Jim Dine — Paris Reconnaissance — La donation de l’artiste au Centre Pompidou

Exposition

Installations, peinture, sculpture, techniques mixtes

Jim Dine
Paris Reconnaissance — La donation de l’artiste au Centre Pompidou

Encore environ 2 mois : 14 février → 23 avril 2018

Jim Dine occupe une place à part dans l’histoire de l’art de plus d’un demi-siècle. Le Centre Pompidou expose l’exceptionnelle donation que Jim Dine a faite récemment au Musée national d’art moderne et qui se compose de 28 œuvres, de peintures et de sculptures, réalisées entre 1961 et 2016. Un don par lequel, Jim Dine, comme il le dit lui-même, voudrait « rembourser la France d’une dette culturelle et personnelle », à savoir les nombreuses années passées à Paris qui lui ont permis d’accéder à « une esthétique » qui a éclairé ses choix. En saluant ce geste, l’exposition retrace de façon saisissante son parcours unique et toujours aussi fécond.

Jim dine a child in winter sings 2011 12 centre pompidou paris 2019 medium
Jim Dine, A Child in Winter Sings, 2011 Diptyque, acrylique et sable sur bois — 244 × 244 cm Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne photo © Kerry Ryan McFate © Adagp, Paris 2017

Né en 1935 à Cincinnati, dans l’Ohio, il s’installe à New York en 1958 où il débute sa pratique artistique et se fait connaître par ses environments et happenings réalisés aux côtés de Claes Oldenburg. Figure centrale d’une pratique qu’on assimile sans doute trop rapidement au pop art, il s’en éloigne, reconnaissant encore aujourd’hui ce qu’il doit à l’œuvre de De Kooning et à l’expressionnisme abstrait. Durant les années 1970, il se tourne vers les pratiques du dessin et de l’estampe et entreprend une remise en question radicale qui l’amènera, dès la fin de ces années, à redecouvrir la figuration.

Jim dine sawhorse piece%20 1968 69 centre pompidou 2019 medium
Jim Dine, Sawhorse Piece, 1968 Deux toiles peintes, deux tréteaux en bois, bandes de tissus, pot de peinture, seau, pinceau, serre-joint, couteau, carreau de céramique, plâtre, verre, élastique — 107 × 366 × 30,5 cm Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne photo © Ellen Page Wilson © Adagp, Paris 2017

Au tournant des années 1980, Dine s’approprie les éléments stylistiques des cultures anciennes, les icônes artistiques et les images vernaculaires, développant une pratique attentive aux formes du passé et somme toute post-moderne, bâtie sur l’amour du travail manuel et imprégnée de symboles personnels.

Jim dine the garden of eden 2003 centre pompidou paris 2019 medium
Jim Dine, The Garden of Eden, 2003 Cadre en acier avec éléments en bronze peint — 203 × 280 × 61 cm Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne photo © Jim Dine Studio © Adagp, Paris 2017

La donation, entièrement exposée, comprend les toutes premières œuvres dans lesquelles s’affirment le vocabulaire plastique et l’originalité des thèmes de l’artiste. L’outil y tient une place déterminante et donne d’emblée à l’œuvre une dimension spécifique, mêlant son histoire personnelle à une recherche identitaire qu’il n’abandonnera jamais. De splendides assemblages mariant les matériaux les plus composites illustrent le foisonnement des recherches de Dine au tournant des années 1970. Les motifs récurrents de son œuvre, cœurs, robes dechambre et autres objets du quotidien de l’artiste figurent aussi au nombre des pièces présentées. Les premières sculptures visitant les icônes de l’art comme la Vénus de Milo ou les masques du Fayoum côtoient les Pinocchio polychromes devenus autant de doubles de l’artiste. L’ensemble se compose également de ces treillis et autres paravents de métal auxquels Dine accroche, comme autant de reliques, ses différents objets et outils fétiches tels ces fragments de corps qui peuplent ses travaux antérieurs.

Jim dine window with an axe 1961 62 centre pompidou 2018 paris 1 medium
Jim Dine, Window with an Axe, 1961 Bois, verre peint et objet — 161 × 81 × 33 cm Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne photo © Adam Reich © Adagp, Paris 2017

Enfin, de grandes peintures d’une liberté et d’une richesse de matière aux tonalités à l’opposé des œuvres sévères et quasi monochromes des débuts de l’artiste, mettent en évidence sa liberté d’allure et le désir intarissable de fabriquer des œuvres exemptes de toute contrainte.

Homme passionné et inquiet qui n’a jamais voulu se fixer quelque part, en perpétuel mouvement, il court — encore aujourd’hui — de par le monde, de l’Amérique où il est né et continue de vivre sporadiquement à l’Europe et la France où il ambitionne désormais de passer le plus clair de son temps. Car Jim Dine, on le sait, aime la France.

Commissaire de l’exposition: Bernard Blistène assisté de Annalisa Rimmaudo.

Jim dine the prince 2008 centre pompidou paris 2019 medium
Jim Dine, The Prince, 2008 Email et peinture sur bois — 184 × 72 × 66 cm Collection Centre Pompidou, Musée national d’art moderne photo © Amahra Leaman © Adagp, Paris 2017
04 Beaubourg Zoom in 04 Beaubourg Zoom out

Place Georges Pompidou

75004 Paris

T. 01 44 78 12 33 — F. 01 44 78 16 73

www.centrepompidou.fr

Châtelet
Hôtel de Ville
Rambuteau

Horaires

Tous les jours sauf le mardi de 11h à 21h
Nocturne les jeudis jusqu’à 23h

Tarifs

Plein tarif 14 € — Tarif réduit 11 €

Gratuit pour les moins de 18 ans, billet exonéré pour les moins de 26 ans. Et pour tout le monde, les premiers dimanches du mois.

Pub sylvie visites original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Jim Dine

Événements aux alentours