucoup maquillé ?

Exposition

Peinture

Jean-Luc Verna
Vous n’êtes pas un peu beaucoup maquillé ?

Encore environ un mois : 10 janvier → 1 mars 2021

Il en est des oiseaux dessinés par Verna comme des oiseaux narrés par Aristote dans son Histoire des animaux : ils émergent d’autant de récits d’observation dont on ne peut déterminer la véracité, mais que l’on ne saurait pour autant mettre en doute. On ne saurait donc s’en tenir au fait que « les oiseaux sont des cons » (Chaval). Si le philosophe grec nous apprend que « chez les aigles qui vieillissent, le bec s’accroît, la partie se recourbant toujours davantage, et au bout du compte, ils meurent de faim » (IX, 32, 15), l’artiste tatoué nous apprend qu’il est des oiseaux qui volent à rebrousse-poil (Mal monté, 2020), à pic (Because the Night, 2020), qu’au moins une espèce de gallinacées n’a pas de crête, mais des perles à la place (Dernier Cri II, 2020). D’autres oiseaux volent la tête coupée (Head Cut, 2020). À moins encore qu’ils ne se dédoublent, et ce de bien des façons, selon le point de vue depuis lequel on les regarde (This Corrosion, 2020), ou par divers effets de gémellité (Bollock Brothers et Eve White, Eve Black, 2020). Quoi qu’il en soit, ils ne sont jamais trop maquillés.

Depuis quelques années l’on peut s’émerveiller de l’apparition d’oiseaux dans les dessins de Jean-Luc Verna. Loin d’avoir quitté le royaume de l’artifice dont on le sait coutumier, ces derniers dessins révèlent que sa pratique est portée par l’analogie de l’art et du vivant, selon laquelle l’art emprunte au vivant ses formes, ou, tout du moins, aux représentations plus ou moins scientifiques qu’il est possible d’en avoir. Le vivant est ici, il faut bien dire, plus proche de celui décrit par la pensée mythique que celui établi par la pensée classificatoire, entre lesquelles Aristote oscille. Peut-être même est-ce l’univers de Verna qui prend forme volatile et forme de volatile. Les animaux à plumes sont autant une réserve de formes dans lesquelles il puise que le réceptacle de ses obsessions et de sa propre mythologie. On retrouvera d’ailleurs également, dans cette nouvelle exposition chez Air de Paris de l’artiste, des dessins accolant des titres tirés de son Panthéon musical (Siouxsie and the Banshees, Bauhaus, Sisters of Mercy, etc.) à des paysages, formant autant de pochettes de disque, milieux sans oiseaux, alors qu’il en dessine hors de tout contexte. Et aussi des têtes de clowns, ultime espèce que ne saurait manquer son œil de naturaliste.

Et enfin un immense rideau de scène qu’il s’agira de traverser pour accéder à l’espace d’exposition, métaphore de la traversée du regard auquel il nous invite. Car il en va de nous autres, spectateurs de dessins de la grande Verna, comme des petits de l’hirondelle : « si on leur crève les yeux quand ils sont encore jeunes, ils deviennent sains et voient par la suite » (VI, 5, 15).

Vincent Romagny

Date de clôture provisoire

Galerie Air de Paris Galerie
Plan Plan
93 Seine-St-Denis Zoom in 93 Seine-St-Denis Zoom out

43, rue de la Commune de Paris

93230 Romainville

T. 06 52 07 78 74

www.airdeparis.com

Bobigny – Pantin – Raymond Queneau

Horaires

Du mardi au samedi de 10h à 18h

L’artiste

  • Jean-Luc Verna