John Cornu

Reprenant un thème cher aux romantiques, John Cornu s’intéresse aux formes contemporaines de la ruine et de la cécité et propose d’en reformuler les signes selon les codes d’un art minimal et conceptuel. A priori, tout oppose ces deux genres aux antipodes, l’un privilégiant l’exacerbation du sentimentalisme, l’omniprésence du subjectif et l’élégie de la désolation, quand l’autre se refuse aux débordements de l’expressionnisme et revendique une certaine neutralité.

Pourtant c’est bien dans un aller-retour entre ces forces antagonistes que se situe le travail de cet artiste. À la conception d’un temps linéaire conduisant inexorablement à la déchéance, ce dernier privilégie une approche cyclique rappelant combien l’histoire se répète dans un monde atteint de cécité chronique. Pour autant ses pièces ne sauraient se limiter au constat affligeant d’un monde en désuétude, l’artiste ouvrant le champ des possibles en renversant la conception apocalyptique vers une poétique de la ruine qui n’en aurait que l’apparence.

© Christian Alandete

John Cornu, Assis sur l’obstacle, 2011 Bois, encre, cirage. Vue de l’exposition, Modules — Fondation Pierre Bergé — Yves Saint Laurent, Palais de Tokyo, Paris Courtesy of the artist
John Cornu, La Fonction oblique, 2011 Installation in situ. Etais tirant-poussant, peinture. Vue de l’installation, Blockhaus Hub-studio, Nantes Courtesy of the artist
John Cornu, Plan libre, 2007 Greffe architecturale in situ (colonnes), villa Savoye, Poissy Courtesy CMN, Paris
John Cornu, La Mort dans l’âme, 2012 Billots de boucher, peinture, cirage. Project room, Galerie Anne de Villepoix, Paris. Collection CNAP, Ministère de la Culture et de la Communication Courtesy of the artist and Galerie Anne de Villepoix, Paris
John Cornu, Les Mains sales, 2012 Installation in situ. Etais tirant-poussant galvanisées, goudron noir. Vue de l’exposition « This is THE END », Le Parvis Centre d’art, Ibos Courtesy of the artist
John Cornu, Brume, 2014 Chausse-trappes, peinture. Vue de l’exposition « Monument », SCVA — Sainsbury Center for Visual Arts, Norwich, Angleterre Courtesy of the artist
John Cornu, Choses tues, 2014 Marbres et bronze Courtesy of the artist and Galerie Gilla Lörcher, Berlin
John Cornu, La Part maudite (Richard Kern), 2012 Affiches noir et blanc et bois noirci Courtesy of the artist
John Cornu, Bad Ritual, 2016 Vin et peinture sur toile — 162 × 114 cm chq. Courtesy of the artist
John Cornu, Sonatine (Mélodie mortelle), 2008 Installation in situ. Tubes fluorescents usagés et altérés, micros, amplis, câbles. Vue de l’exposition « Viser la tête », Le Parvis Centre d’art, Ibos. Collection Frac Midi-Pyrénées Courtesy of the artist
Vue de l’exposition « Filiations », EAC — Espace de l’Art Concret, Mouans-Sartoux
Vue de l’exposition « Filiations », EAC — Espace de l’Art Concret, Mouans-Sartoux Courtesy of Niele Toroni and John Cornu
John Cornu, Macula, 2008 Bois, peinture, cirage. Vue de l’exposition « Qu’on en finisse », Galerie Anne de Villepoix, Paris Courtesy of the artist and Galerie Anne de Villepoix, Paris
Vue de l’exposition « Filiations », EAC — Espace de l’Art Concret, Mouans-Sartoux
Vue de l’exposition « Filiations », EAC — Espace de l’Art Concret, Mouans-Sartoux Courtesy of Daniel Buren and John Cornu
John Cornu, Sans titre, 2009 Bois, peinture, cirage. Vue de l’exposition « Laisse venir », BF15, Lyon Courtesy of the artist
John Cornu, Phénix, 2009 Néon blanc (ancienne réalisation remise à plat) — 1,50 m env. Courtesy of the artist
John Cornu, Sans titre, 2009 Bois, peinture, cirage. Collection CNAP, Ministère de la Culture et de la Communication Courtesy of the artist
John Cornu, Melencolia, 2013 Béton Courtesy of the artist
John Cornu, Sans titre (Millbank), 2014 Métal et laque noire Courtesy of the artist
John Cornu, Comme un gant, 2015 Pierre Bleue du Hainaut, Commande pérenne, Thuin, Belgique Courtesy of the artist
John Cornu, Comme elle vient, 2016 Béton, cuivre (moulage d’impacts) et oxydation. Vue de l’exposition « No shooting in this area », Le Bel Ordinaire, Pau — 21 × 34 cm chq. Courtesy of the artist
John Cornu, Viser la tête, 2012 Tirs de flash-ball sur placoplatre. Vue de l’exposition « Viser la tête », Le Parvis Centre d’art, Ibos Courtesy the artist
John Cornu, Kä akmens, 2016, 2016 En collaboration avec Darta Sidere. Pierre taillée. Intervention pérenne, Kuldiga, Lettonie Courtesy of the artist
John Cornu, XXX, 2015 Installation in situ. Asphalte. Vue de l’exposition « New Order », Les Trinitaires, Metz Courtesy of the artist Courtesy of the artist

John Cornu

Contemporain

Architecture, installations, performance, photographie, sculpture, son - musique

Artiste français né en 1976 à Seclin, France. 

Localisation
Paris et Rennes, France
Site Internet
www.johncornu.com
Thèmes
Architecture, conceptuel, contextuel, in situ, minimalisme, romantisme, son
Pub villette ikeda original