Richard Deacon — Thirty pieces

Exposition

Céramique, graphisme, sculpture

Richard Deacon
Thirty pieces

Passé : 11 mars → 15 avril 2017

La galerie Thaddaeus Ropac présente Thirty Pieces, une exposition monographique du sculpteur anglais Richard Deacon.

Comme le titre de l’exposition le laisse entendre, 30 œuvres seront montrées : 20 nouvelles sculptures réalisées à partir de matériaux divers et 10 œuvres sur papier. Selon l’artiste : « Il s’agit de ma quatrième exposition dans cet espace et j’ai délibérément souhaité qu’il n’y ait pas une ou deux œuvres qui dominent les autres mais plutôt une installation multiforme dans laquelle le spectateur doit frayer son propre chemin». Exposées sur des tables de deux hauteurs différentes, ces sculptures ouvrent de nouvelles possibilités d’expression dans le travail de l’artiste. Par le passé, Richard Deacon a toujours envisagé l’utilisation du sol comme une surface à part entière ; l’introduction de deux hauteurs différentes dans la présentation des œuvres engendre cette fois-ci un sentiment d’incertitude et de flottement.

À bien des égards, l’installation révèle la porosité entre le studio de l’artiste et l’espace d’exposition. « Je pense que montrer ce que vous faites est inclus implicitement dans l’acte artistique et il existe des modèles pour le faire. L’exposition est actuellement l’un des modèles prédominants. Pour l’artiste, faire une exposition est dans une certaine mesure un prolongement de ce qui se passe dans le studio »1.

Travailler à l’échelle domestique a également permis à l’artiste de repousser les limites de sa virtuosité dans la sculpture du bois, de la pierre ou de l’acier tout en expérimentant de nouveaux matériaux comme le béton réfractaire vernissé. Deacon demeure fidèle aux techniques de construction artisanale qui ont guidé sa pratique depuis le début de sa carrière. Par exemple, ses œuvres en pierre sont toutes réalisées à partir d’une concrétion de débris de béton et de pierre provenant des rebuts d’un constructeur professionnel.

Réparties en sous-groupes, les sculptures peuvent être appréhendées indépendamment ou dans leur globalité. Bien qu’aucune raison spécifique n’ait poussé l’artiste à exposer précisément 30 œuvres, le titre de l’exposition a plusieurs connotations. Il s’inscrit d’une part dans une démarche d’auto-référentialité héritée du minimalisme mais peut aussi évoquer les 30 pièces d’argent offertes à Judas en échange de sa trahison. L’épisode, rapporté dans l’Évangile selon Saint-Matthieu, a été représenté maintes fois dans la peinture religieuse. Au cours de sa carrière, Deacon a accordé autant d’importance au langage qu’à la matière. Cela reflète son intérêt profond pour la lecture de textes poétiques et philosophiques.

———

Né en 1949 au Pays de Galles, Richard Deacon vit et travaille à Londres. Il est présent à l’avant-garde de la sculpture britannique depuis le début des années 1980. Ses travaux combinent des formes organiques avec des éléments d’ingénierie. Les débuts de sa carrière étaient déjà marqués par des expérimentations avec divers matériaux ainsi que par de multiples formes d’expression artistique : performance, photographie et dessin. Son intérêt prononcé pour les potentialités spécifiques des matériaux qu’il utilise — bois lamellé, béton, PVC, acier inoxydable ou encore céramique — caractérise sa démarche. Les sculptures de Deacon apparaissent comme autant de structures complexes, d’entrelacements rythmiques ou d’objets organiques, impressionnants dans leur interpénétration de la forme, de la surface et de l’espace. Deacon se décrit lui-même comme un « fabricant », insistant sur le processus de construction qui mène à l’objet fini.

L’œuvre de Richard Deacon a récemment fait l’objet d’expositions monographiques à la Fondation Langen, Neuss, Allemagne (2016-17) ; au Musée Folkwang, Essen, Allemagne (2016) ; au Kunstmuseum, Winterthour, Suisse (2015) ; à la Tate Britain, Londres, GB (2014), au Sprengel Museum, Hanovre, Allemagne (2011), au Musée de la Ville de Strasbourg, France (2010) ; au Portland Art Museum, Oregon, États-Unis (2008) et au PS1 Contemporary Art Center, New-York, États-Unis (2001). Richard Deacon a reçu le Turner Prize en 1987. Il a participé à Documenta 9 (Kassel, Allemagne) en 1992 et a représenté le Pays de Galles à la Biennale de Venise en 2007.

Le prix Ernst Franz Volgelmann pour la sculpture lui a été décerné en janvier 2017 et le Stadtische Museen d’Heilbronn présentera une nouvelle exposition monographique à l’automne 2017. Le San Diego Museum of Art en Californie organise la première grande exposition institutionnelle de l’artiste aux Etats-Unis du 25 mars au 25 juillet 2017.

1 Interview avec Pier Luigi Tazzi dans Richard Deacon, Londres, Phaidon, 2000

  • Vernissage Vendredi 10 mars 18:00 → 20:00
03 Le Marais Zoom in 03 Le Marais Zoom out

7, rue Debelleyme

75003 Paris

T. 01 42 72 99 00 — F. 01 42 72 61 66

www.ropac.net

Filles du Calvaire

Horaires

Du mardi au samedi de 10h à 19h

Pub villette ikeda original

Programme de ce lieu

L’artiste

  • Richard Deacon