Ghislaine Vappereau — Faire Maison

Exhibition

Ceramic, mixed media

Ghislaine Vappereau
Faire Maison

Ends in about 2 months: June 25 → August 28, 2022

Pour son exposition aux Tanneries intitulée Faire Maison, l’artiste française Ghislaine Vappereau (née en 1953 à Paris où elle vit et travaille) présente en Petite Galerie une série de sculptures inédites ou réagencées pour l’occasion. Qu’elles soient en pieds ou murales, elles renouent avec les espaces domestiques conçus par l’artiste dès les débuts de sa carrière tout en les renouvelant à la faveur d’une palette de couleurs revivifiée et d’astuces réinventées. À travers la chorégraphie ludique et étudiée des transfigurations déployées par ses œuvres pluri-matières au sein desquelles l’étude du motif a toute sa place, Ghislaine Vappereau interroge fondamentalement le rapport que nous entretenons à notre environnement quotidien, entre réel et abstraction, ombres et lumières, familiarités et étrangetés, constructions personnelles et collectives.

En élisant domicile en Petite Galerie, espace le plus « intimiste » du centre d’art, l’artiste a fait le choix de s’appuyer sur les jeux d’équilibres et de déséquilibres architecturaux qui le structurent, entre hauteurs sous-plafond variables et perspectives frontales et fuyantes, afin de mieux souligner la propre dualité de son travail, entre planéités des surfaces et leurs mises en reliefs et en volume. Une dualité sur laquelle repose d’ailleurs la scénographie qui vient littéralement séparer en deux la Petite Galerie dans sa longueur, sur toute la première partie de l’espace. Pour ce faire, Ghislaine Vappereau vient disposer une suite inédite et articulée de Sculptures Plans intitulée Faire Maison (2022). Véritable colonne vertébrale de l’exposition éponyme, c’est à partir d’elle que l’artiste orchestre une déambulation rythmée en recto-verso au cours de laquelle le visiteur fait face aux décors singuliers faits maison par l’artiste et ce jusqu’à leurs envers, en passant par les différents processus et processions de transformations qui les sous-tendent.

Reposant sur un art du pli(age) sculpté, les Sculptures Plans de Ghislaine Vappereau sont en effet des décors aux faux airs de paravents qui évoquent l’esthétique du trompe-l’œil, du bas-relief ou encore du pop-up. Les objets qui les composent en partie, dépossédés de leur fonction première et devenus déchets, y sont recyclés sans pour autant redevenir des matériaux bruts puisqu’ils conservent les traces de leur propre histoire. Tantôt simulacres de ce qu’ils ont été, tantôt transfigurés pour se glisser dans l’apparence d’un autre, les objets mis en scène par Ghislaine Vappereau semblent (re)jouer un rôle. Oscillant sans cesse entre figurations et abstractions, ils sont pris dans une quête d’identité perpétuelle qui leur confère une dimension poétique et politique.

Mêlés à d’autres interventions plastiques, ils sont les acteurs de la machinerie parodique du réel déployée ici par l’artiste qui décompose et recompose des espèces d’espaces intérieurs inspirés ici de l’univers de la cuisine. Profondément hybrides, fragmentaires et fragmentées, ces petites mostra muettes et domestiques où se joue le destin des objets font appel à la connivence du visiteur dont le regard, la perception et la mémoire, tantôt perturbés, tantôt reconnaissants, doivent opérer une synthèse.

Une synthèse dont le secret semble presque dévoilé, à l’arrière-plan, dans la nouvelle occurrence de la série « Cortège des transfigurations et des déchéances » (2003-2021) présentée ici. Composée de sculptures qui sont issues et prolongent la série « Si peu reconnaissable » (2003-2010), elle nous donne à voir, à la faveur de la répétition déformée et déformante de la silhouette — du motif — d’une chaise, toutes les étapes des possibles transfigurations de l’objet en des matériaux variés. Dans la danse de ce cortège, entre forme et informe, fixité et mouvement, souplesse et rigidité, solidité et fragilité, pesanteur et apesanteur, matériel et immatériel, l’artiste nous démontre par l’exemple à quel point la réalité des choses qui nous entourent est polymorphe et plurivoque, chronophotographie d’un nouveau genre à l’appui et de laquelle émane un jeu d’ombres.

Le théâtre des objets de Ghislaine Vappereau ne saurait en effet se (conce)voir sans celui de leurs ombres, abstractions fantomatiques des êtres et des choses, elles aussi si peu reconnaissables. Qu’elles soient bien réelles ou, à leur tour, reproduites et simulées par l’artiste à l’image de celles qui prennent place derrière les céramiques modelées pour reposer sur les étagères de Faire Maison,1 ces ombres exposées sont les promesses dédoublées des possibles qui se font jour dans les œuvres de Ghislaine Vappereau. Ouvrant une quatrième dimension, elles matérialisent les mouvements d’un imaginaire en cours tout en soulignant l’ambivalence du quotidien, entre familiarité et étrangeté, quiétude et inquiétude, visible et invisible, dits et non-dits. Une ambivalence symbolisée par la répétition dans Faire Maison d’un motif de carrelage noir et blanc reproduit et imité dans un autre matériau. Les contours troublés de cet énième simulacre viennent, par un effet d’optique, déséquilibrer les fondations et contrarier les façades faussement lisses et colorées de l’œuvre comme de l’exposition bien nommées.

À travers ces déséquilibres et contrariétés comme dans les interstices des reconstitutions, reconfigurations et transfigurations du réel et du quotidien auxquelles elle procède par strates — matérielles, temporelles et mémorielles –, Ghislaine Vappereau questionne nos processus de négociation avec le réel, tout autant fabrication intime et collective, individuelle, sociale et culturelle. Elle nous rappelle ainsi que Faire Maison c’est avant tout concevoir, entre mises en formes et perceptions, un espace mental et de représentations, à la fois refuge et prison, entre faire et faux semblant(s).

REMERCIEMENTS :

L’exposition Faire Maison de Ghislaine Vappereau a été réalisée avec la précieuse collaboration de Miha Bideau, Delhia Cizo, Clément Davenel et Thaïs Ratieuville, stagiaires-assistant.e.s de l’artiste.

1 Les céramiques de Faire Maison ont été réalisées par l’artiste dans le cadre d’un workshop mené en collaboration avec La Borne — Centre de céramique contemporaine d’Henrichemont (18) à destination des élèves de l’École municipale d’art d’Amilly et des Ateliers en famille du mois d’avril du centre d’art. Ce projet de workshop s’inscrit dans le cadre de Bruits Communs, manifestation annuelle d’art et de design à géométrie variable en Région Centre-Val de Loire.

En région Zoom in En région Zoom out

234, rue des Ponts

45200 Amilly

T. 02 38 85 28 50

www.lestanneries.fr

Opening hours

Wednesday – Sunday, 2:30 PM – 6 PM

Admission fee

Free entrance

Free Entry

Venue schedule

The artist

  • Ghislaine Vappereau