Pierre Buraglio — PB, appliqué

Exposition

Dessin, estampe

Pierre Buraglio
PB, appliqué

Encore 12 jours : 20 septembre → 26 octobre 2019

Aussi foisonnant qu’identifiable, l’art de Pierre Buraglio démontre avec “PB Appliqués” à la galerie Catherine Putman, son inventivité et sa capacité à percuter, en se jouant du hasard, les formes de la vie quotidienne.

GB

———

Ainsi que l’illustre la rétrospective au Musée d’art moderne et contemporain de Saint-Etienne Bas Voltage / 1960-2019, qui se tient jusqu’au 22 septembre 2019, Pierre Buraglio, peintre et dessinateur, a également pratiqué de façon régulière les arts imprimés et les arts appliqués.

Cette exposition revient sur ces pratiques avec un nouveau projet éditorial d’œuvre imprimée et une sélection d’objets d’art appliqué.

Faisant suite à sa précédente exposition à la galerie, pour laquelle il avait entrepris un travail inédit d’imprimés monumentaux, l’artiste réitère avec une frise de 769 cm de long qu’il titre, en citant Jean-Jacques Rousseau, « Les rêveries d’un promeneur solitaire ».

Sur un fond bleu, en fac-similé de papier de Gauloises — référence à ses œuvres emblématiques du début des années 80 —  Pierre Buraglio imagine une promenade qui commence au sortir de chez lui, numéro 20 de l’avenue Gambetta. Il emprunte des images au street art, cite des vers de Baudelaire, utilise ses propres dessins ou des extraits de toile d’anonymes et compose, laissant visible ça et là des traces d’arrachages, témoins des différents états du projet.

Pb2 1 medium
Pierre Buraglio, A Pierre-Henri de Valenciennes, 2009 Aquarelle, découpage, montage sur contreplaqué peint — 30 × 72 cm

Pierre Buraglio use des possibilités offertes aujourd’hui par le numérique, avec la complicité du Studio Franck Bordas, partenaire de longue date, pour constituer cette fresque urbaine. Avec ce même procédé, il a réalisé récemment deux commandes pour des musées : 46, pour le Musée des Beaux-Arts de Caen, tirage numérique pigmentaire en deux parties de plus de 4 mètres de haut, visible dans l’exposition XXL estampes monumentales contemporaines et 68-2019 dans les mêmes dimensions, pour le Musée de Saint-Etienne dans le cadre de sa rétrospective.

L’œuvre composite Les rêveries d’un promeneur solitaire présentée à la galerie peut ensuite se décliner en différentes parties, dans un principe inédit d’édition à dimension variable, où chacun peut choisir un extrait. Un ensemble de dessins et d’estampes, sur le même thème, accompagne et prolonge cette balade dans le Val-de-Marne.

En pendant à ce travail d’imprimé mural, la galerie a choisi de présenter un florilège d’objets relevant du domaine des arts décoratifs.

Pb3 1 medium
Pierre Buraglio, Hommage aux compotiers accompagné d’une œuvre de Claude Buraglio, 1995 Moulage, peinture, ombre portée en acier galvanisé — Ex. 10/10- 13 × 21 cm

De même qu’il a revisité les composantes du tableau, pour inscrire l’art dans la vie quotidienne, Pierre Buraglio revisite celles d’objets utilitaires à partir de matériaux de récupération : miroir-fenêtre, socle en brique et presse-livre en brique réfractaire, presse-papier en montant de fenêtre et tôle émaillée.

Certains objets répondent aussi à des commandes comme le compotier édité par la Réunion des Musées Nationaux (surmonté d’un papier mâché de Claude Buraglio), le foulard pour les soieries Brochier à Lyon, un paravent commandé par Elizabeth de Portzamparc pour sa galerie Mostra, ou encore le «service Diane» pour la Manufacture de Sévres. Et, pour cette exposition, Pierre Buraglio réalise un Miroir-rétroviseur, en 3 exemplaires.

A la frontière entre l’objet et l’art imprimé, plusieurs séries de cartes postales de l’artiste sont également présentées, notamment les éditions de Michel Lunardelli, en lithographie originales.

Pierre%20buraglio%20miroir fenetre,%202009%20 %20fenetre%20tronquee,%20miroir,%20contrefort%20 %20exemplaire%20unique%20 %2038%20x%2051%20cm%20courtesy%20lartiste%20,%20galerie%20catherine%20putman 1 medium
Pierre Buraglio, Miroir-fenêtre, 2009 Fenêtre tronquée, miroir, contrefort — exemplaire unique — 38 × 51 cm

——

Pierre Buraglio

Né à Charenton en 1939, il vit et travaille à Maisons-Alfort, Val-de-Marne. En 1959, il entre à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. En 1961, il participe pour la première fois au Salon de la Jeune Peinture et fréquente l’atelier de Roger Chastel à l’ENSBA. Pendant les événements de Mai 68, Pierre Buraglio est permanent à l’atelier populaire de l’École des Beaux-Arts de Paris. De 1969 à 1974, il cesse de peindre afin de se consacrer à une activité politique militante. À partir de 1976, il enseigne à l’école régionale des Beaux-Arts de Valence puis est nommé professeur à l’ENSBA.