Carolyn Carlson

Exposition

Dessin, poésie

Carolyn Carlson

Encore 19 jours : 16 octobre → 20 décembre 2020

Carolyn carlson 2020 vueexpo01 hd 13 1 grid Carolyn Carlson — Galerie Isabelle Gounod La galerie Isabelle Gounod organisait depuis le 16 octobre une exposition de la chorégraphe Carolyn Carlson qui, en parallèle de sa carrière internationale sur les plus grandes scènes du monde, a toujours pratiqué la calligraphie et le dessin.

Durant ses années de formation à New York, alors qu’elle danse pour Alwin Nikolais, Carolyn Carlson côtoie l’avant-garde américaine des années 60 comme les musiciens Barre Philips, John Cage et Philip Glass, ou bien encore le philosophe et créateur lumière John Davis, qui devient son compagnon. C’est à cette époque qu’elle réalise ses premières encres, accomplies d’un souffle dans le cadre d’une initiation à la méditation zen. Elle y trouve une clé pour son travail de danseuse, « la joie de faire des gestes spontanés sans idée en tête, seulement l’acte de faire » (propos de l’artiste) et ne cessera dès lors d’unir sa pratique de la danse à celles, plus confidentielles, de la calligraphie et de l’écriture.

Source de contemplation, mais également d’inspiration et de création poétique, le dessin spontané vient, ici et là, se mêler aux mots, citations et poèmes, fruits d’un temps plus long, qui est celui de la composition et de la réflexion. Deux temporalités qui, par leur cohabitation sur le papier, semblent désigner les énergies contraires et néanmoins complémentaires qui constituent pour Carolyn Carlson les éléments d’une maîtrise instinctive de la perfection du geste. Ou quand la poésie se dérobe au seul langage pour s’énoncer autrement dans l’espace, c’est-à-dire par la ligne (celle du corps, du signe ou de la lettre) et le mouvement (de la main, de l’esprit et du cœur).