Les nains aussi ont commencé petits — Présence Panchounette

Exposition

Installations, peinture, sculpture

Les nains aussi ont commencé petits
Présence Panchounette

Passé : 18 mai → 15 juin 2019

Les Nains aussi ont commencé petits

Qui ? Présence Panchounette, un collectif d’artistes, fondé à Bordeaux en 1969 et dissout en 1990 quelque part en France.

Quoi ? Une exposition de leurs « œuvres lumineuses » — c’est-à-dire des installations incluant un système d’éclairage électrique dans leur composition (appliques, guirlandes de Noël, flash d’appareil photo) — accompagnées par quelques peintures et œuvres graphiques. L’œuvre la plus ancienne remonte à 1974 et rappelle que « Présence Panchounette est de Bordeaux comme Dada de Zurich », la plus récente est datée de 1989 et figure, fixés sur une planche d’aggloméré bleu au motif liquide, une faucille et un marteau à jamais séparés. Entre ces deux dates, d’autres œuvres, dont six nains fort célèbres écoutant la leçon de leur maître juché sur une lampe faite à partir d’une bouteille de lessive (Auch Zwerge haben klein angefangen, Les nains aussi ont commencé petits, 1980), mais aussi des peintures abstraites circulaires intitulées Toile mortadelle, Toile saucisson et Toile boudin (1987).

Une exposition donc, mais surtout un état d’esprit, une provocation, le refus du bon goût moderne, une sérieuse dose d’humour et d’autodérision, des références à l’Internationale Situationniste et au marxisme, un peu de Pop art à la française, des jeux de mots qui deviennent jeux avec des objets, une pensée critique, la mise à l’honneur de la banalité et un sourire (ajouté à l’emblème bien trop sérieux du Bauhaus).

Comment ? Grâce à l’engagement de certains de ses membres. Car après la dissolution du collectif, certains ont tout fait pour que Présence Panchounette trouve la place qu’il mérite dans l’histoire de l’art, en exposant par exemple au MAMCO de Genève (Back is Back, 2005 et L’avant-garde, doyenne de l’humanité, 2009) dans la ville de Bordeaux (CAPC et autres lieux, 2008) ou au Garage Cosmos de Bruxelles en 2018 avec la bien titrée : Ceci n’est pas une exposition de Présence Panchounette. Il en est de même à la galerie Semiose depuis 2011 qui organise non pas des expositions de Présence Panchounette mais présente des œuvres de Présence Panchounette.

Pourquoi ? Parce que tout artiste « contemporain » qui se respecte et souhaite accéder à ce titre honorifique se doit de faire une œuvre lumineuse. Cela peut sembler une boutade mais l’œuvre lumineuse est devenue un genre à part entière, au même titre que la peinture, la vidéo ou les installations sonores. À tel point que la ville d’Unna, en Allemagne, possède depuis plusieurs années un centre d’art intégralement dédié à l’art lumineux (Zentrum für Internationale Lichtkunst). Aujourd’hui, si les néons de Bruce Nauman (à partir du milieu des années 1960) ou les tubes fluorescents de Dan Flavin (dès 1961) hantent nombre de musées, il est impossible de recenser tous ceux qui les ont suivis. Mais, surtout, ce type d’œuvres est la preuve ultime de l’inscription de l’artiste dans son temps : un monde de publicités en néon, de clinquant coloré et de tape-à-l’œil gentillet.

Présence Panchounette ne déroge pas à la règle mais, comme toujours, le fait autrement que tout le monde ! Parfaitement conscients que l’art possède une valeur de décor (et, dans le même temps, une certaine plus-value sémantique), ils ont décidé de lui ajouter une fonctionnalité certaine : éclairer. Bref, dans leur cas, il ne s’agissait pas de s’offrir un titre de gloire mais bien de régler un problème que connaissent tous les amateurs d’art : éclairer convenablement une œuvre (une fois ramenée chez soi ou accrochée dans un centre d’art ou un musée). Toujours avec un coup d’avance, Présence Panchounette déroule une véritable « critique institutionnelle » avant même que le terme ne soit mis à la mode dans les années 1990. Et c’est sans parler de la dimension postcoloniale de leur Section africaine ou de l’œuvre Brownie Flash (1984) qui répond à de nombreuses questions actuelles concernant les arts premiers ! Présence Panchounette, non content d’être de Bordeaux, était simplement, pour reprendre le titre d’un film de Maurice Lemaître, toujours à l’avant-garde de l’avant-garde jusqu’au paradis et au-delà.

Thibaut De Ruyter
  • Vernissage Samedi 18 mai à 11:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

54, rue Chapon

75003 Paris

T. 09 79 26 16 38

www.semiose.com

Arts et Métiers
Hôtel de Ville
Réaumur – Sébastopol

Horaires

Du mardi au samedi de 11h à 19h
Et sur rendez-vous

Programme de ce lieu

Jc ap opencall 02 original

L’artiste

  • Présence Panchounette