Yves Bélorgey — Cités-jardins

Exposition

Architecture, peinture

Yves Bélorgey
Cités-jardins

Encore 17 jours : 7 janvier → 18 février 2023

Nous sommes heureux d’annoncer une nouvelle exposition personnelle d’Yves Bélorgey présentant pour la première fois à Paris ses tableaux pigmentaires. Intitulée « Cités-jardins », elle mène une « enquête » sur une utopie architecturale fleurissante pendant les années 20 et 30, mais aujourd’hui laissée à l’abandon. Une idée, voire une vision qui, s’imaginant une « ville de demain », s’opposait à la cacophonie mécanique de l’âge industriel et cherchait une alternative. Un modèle d’ensemble d’habitations qui serait plus « proche de la terre » et aurait un espace à cultiver, à partager. Incorporant un ‘jardin’ dans une ‘cité’, il permettrait aux habitants de s’évader, d’échapper autant à l’étouffement qu’à l’aliénation…

Yves%20belorgey%20xippas%20paris%202023%2003 1 medium
Vue de l’exposition Yves Bélorgey, Cités-jardins, Xippas Paris, 2023

… Depuis plusieurs années déjà, la pratique d’Yves Bélorgey est ponctuée par de véritables ‘révolutions’ qu’il cherche à pousser de plus en plus loin. Bien qu’il reste fidèle au sujet qui le préoccupe depuis les années 90 — l’architecture des habitats collectifs qu’il continue à documenter en suivant un programme initié par une ‘commande publique fictive’ — , l’ordre méthodique de sa démarche se trouve perturbé à plusieurs reprises. De même, il s’invente une nouvelle technique et commence à peindre en appliquant le pigment sec directement sur la toile. Puis, au milieu des façades au rythme répétitif des intérieurs apparaissent pour nous inviter dans l’intimité envoutante des espaces privés. Les figures humaines entrent elles aussi dans les compositions, et y apportent du souffle et du mouvement. Enfin, la représentation elle-même se trouve perturbée : Yves Bélorgey incorpore un élément abstrait dans la composition, faisant passer la figuration à travers une trame. Sous l’influence de ces inventions et changements, un nouveau sujet se cristallise : en suivant les traces de l’architecte allemand Bruno Taut, Yves Bélorgey se met à explorer, voire à ressusciter, l’idée de cité- jardin, en problématisant autant le sujet que sa propre peinture.

Yves%20belorgey%20xippas%20paris%202023%2006 1 medium
Vue de l’exposition Yves Bélorgey, Cités-jardins, Xippas Paris, 2023

Yves Bélorgey (né en 1960) vit et travaille à Montreuil.

À partir des années 1990, il s’intéresse au paysage périurbain, et plus particulièrement à l’architecture collective des grands ensembles construits entre 1950 et 1970. Il entame alors un vaste projet de tableaux qui répondrait à une commande publique fictive consistant à «peindre des immeubles collectifs comme des documents». Tel un archivage méthodique et nostalgique de tout un pan délaissé de l’architecture moderniste et d’un projet social révolu.

Le travail d’Yves Bélorgey a été présenté lors d’expositions personnelles dans de nombreuses institutions telles que Le Printemps de Septembre, CIAM — La Fabrique, Toulouse, France (2021) ; Kunstverein Heilbronn, Allemagne (2019), Centre d’art Le19, Montbéliard, France (2017), Musée Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon, Sérignan (2012), Kunstlerhaus d’Ulm en Allemagne (2012), Musée National d’Art Contemporain, Bucarest, Roumanie (2011). En 2012, le Mamco de Genève a organisé une première exposition rétrospective incluant près d’une centaine d’œuvres.

Collections publiques (sélection) : Mamco, Genève, Suisse ; FNAC, Paris, France, FRAC Bretagne, FRAC Franche-Comté, FRAC Limousin, FRAC Pays de la Loire, FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, FRAC Rhône-Alpes ; Société Générale, Ville de Lyon ; Ville de Montreuil.