Ulrike Ottinger — Paris Calligrammes

Exposition

Film, peinture, sérigraphie

Ulrike Ottinger
Paris Calligrammes

Passé : 8 → 31 octobre 2020

La galerie Eric Mouchet présente l’exposition Paris Calligrammes consacrée à la cinéaste et artiste pop allemande Ulrike Ottinger, du 8 au 31 octobre 2020.

————

Aller toujours retour

Dans Aller jamais retour (Bildnis einer Trinkerin, 1979), premier film de la trilogie berlinoise d’Ulrike Ottinger, cinéaste, plasticienne et photographe allemande née en 1942, Tabea Blumenschein interprète une femme mutique qui chaque jour s’habille somptueusement pour se saouler jusqu’à l’épuisement. Cette fascinante fuite en avant à travers les endroits les plus divers et banals de la capitale ouest-allemande prend la forme d’une dérive dont la destination précise semble peu importer, tant qu’elle offre un débit de boissons. Le parcours de sa protagoniste, les yeux écarquillés à l’arrière d’un taxi ou claudicante sur ses talons hauts, apparait d’une liberté absolue. Le lâcher prise est cinglant, total, au parfait mépris des convenances sociales qu’un trio radoteur se charge d’ailleurs de rappeler.

Ulrike%20ottinger bubblegum%201%20of%204 1966 100x100cm acrylic%20on%20canvas  1 medium
Ulrike Ottinger, Sans titre, 0

La dérive parisienne

On le sait, l’errance urbaine trouve son origine dans la figure baudelairienne du flâneur, qui naît avec la ville moderne. Après les expériences dadaïstes, surréalistes et lettristes, les situationnistes systématiseront le concept de dérive en tant que « mode de comportement expérimental lié aux conditions de la société́ urbaine : technique du passage hâtif à travers des ambiances variées. » Ulrike Ottinger inscrit son dernier film, Paris Calligrammes (2019), dans cette longue tradition littéraire — Walter Benjamin n’est jamais loin — et artistique.

Remarquablement séquencée, la narration serpente, mêle les époques et les lieux : Paris d’hier et d’aujourd’hui, Paris pluriel et singulier. Autobiographique, le récit est d’abord celui des rencontres artistiques et des découvertes culturelles faites par son autrice dans la ville lumière. De son arrivée à Paris en 1962, à tout juste vingt ans, à son retour en Allemagne de l’Ouest en 1969, Ulrike Ottinger vit sept années fondatrices, dont la richesse nourrira en profondeur sa pratique. La porte d’entrée vers les souvenirs s’ouvre rue du Dragon, dans le 6e arrondissement, au seuil de la Librairie Calligrammes. Tenue par un érudit du nom de Fritz Picard, la boutique aux rayonnages fournis offre alors une destination privilégiée aux amatrices et amateurs de littérature allemande. La promenade tissée d’images d’archives et de prises de vue contemporaines semble parfois prendre des allures de carte postale — la vie germanopratine ; l’animation des cafés et des clubs ; la fréquentation assidue de la Cinémathèque française à Chaillot, qui lui donne le goût du cinéma ; les cours de Bourdieu, Lévi-Strauss et Althusser à la Sorbonne ; les salles désertes du musée Gustave Moreau et les trésors du Louvre. Mais l’ambivalence règne, à l’image des contradictions de l’époque. Après la seconde Guerre mondiale, l’heure est à l’optimisme et le progrès parait sans limite. Les innovations techniques bouleversent les intérieurs domestiques et les limites du monde connu, la consommation est encouragée par des publicités joyeuses et colorées. Pour autant, le monde est agité par les conflits liés à la décolonisation. Les Accords d’Évian mettant fin à la guerre d’Algérie sont signés l’année de l’arrivée d’Ottinger en France, qui voit dans les vestiges des pavillons du Jardin d’agronomie tropicale, dans une vente à l’Hôtel Drouot ou dans les salons de coiffures du Faubourg Saint-Denis, autant de témoignages du passé colonial français. Entre conservatisme et aspirations libertaires, la décennie mène aux heurts politiques de mai 1968 : Ulrike Ottinger quittera Paris quelques mois plus tard.

Allen%20ginsberg%20150%20x%20207 1 medium
Ulrike Ottinger, Sans titre, 0

De la plasticienne à la cinéaste, et retour

Arrivée à Paris en jeune plasticienne (elle a étudié la peinture à l’Académie des Beaux-Arts de Munich), Ulrike Ottinger en repart en future cinéaste. Entre temps, elle sera passée de la gravure — les aquatintes à l’imagerie symbolique de la série Israël, qu’elle réalise au sein de l’atelier de Johnny Friedlaender et montre chez Fritz Picard, lui valent de premières critiques élogieuses — à une pratique picturale empruntant au langage coloré de la Figuration narrative, l’équivalent français du Pop Art américain. Elle réalise notamment des peintures sur différents panneaux qui, une fois assemblés, renvoient à la forme classique du retable. Leur narration rappelle parfois l’organisation en vignettes des comics, à l’instar du bien nommé tableau onirique Bande dessinée (1966). Les bulles de dialogue vides sont des motifs récurrents, comme dans les sérigraphies Journée d’un GI (1967), dont les cases alternent différents moments du quotidien d’un soldat américain, ou dans son grand tableau en forme de puzzle Allen Ginsberg (1965), où le poète Beat est grimé en Oncle Sam.

Après une riche carrière au cinéma, saluée par de nombreux prix, Ulrike Ottinger opère depuis une dizaine d’années un retour sur ses œuvres plastiques de jeunesse. À l’instar de la longue flânerie de Paris Calligrammes, qui navigue à travers les différents registres d’images, entre réminiscences du passé et visions du présent, l’artiste a initié un dialogue inédit avec ses propres créations picturales, qu’elle réinterprète sur support textile et qui sont ici exposées en France pour la première fois.

Marie Chênel
  • Vernissage 2020-10-07 16:00:00 +0200 → 2020-10-08 21:00:00 +0200

    Vernissage sur deux jours de l’exposition de l’artiste allemande Ulrike Ottinger. Dans Paris Calligrammes, Ulrike Ottinger revient sur ces années à Paris entre 1962 et 1968.

  • Conférence Mercredi 21 octobre 19:00 → 21:00

    Séminaire SOMETHING YOU SHOULD KNOW avec Patricia Falguières, Elisabeth Lebovici, Ulrike Ottinger et Natasa Petresin-Bachelez
    A la galerie Eric Mouchet et sur zoom.

06 St Germain Zoom in 06 St Germain Zoom out

45, rue Jacob

75006 Paris

T. 01 42 96 26 11

ericmouchet.com

Mabillon
Saint-Germain-des-Prés

Horaires

Tous les jours sauf le dimanche de 11h à 13h et de 14h à 19h
Et sur rendez-vous et sur RDV

Pub template 2 2020 original

L’artiste

  • Ulrike Ottinger