La Musée

Exposition

Installations, peinture, sculpture, techniques mixtes...

La Musée

Dans 26 jours : 13 mars → 18 avril 2020

La Galerie Italienne présente « la Musée », une exposition collective regroupant onze artistes femmes de renomée internationale, sur une proposition du jeune commissaire d’exposition azéri Azad Asifovich.

Aujourd’hui encore, les collections des musées sont constituées de 80% d’artistes masculin contre 20% d’artistes féminin. L’idée principale de cette exposition est d’inverser ce constat en respectant les mêmes proportions, soit 80% d’artistes femmes, confirmées ou émergentes, aux côtés de 20% d’hommes artistes.

Avec des œuvres de : Sylvie Auvray, Joseph Beuys, Anne Deguelle, Helen Frankenthaler, Francesca Grilli, Ghazel, Sofie Muller, Lulu Nuti, Vera Röhm, Nina Roos, Kiki Smith, Hema Upadhyay…

———

« la Musée » est une carte blanche confiée au commissaire d’exposition Azad Asifovich, en dialogue avec la Galerie Italienne, Paris. Il s’agit d’un in situ questionnant le rapport de l’institution muséale à son statut.

Sur le mode d’une exposition pragmatique, inspiré par la méthode théorisée par Chantal Pontbriand, le projet est né à l’origine d’une volonté de mettre à l’honneur des artistes italiennes. Puis prenant en compte la dimension cosmopolite des différents parcours des artistes, la proposition a évolué vers une représentation plus large au delà des frontières géopolitiques.
Le choix d’un rapport numérique proportionnellement inversé présente ici un renversement du quantum habituel hommes / femmes dans le monde de l’art actuel.

Le parcours de visite reproduit celui d’un musée d’art contemporain plausible et ordinaire : la pluralité des techniques et des approches est soulignée de manière lissée et naïve, sans prise de risque apparente. Mise en scène sous la forme fictive d’une exposition permanente, la teneur sémantique des codes muséaux s’en trouve interrogée.

Le musée correspond en grec ancien au lieu d’habitat consacré des Muses. Il rend honneur aux personnifications des arts, spirituelles et invisibles. Le musée est traditionnellement sacralisé et prestigieux, mais paradoxalement populaire et accessible.

Les systèmes de valeur portés par cette institution-modèle sont en somme critiqués lors d’une exposition en galerie elle-même autocritique.

Le contenu de l’exposition n’en joue pas moins son rôle : une œillade sur la scène contemporaine, via le réseau et le regard des organisateur-trices.

  • Vernissage Jeudi 12 mars 18:00 → 21:00