Nelli Palomäki — Shared

Exposition

Photographie

Nelli Palomäki
Shared

Dans 10 jours : 30 novembre 2018 → 12 janvier 2019

La galerie Les filles du calvaire a le plaisir d’annoncer à Paris la première exposition personnelle de la photographe finlandaise Nelli Palomäki. Ses portraits intemporels exclusivement en noir et blanc témoignent d’une écriture qui oscille entre tradition et traitement contemporain des problématiques de ce genre. Dans leur élaboration, elle assume tout l’inconfort lié à la prise d’un portrait, donnant ainsi à ses images une identité artistique reconnaissable.

Nelli%20palomaki,%20dora%20and%20vera,%202017,%20courtesy%20galerie%20les%20filles%20du%20calvaire 1 medium
Nelli Palomäki, Dora and Vera, 2017 Photographie Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire, Paris

Chez Nelli Palomäki, le portrait sert de support à l’étude de la mémoire, du temps, de la perception de soi-même et des relations familiales. Pour son exposition à la galerie, l’artiste a choisi de présenter l’une de ses dernières séries « Shared », qui explore les relations qui se jouent entre frères et sœurs.

La représentation de la fratrie est une constante de l’histoire de l’art. Qu’elle soit mythologique, historique ou contemporaine, la fratrie sert de prétexte à l’illustration des rapports de pouvoirs à l’échelle d’une société. Le lien fraternel, parce qu’il soulève tous les paradoxes des relations humaines, couvre aussi un champ immense d’émotions que la sociologie moderne et la psychologie continuent d’étudier. Quel est le rôle des relations de fraternité dans la construction de l’identité individuelle ? Partant de ces observations, Nelli Palomäki s’est quant à elle intéressée à la relation physique et spirituelle qui lie frères et sœurs : « Parmi toutes nos relations, celle-ci pourrait bien être la plus délicate. Sous la cohésion et l’amour, se cachent souvent des émotions plus complexes comme la compétition, l’envie et le souci de l’autre […] Nos frères et sœurs sont comme des miroirs. À travers eux, nous étudions à la fois nos traits adorés mais aussi nos traits indésirables. En tant que petite sœur et mère de deux jeunes enfants, de nombreux intérêts personnels sont également en jeu. Nous nous efforçons de voir nos relations familiales comme égales mais il y a toujours des disparités. Cette disparité, ainsi que les comparaison frères-sœurs, nous suivent tout au long de notre vie. »

Nelli%20palomaki,%20anton%20and%20joel,%202016,%20courtesy%20galerie%20les%20filles%20du%20calvaire 1 medium
Nelli Palomäki, Anton and Joel, 2016, 2016 Photographie Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire, Paris

Formellement, son choix de l’intemporalité se manifeste par une indistinction des lieux, des poses hiératiques et des vêtements soigneusement choisis par la photographe. Il est bien question de mise en scène, mais les enfants jouent ici leur propre rôle dans une gravité que l’on accorde peu souvent à l’enfance. Patiemment, Palomäki attend le malaise, ce moment où se trouve selon elle la vérité de la relation photographiée.

Nelli%20palomaki,%20janne%20holding%20sampo,%202017,%20courtesy%20galerie%20les%20filles%20du%20calvaire 1 medium
Nelli Palomäki, Janne holding Sampo, 2017 Photographie Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire, Paris

« Ces portraits montrent la proximité physique entre frères et sœurs et soulignent simultanément le malaise d’être si proche. Dans cette série, la proximité physique s’articule autour de gestes simples : tenir, saisir ou se pencher doucement vers l’autre. Ces différentes manières d’accueillir l’autre physiquement sont devenues une partie essentielle de mon travail. Il est captivant de voir la façon dont certains frères et sœurs sont unis, alors que d’autres souffrent d’être si proches. »

Nelli%20palomaki,%20zane%20and%20august,%202016,%20courtesy%20galerie%20les%20filles%20du%20calvaire 1 medium
Nelli Palomäki, Zane and August, 2016 Photographie Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire, Paris
Nelli%20palomaki,%20contact%20ii%20%28dora%20and%20vera%29,%202018,%20courtesy%20galerie%20les%20filles%20du%20calvaire 1 medium
Nelli Palomäki, Contact II (Dora and Vera), 2018 Photographie Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire, Paris

A l’image des sentiments, les photographies de Nelli Palomäki nous plongent dans une réalité ambivalente. Cette main posée sur le visage d’un frère, apparemment tendre, pourrait aussi traduire tout son contraire.

Le travail de Nelli Palomäki a fait l’objet de plusieurs expositions personnelles à l’Institut Finlandais de la Photographie (Helsinki), Kulturhuset (Stockholm), Ordupgaard Art Museum (Charlottenlund) et la galerie Taik Persons (Berlin), ainsi que de nombreuses expositions collectives.

Interruption du 23 décembre 2018 au 03 janvier 2019

Nelli Palomäki, Sébastien Borderie
  • Vernissage Jeudi 29 novembre 18:30 → 21:00