Le Pouvoir du dedans

Exposition

Installations, performance, vidéo

Le Pouvoir du dedans

Passé : 22 septembre → 15 décembre 2018

La galerie noisy le sec 133 1 grid Le Pouvoir du dedans — La Galerie, Noisy-le-Sec La Galerie de Noisy-le-Sec présente une exposition qui, malgré quelques limites dans sa présentation, met un point (virgule) fabuleux à plusieurs années d'une programmation et d'une ambition uniques, tout entières tournées vers l'autre sans jamais avoir perdu l'exigence d'une création consciente de sa place dans l'histoire et dans le présent.

« Ensemble, nous voulons faire de La Galerie un lieu de vie accueillant, le faire dévier de sa course le temps de l’exposition. Pour cela, il s’agit pour nous de créer les conditions d’une expérience hyper-sensible et pluri-sensorielle, d’élargir nos régimes d’attention aux phénomènes ambiants, d’accueillir des expériences extra-rationnelles qui puisent dans des couches souterraines aux dimensions multiples : historique, esthétique, énergétique, spirituelle. Nous abordons La Galerie comme un organisme vivant complexe pour y créer un laboratoire sensoriel, ésotérique, aux fonctionnements aléatoires. Ce laboratoire dessine un paysage polymorphe, ouvert, à arpenter. Cette vaste installation agira sur l’ambiance et accueillera en son sein les visiteurs•euses et des invité•e•s — artistes, penseurs, écrivain•e•s, performeur•e•s, etc. —  à y trouver leur place et à s’y adapter.

Quel usage faire des savoirs et des pratiques de l’éco-féminisme ? Comment accéder à la conscience d’être à soi et d’être ensemble ? Quels sont les gestes curatifs que nous pouvons déployer ?

Pour mener ce processus exploratoire du lieu, nous allions des savoirs traditionnels mineurs, entre magie et rites animistes, à des technologies intelligentes comme autant de nouvelles possibilités de langages, de représentations et d’expression de nouvelles subjectivités ancrées dans un lieu. Il s’agit pour nous de proposer une expérience sensorielle qui nous permette d’habiter collectivement l’espace, d’en faire un lieu activé par des relations affectives, par une attention particulière aux autres et qui touche à l’âme de La Galerie. Nous sommes tous et toutes des initié•e•s ».
_ Elise A., Tiphaine C., Euridice Z. K.

Les œuvres d’Emmanuelle Lainé et Benjamin Valenza, de Laëtitia Badaut Haussmann et de Sébastien Rémy et Cyril Verde dessinent les contours flous de cet environnement et le relient à l’histoire récente de La Galerie, un centre d’art en transition, entre deux directions.

  • Manje Lwa Vernissage Vendredi 21 septembre 18:00 → 21:00

    A partir de 19h30
    « Manje Lwa », cuisine vaudou de vernissage
    Par Euridice Zaituna Kala

    Le Vaudou est une arme de libération. C’est grâce à lui que Haïti devient la première nation libérée de l’esclavagisme. La nourriture occupe une place clé dans la cérémonie Vaudou, elle devient le moyen d’une communion tout autant qu’une offrande aux ancêtres. C’est une manière d’ouvrir la conversation entre les esprits invoqués et les êtres vivants, tout en prenant soin d’eux.

  • Royal Bonbon, Charles Najman, 2001 Cinema Samedi 13 octobre 18:00 → 20:00

    Un homme misérable vagabonde dans les rues du Cap-Haïtien en rêvant à son royaume imaginaire. Il se prend pour le roi Christophe, le premier souverain du Nouveau Monde, ancien esclave et libérateur d’Haïti en 1804. Chassé de la ville, le « roi Chacha », comme on le surnomme, se réfugie dans les ruines grandioses du château Sans Souci en compagnie de Thimothée, un gamin des rues qu’il a pris sous son aile. Là, il reconstitue une « cour » de pacotille et règne par l’absurde.

    Proposé par Euridice Zaituna Kala
    Présenté par le réalisateur Nicola Sornaga

  • Mackandal turns into a butterfly — a love potion — Une performance d’Euridice Zaituna Kala Performance Samedi 10 novembre 16:00 → 18:00

    L’artiste Euridice Zaituna Kala invite les publics de La Galerie à danser avec Mackandal, connus autant pour son esprit de guerrier que pour son succès auprès des femmes. À cette occasion, l’espace d’exposition se transforme en terrain de jeux et d’échanges propices à la magie.

  • Ya Rahi, Katia Kameli, 2017 Cinema Samedi 10 novembre 18:00 → 20:00

    Ya Rayi est une réflexion sur l’évolution du raï, musique populaire algérienne. En arabe, raï signifie « opinion ». Les artistes y expriment les conditions de vie difficiles et les tabous auxquels les Algériens doivent se plier. Le raï est le reflet de la culture algérienne par sa créolité musicale et textuelle. C’est une musique underground qui a modifié et mixé les codes de différents répertoires existants pour sortir des schémas établis et rendre audible ce qui socialement se murmure. Il est un substitut à l’absence d’échanges entre hommes et femmes, entre jeune et ancienne génération dans un espace muselé par la morale. Aborder la question du raï d’hier et d’aujourd’hui, c’est proposer une réflexion sur ce qui se joue culturellement et socialement en Algérie mais aussi dans la société musulmane contemporaine.
    Le personnage principal de Ya Rayi est un jeune homme, il tient le mur et semble figé dans la nostalgie. Son walkman rejoue en boucle des chansons de raï enregistrées sur K7. Il déambule, s’arrête à Oran devant la vitrine du magasin Disco Maghreb, producteur historique de la première génération de cheb et cheba et finit sa nuit dans un cabaret du coin. À Paris, il flâne dans le quartier de Barbès, haut lieu de la culture raï des années 1990. Les visages évanescents des stars d’autrefois Chab Hasni et Cheikha Rimitti qui se superposent à celle des vieux bâtiments évoquent une autre temporalité. Pourtant, les K7 de raï restent un objet de désir. Elles sont vendues et collectionnées dans de rares magasins connus des habitués. Ici, le raï est un fantôme, un souvenir nostalgique, mais la flamme est encore là : il suffit de rembobiner la cassette et d’appuyer sur « play » pour relancer l’ambiance.

  • Visite à plusieurs voix Visite Samedi 8 décembre 16:00 → 17:00
  • Franchir le seuil — Une performance de Tiphaine Calmettes et Bastien Mignot Performance Samedi 8 décembre 17:00 → 19:00

    Avec le chorégraphe Bastien Mignot, l’artiste Tiphaine Calmettes invite les publics de La Galerie à ouvrir les perspectives de l’espace d’exposition pour engager un dialogue avec les intérieurs/extérieurs du lieu et les gestes qui découlent de leurs usages. Une imperceptible chorégraphie du quotidien se dévoile, mettant en relation les œuvres de l’artiste et l’aménagement urbain qui entoure le centre d’art.

93 Seine-St-Denis Zoom in 93 Seine-St-Denis Zoom out

1 rue Jean-Jaurès

93130 Noisy-le-Sec

T. 01 49 42 67 17

www.lagalerie-cac-noisylesec.fr/

Horaires

Du mercredi au samedi de 14h à 18h
Les samedis de 14h à 19h

Tarifs

Accès libre

Les artistes